Direct Soir n°121 12 mar 2007
Direct Soir n°121 12 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°121 de 12 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jacques Chirac au revoir

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Lundi 12 mars 2007 8 ACTU FRANCE SALON DE L’AGRICULTURE/Succès pour l’édition 2007 h Le Salon international de l’agriculture de Paris (SIA) a refermé ses portes hier soir. En une semaine, plus de 600 000 visiteurs se sont rendus à la Porte de Versailles pour admirer veaux, vaches, cochons et volailles. Cette 44 e édition a connu un franc succès avec 20% d’entrées en plus par rapport à l’année 2006, qui avait été boudée en raison de la grippe aviaire et de l’absence des oiseaux. « C’est un bon cru. On revient dans la moyenne des années du début du XXI e siècle », a déclaré Christian Patria, le président du SIA. Il avoue avoir « retrouvé le sourire » même si on est encore loin du record de 700 021 visiteurs atteint en 2004. Cette année, le salon a voulu une meilleure disposition des stands, notamment le hall consacré aux animaux et aux éleveurs, et des tarifs plus favorables pour les enfants. Le défilé des candidats à l’élection présidentielle, à l’exception de José Bové, a aussi contribué à la « médiatisation » de la plus grande ferme de France. Le salon 2007 a aussi retrouvé sa ferveur populaire grâce à son thème d’actualité : « L’agriculture, fournisseur de nouvelles énergies ». Un charolais parmi les vedettes du Salon. Dans les KIOSQUES Le supplément Réussir, disponible aujourd’hui avec Le Figaro et jeudi avec L’Express, répertorie 4 500 offres d’emploi dans tous les domaines. Un dossier spécial classe les 25 entreprises où il est agréable de travailler. M. FEDOUACH/AFP SOCIAL/Le logement décidé à squatter la campagne Les associations de défense du droit au logement manifestaient hier pour réclamer au gouvernement l’interdiction de la reprise des expulsions locatives. La fin de la trêve, le 15 mars, est, selon elles, incompatible avec les promesses sur le droit opposable. Le 16 mars prochain, les expulsions locatives pourront reprendre. La trêve hivernale, qui interdit, du 1 er novembre au 15 mars, aux propriétaires d’expulser les locataires pour impayés de loyers, congé pour vente ou pour reprise, nuisances, surpeuplement… sans proposer de solution de relogement, prend fin alors que l’Assemblée nationale vient de s’engager, par la loi du 5 mars 2007, à mettre en œuvre le droit au logement opposable. Dans ce contexte, « la reprise des expulsions sans relogement serait une véritable hypocrisie », ont dénoncé les associations de défense du droit au logement, qui appelaient à manifester hier pour replacer au centre de la campagne présidentielle un thème que l’action des Enfants de Don Quichotte avait placé sous les feux de la rampe à la fin de l’année dernière. Le DAL (Droit au logement), AC !, le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), Attac, la Confédération nationale du logement (CNL), Jeudi Noir, et plus d’une vingtaine d’autres associations, ont mobilisé hier entre 1 200 et 5 000 personnes, selon les estimations de la police ou des organisateurs. Trois candidats à l’Elysée se sont joints au cortège. Outre José Bové, on a également aperçu Arlette Laguiller, qui a jugé « indigne qu’une loi sur le logement opposable soit votée et que l’on commence à expulser des gens à partir du 16 mars ». Olivier Besancenot a lui ironisé que « la seule expulsion locative qui ne [le ferait] pas pleurer, c’est celle de Jacques Chirac », dans une allusion à l’allocution télévisée du chef de l’Etat. Familles et associations espéraient se faire entendre dans un contexte « d’augmentation constante des expulsions, de cherté des loyers et de spéculation immobilière ». Cette situation a notamment engendré une hausse du nombre de jugements d’expulsion prononcés par des tribunaux, qui, selon le réseau d’associations, atteindraient les 130 000 en 2005. Selon le ministère de la Justice, ces décisions se chiffraient à 99 768 en 2005, contre 103 285 C’estdit « En se complaisant dans une course à l’épanouissement et au plaisir, l’école maternelle ne prépare pas assez à la maîtrise de l’oral (…) L’apport de l’école sur le vocabulaire est quasiment invisible » Alain Bentolila, linguiste, professeur des Universités (Le Parisien) Entre 100 000 et 130 000 expulsions locatives en 2005, selon le réseau d’associations Manifestation du Droit au logement (DAL), le 11 mars à Paris. Au centre, son président, Jean-Baptiste Eyraud. en 2004 et 94 743 en 2003. Au-delà de la bataille des chiffres, les associations dénoncent l’utilisation de plus en plus fréquente du « recours à la force publique » : 10 163 cas en 2005 contre 4 753 en 1997. Une tendance qui devrait s’accentuer selon Serge Incerti, de la Confédération nationale du logement : « Quand le préfet ne donne pas le concours de la force publique, l’Etat doit dédommager le propriétaire, et on sait que des directives ont été données pour que l’Etat ait le moins à payer ». En 2005, 77,5 millions d’euros ont ainsi été déboursés pour indemniser des bailleurs. Un maire a d’ores et déjà choisi d’interdire la reprise des expulsions sur le territoire de sa commune. Il s’agit d’Alain Adoubert, l’élu communiste de Vitrysur-Seine, qui a pris vendredi un arrêté municipal dans ce sens. Celui-ci s’appuie sur la loi du 5 mars instituant le droit au logement opposable ainsi que sur le préambule de la Constitution, qui prévoit que « la Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement ». L’édile avait déjà pris un tel arrêté en 2005, mais il avait été annulé par le tribunal administratif. « C'est un immense artiste, un très grand poète. Grand Corps Malade est aussi un exemple de courage et de rayonnement humain exceptionnel » Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, aux Victoires de la musique « On a été fragiles et fébriles, trop peu ambitieux et trop en dedans pour exister. On n’a pas trouvé les solutions » Bernard Laporte, entraîneur du XV de France (La Croix) O. LABAN MATTEI/AFP P.PERUSSEAU/ICON SPORT
CJ.-C. VERHAEGEN/AFP www.directsoir.net NUCLÉAIRE/Visite historique d’El Baradei en Corée du Nord Le directeur de l’Agence de l’énergie nucléaire de l’ONU fait route actuellement vers Pyongyang pour discuter du démantèlement du programme d’armement atomique nord-coréen. h MohamedEl Baradei, directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a quitté Vienne dimanche en direction de la Corée du Nord pour un voyage historique. Attendu mardi à Pyongyang, après une escale à Pékin aujourd’hui, il s’agit en effet de sa première visite sur le ÉGYPTE/Les dangers de la circulation routière h D’après un bilan officiel communiqué dimanche, les routes égyptiennes ont fait 6 000 morts et 30 000 blessés en 2006. L’Egypte est considérée comme un des pays au monde où l’on déplore le plus d’accidents de la route. Deuxième cause de mortalité, ils ont coûté l’équivalent de 3% du PNB, selon le ministère de l’Intérieur égyptien. Afin de limiter les accidents, un nombre record de contraventions a été distribué l’an passé, représentant quelque 180 millions EGP (25 millions d’euros). Ce chiffre est en hausse de 33% par rapport à 2005. Un chauffeur de camion a même écopé de 14 000 euros d’amende. Il pourrait, à ce titre, être inscrit dans le livre Guiness des records, selon la presse égyptienne. Le ministère des Affaires étrangères français déconseille vivement à ses ressortissants, via son site internet, de prendre la route de nuit en Egypte. De son côté, le Foreign office rappelle que « les habitudes locales de conduite et le mauvais état du parc automobile rendent périlleuse la circulation hors des grandes villes ». territoire nord-coréen depuis sa nomination à la tête de l’AIEA, en 1997. Cette visite fait suite à l’accord intervenu le 13 février dernier entre les participants des pourparlers à six (Corée du Nord, Chine, Japon, Corée du Sud, Russie, Etats-Unis), par lequel Pyongyang s’est engagé à fermer ses installations nucléaires en échange de MohamedEl Baradei, directeur général de l’IAEA. R. STUBBLEBINE/REUTERS MONDE ACTU livraisons de fioul. Se refusant de paraître trop optimiste alors qu’il cherche à convaincre les dirigeants nord-coréens d’accepter le retour des inspecteurs de l’AIEA sur leur sol, M. El Baradei a qualifié ce déplacement de « premier pas sur une longue route » qui doit conduire à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. « Nous avons perdu quelques années lorsqu’il n’y avait pas de coopération entre la Corée du Nord et la communauté internationale, mais grâce aux discussions à six et grâce aux efforts de la Chine, nous sommes maintenant dans une situation différente », a-t-il ajouté en précisant qu’il comptait « faire en sorte que cet environnement positif se traduise en actes concrets ». Cependant, on ignore encore quel genre d’arrangement El Baradei va pouvoir obtenir de Pyongyang. « Il va falloir clarifier les détails précis du rôle de l’AIEA », a notamment souligné un diplomate européen. Les discussions techniques autant que politiques s’annoncent délicates. Le principal négociateur nord-coréen a déjà menacé de rétorsion si les Etats-Unis ne levaient pas comme promis les sanctions financières contre le régime communiste. IRAN/Ahmadinejad souhaite s’exprimer devant le Conseil de sécurité h Le président Mahmoud Ahmadinejad a fait savoir qu’il souhaitait assister à la prochaine réunion du Conseil de sécurité de l’ONU qui examinera le dossier nucléaire iranien. Selon Gholam-Hossein Elham, porte-parole du gouvernement, M. Ahmadinejad espère ainsi pouvoir « défendre les intérêts nationaux et les droits internationaux » de son pays. Les membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), ainsi que l’Allemagne, discutent actuellement du contenu de la réunion, dont la date n’a pas encore été fixée. Les sanctions Mahmoud Ahmadinejad. limitées infligées à Téhéran, adoptées par le Conseil de sécurité le 23 décembre dernier, devraient être renforcées. A l’heure actuelle, l’Iran refuse toujours de suspendre ses activités d’enrichissement de l’uranium. La communauté internationale craint que la République islamique puisse détourner son programme nucléaire civil à des fins militaires, malgré les multiples démentis exprimés par l’Iran. Par ailleurs, un différend financier oppose actuellement Téhéran à Moscou dans la poursuite de la construction d’une centrale nucléaire au sud du pays. L’Iran accuserait en effet un retard de paiement. Pour Gholamreza Aghazadeh, chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, ce désaccord trouve son origine dans la crise diplomatique autour du dossier nucléaire. La Russie a déjà voté, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, deux résolutions exigeant que l’Iran suspende son enrichissement d’uranium. EN BREF ZIMBABWE : LE CHEF DE L’OPPOSITION TOUJOURS EN DÉTENTION Arrêté hier lors d’un rassemblement contre le régime du président Robert Mugabe, le leader de l’opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, est toujours en détention. Le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) n’a jusqu’à présent pas été autorisé à rencontrer son avocat, ni même un médecin. « Nous avons été informés qu’il avait été battu [mais] la police n’a pas voulu nous laisser le voir hier soir [dimanche] », a déclaré son avocat Alec Muchadehama. Plusieurs hauts responsables de l’opposition ont été arrêtés en même temps que Tsvangirai, dont quatre parlementaires du MDC et Lovemore Madhuku, président de l’Assemblée nationale constituante. LIBAN : UN TERRORISTE PALESTINIEN ARRÊTÉ La police libanaise a arrêté dimanche soir à Saïda, chef-lieu du Liban sud, un Palestinien porteur d’une charge prête à exploser, indique un communiqué des Forces de sécurité intérieure (FSI). « Une patrouille des FSI a appréhendé (...) une personne qui transportait dans un sac en papier une charge de 200 grammes de TNT minutée pour exploser dimanche à 21H30 locales (19H30 GMT) », affirme le communiqué. Les découvertes d’armes et d’explosifs se sont multipliées ces dernières semaines dans tout le Liban. MAROC : EXPLOSION DANS UN CYBERCAFÉ Un kamikaze a été tué dans la nuit de dimanche à lundi dans un cybercafé de Casablanca suite au déclenchement de la charge explosive qu’il dissimulait sous ses vêtements. L’explosion a également fait trois blessés. La police se refuse pour le moment à qualifier l’acte d’attentat-suicide. L’individu décédé s’était querellé avec le propriétaire du café et l’explosion s’est produite alors qu’ils en venaient aux mains. Le Maroc est en alerte depuis une série d’attentats à la bombe le mois dernier en Algérie. THAÏLANDE : UN SUISSE COUPABLE DE LÈSE-MAJESTÉ Un Suisse de 57 ans a plaidé coupable aujourd’hui de crime de lèse-majesté et risque jusqu’à 75 ans de prison pour atteinte à la dignité du roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej, immensément révéré dans son pays. Oliver Jufer, installé en Thaïlande, avait été arrêté début décembre dans la ville de Chiang Mai (Nord) alors que le royaume célébrait le 79 anniversaire de Bhumibol, le plus ancien monarque en exercice dans le monde. Le ressortissant suisse, en état d’ébriété, avait été vu par des habitants en train d’asperger de peinture noire des portraits du souverain. RENAUD CHARLES,FRANÇOIS DENAT AFP Directsoir t Lundi 12 mars 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :