Direct Soir n°121 12 mar 2007
Direct Soir n°121 12 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°121 de 12 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jacques Chirac au revoir

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Lundi 12 mars 2007 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW GONZAGUE SAINT-BRIS L’histoire en écrivant Après La Fayette, Gonzague Saint-Bris raconte, dans son dernier livre « Marie, l’ange rebelle* », l’histoire d’amour passionnée entre Franz Liszt et Marie d’Agoult. Pourquoi Franz Liszt vous fascine-t-il ? Aujourd’hui, on ne sait pas à quel point il était beau : il avait une chevelure dorée, des yeux verts de mer, il partait en tournée avec une espèce de roulotte-appartement.Et quand il jetait son cigare derrière lui, les femmes se précipitaient pour avoir le goût de ses lèvres… Il avait besoin du public pour exister. Franz Liszt était la pop star de l’époque. Quand Budapest connut d’importantes inondations, il courut donner un immense concert de charité pour les naufragés. Il a inventé le premier concert humanitaire ! Comment se produit la rencontre entre Liszt et Marie d’Agoult ? C’est la rencontre d’un artiste et d’une intellectuelle. D’un Don Juan qui va finir en soutane et d’une aristocrate qui va changer de nom et va terminer en défendant la République. C’est aussi et surtout l’histoire d’un enlèvement : Liszt kidnappe Marie d’Agoult pour aller vivre à Genève. Le couple est très ami avec George Sand, qui rend Marie d’Agoult jalouse. Car les femmes ne résistent pas à Franz Liszt. Quand George Sand leur rend visite, Marie d’Agoult craint toujours qu’elle ne devienne sa maîtresse. Ainsi, quand Balzac fait la bêtise d’envoyer Liszt voir sa maîtresse, la comtesse Hanska, celle-ci parle ensuite dans son journal des lèvres du musicien. Sa beauté était ravageuse. La musique de Franz Liszt vous a-t-elle inspiré pour « Marie, l’ange rebelle » ? Liszt était un interprète fabuleux,un artiste de cirque à lui tout seul. Il jouait avec les bras, car pour lui, les doigts étaient au bout des bras. Chopin disait de lui : « J’aurais voulu lui voler la façon dont il joue mes études ».Liszt deviendra ensuite compositeur, mais il était si virtuose que les autres pianistes ne pouvaient avoir sa capacité de jeu. Vous vous êtes spécialisé dans la mise en roman de l’histoire. Pourquoi vous passionnez-vous d’abord pour les personnages ? Je n’ai jamais écrit de roman historique. J’ai écrit des livres sur l’histoire, mais qui je l’espère se lisent comme des romans. Le livre sur La Fayette se vend très bien. Au début on m’a dit : « Ne le publie pas, ce genre de livre ne marche pas, il faut du Jonathan Littell ou des Franz Liszt était la pop star de l’époque Repères E. FEFERBERG/AFP R. GAILLARDE/GAMMA R. GAILLARDE/GAMMA livres sur la politique. » Résultat des courses : un best-seller. Vous avez déjà trente livres à votre actif. Pourquoi écrire autant ? Quand j’étais journaliste, je ne pouvais écrire qu’un livre par an. Depuis que j’ai arrêté, je peux en publier deux. On me dit souvent que je publie beaucoup. Mais je n’ai écrit que trente livres ! Je me compare souvent à mes confrères : Honoré de Balzac en a écrit 80 et Alexandre Dumas en a écrit 200 ! A. JOCARD/AFP Auriez-vous aimé vivre au XIX e siècle, votre époque de prédilection ? Je suis favorable au décalage horaire de l’histoire. Nous n’avons qu’une seule vie. Il faut donc essayer d’être milliardaire en vie. Et puis je suis aussi très bien ancré dans mon époque : j’ai créé les premiers clips culturels, une des premières radios libres qui s’appelait Radio Mégalo. J’ai fait le premier site internet pour les Françaises qui écrivent. Je suis donc le père du blog, un pionnier dans la communication. Il faut savoir faire table rase du passé pour qu’il revienne vers vous. Cela dit, le XIX e avait d’énormes avantages. On y voyageait énormément. La célébrité n’était pas éphémère. Chateaubriand, quand il arrivait au poste frontière, était reconnu. L’histoire c’est de comprendre la vie, l’actualité. Il n’y a jamais une situation toute faite, pour l’éternité. L’histoire, ce n’est pas fini, ce n’est pas le passé. C’est ce qui a de l’avenir en nous. * Marie, l’ange rebelle, éditions Belfond, 19 €. Ecrivain primé « Marie, l’ange rebelle » Festival littéraire Gonzague Saint-Bris a reçu le prix Interallié en 2002 pour son ouvrage d’inspiration autobiographique, Les vieillards de Brighton. « J’étais très fier d’être reconnu par mes pairs pour un livre qui racontait un épisode tragique de mon enfance. » PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS EHRGOTT ET XAVIER PLASSON BIOGRAPHIE Gonzague Saint-Bris est né en 1948 en Touraine, région qu’il chérit. Il a été conseiller municipal de Loches. Successivement rédacteur au Figaro, animateur de radio libre, vidéaste, directeur de la stratégie et du développement du groupe Hachette Filipacchi Médias, directeur-propriétaire du magazine Femme. Auteur de plus de 30 romans, il a reçu le prix Interallié en 2002 pour Les vieillards de Brighton et le prix des Romancières pour L’enfant de Vinci. « Dans ce livre, j’ai voulu poser la question : « Y a-t-il une vie après le grand amour ? ». Après sa rupture d’avec Franz Liszt, Marie d’Agoult emprunte un nom d’homme pour devenir écrivain, tout comme Aurore Dupin est devenue George Sand. Marie possède un style unique, juste en dessous de Madame de Staël. » Saint-Bris a créé un festival, La forêt des livres, qui accueille les auteurs les plus prestigieux dans le village forestier de Chanson-près-Loches, dans sa Touraine natale. Chaque dernier week-end d’août, il accueille plus de 150 auteurs et 40000 visiteurs.
TNT SHOW en direct tous les lundis à 22h15. Quand la musique est bonne, le TNT Show détonne ! Concert, duos, cartes blanches... Du live, rien que du live ! LA NOUVELLE GRANDE CHAÎNE GÉNÉRALISTE Laurie Cholewa Ce soir, ils se produisent en toute liberté : - Les Rabbeats, chantent les Beatles - The Eight Killers reprennent le meilleur des Blues Brothers - Les Socquettes Blanches, présentent leur spectacle « Il était une fois... les années 60 » - Les artistes de la toute dernière adaptation des « 1001 Nuits » *Direct8 est accessible gratuitement via la TNT (canal 8), le satellite (CanalSat - canal 38 - CanalSat Horizon, canal 16), le câble (Noos UPC France/Numéricâble - canal 28), l’ADSL (canal 8), la téléphonie 3G et sur Internet (www.direct8.fr).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :