Direct Soir n°109 13 fév 2007
Direct Soir n°109 13 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°109 de 13 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Saint-Valentin, vivement demain !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mardi 13 février 2007 8 ACTU FRANCE EN BREF Hommage à Ilan Halimi vUn an après le décès d’Ilan Halimi, une cérémonie de recueillement, organisée par la ville de Clichy-la-Garenne, aura lieu ce soir au parc Roger Salengro, devant l’arbre et la plaque dédiés à sa mémoire. Le 13 février 2006, le jeune homme mourait suite aux tortures infligées par ses tortionnaires, le « gang des barbares ». A la demande de la famille de la victime, le corps d’Ilan Halimi a été inhumé vendredi 9 février 2007 à Jérusalem. UFC-Que Choisir veut taxer les pétroliers v A la veille de l’annonce par Total de ses résultats annuels qui devraient dépasser les 12 milliards d’euros, l’association de consommateurs propose une taxe d’un milliard d’euros par an pendant cinq ans sur les profits déclarés en France des compagnies pétrolières. Cette demande est censée contribuer au financement d’un plan Marshall pétrole pour aider les consommateurs à diminuer leur dépendance au pétrole. Un collier pour mesurer la pollution v150 personnes équipées d’un collier capteur vont mesurer aujourd’hui la pollution dans l’agglomération parisienne. Objectif : vérifier les écarts d’exposition selon quatre panels : piétons/usagers des transports en commun, cyclistes, automobilistes et sédentaires. Simplification de la Constitution européenne v François Bayrou s’est prononcé hier pour « un texte substantiel, simple et compréhensible par tous » pour remplacer la Constitution européenne. Il a demandé également que le nouveau traité soit soumis à référendum en France. MÉDIATEUR/La République plus proche du citoyen Jean-Paul Delevoye est plutôt satisfait de son bilan. Rendu public lundi, ce texte de 84 pages liste l’ensemble des prérogatives du médiateur de la République obtenues en 2006. « L’institution a beaucoup évolué, avec plus de proximité (300 délégués sur le terrain), plus de réactivité (nous traitons les dossiers directement sur place), plus d’analyse pour un sens plus aigu de la justice », précise Jean-Paul Delevoye. Une proximité qui s’est traduite par un redéploiement des fonctions de son institution sur le territoire en multipliant ses correspondants locaux. Un délégué est ainsi présent dans chaque maison départementale du handicap. L’institution indépendante s’est aussi vu confier le contrôle général des prisons. « Chambre d’échos des débats de fond de la société », le médiateur de la République se place au plus près du citoyen, s’attaquant à des sujets sociaux complexes, pour améliorer la protection des plus faibles. Probablement le plus important d’entre eux, la lutte contre le « malendettement », terme préféré au surendettement, qui combat la facilité à obtenir un crédit. Autre mesure phare du rapport, la réforme des tutelles et des curatelles. La France comptera bientôt un million de personnes sous ce régime de protection juridique. L’année 2006 a également montré la capacité d’influence du médiateur auprès du législateur. Treize de ses propositions de réforme ont été satisfaites : la réforme du permis de construire UNIVERSITÉ/Un nouveau diplôme h Le ministre de l’Éducation, Gilles de Robien, va créer pour la prochaine rentrée universitaire un nouveau diplôme national. Intitulée « capacité de médecine en acupuncture », cette qualification sera accessible aux docteurs en médecine, après deux ans d’études dans les universités habilitées à le délivrer. La formation en acupuncture existait déjà, mais uniquement sous la forme d’un diplôme interuniversitaire, et non national. Cette initiative devrait favoriser une plus grande reconnaissance dans les universités françaises d’une pratique jusqu’à présent classée parmi les médecines parallèles. L’annonce de la création de ce diplôme intervient après la signature, le 2 février dernier à Pékin, d’un protocole de coopération universitaire sur ce thème, visant à mieux prendre en compte les « apports potentiels de l’enseignement de la médecine traditionnelle chinoise ». ANTONIN MOSER,LAURE DEGOUY,XAVIER PLASSON,MARION SOUZEAU,AURORE MÉSENGE,RENAUD CHARLES,ALEXANDRA MONTALDIER près des sites classés, la lutte contre le mariage forcé ou encore l’indemnisation logement en cas de garde alternée des enfants pour les couples divorcés. Un rôle d’influence accru, qui montre que le médiateur est mieux connu : « Avant mon arrivée, le médiateur avait un souci de communication. J’ai tourné le dos à cette tradition d’action dans l’ombre. 50% de mes rendez-vous sont des demandes d’information. » Ce qui peut expliquer l’augmentation de 5% par rapport à l’année précédente de ses interventions. Pour les deux tiers, il s’agissait d’obtenir l’annulation d’une décision administrative ou une solution à un litige complexe. SOCIÉTÉ/Maurice Papon opéré h A l’aube de ses 97 ans, Maurice Papon doit subir aujourd’hui une intervention chirurgicale. L’ancien haut fonctionnaire du régime de Vichy est hospitalisé dans une clinique de Seine-et-Marne depuis jeudi dernier pour une insuffisance cardiaque. L’intervention prévue est estimée « mineure mais source d’inquiétude » par son avocat M e Francis Vuillemin. Condamné pour « complicité de crimes contre l’humanité » en 1998 pour son rôle dans la déportation des juifs pendant l’Occupation, Maurice Papon avait été libéré pour raisons de santé en 2002. Reconnu coupable par la cour d’assises de Bordeaux et contraint à une peine d’emprisonnement de dix ans, Maurice Papon a toujours clamé son innocence. En octobre 1997, après 17 ans de bataille juridique et l’épuisement des recours, l’ancien fonctionnaire s’est vu condamné définitivement. Il avait été libéré en septembre 2002 grâce aux dispositions de la loi Kouchner de la même année. Avant d’être Jean-Paul Delevoye et Jacques Chirac, à l’Elysée, hier. C’est dit « J’ai développé dans l’institution une fonction d’accueil. Trop d’organismes se réfugient derrière des répondeurs téléphoniques : tapez 1 si vous voulez… » Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République. rattrapé par son passé, Maurice Papon a connu une longue carrière dans les plus hautes sphères de l’Etat. Après avoir exercé, sous l’Occupation, les fonctions de secrétaire général de la préfecture de Gironde, il a occupé le poste de préfet de Constantine lors de la guerre d’Algérie, puis de préfet de police de Paris entre 1958 et 1967. A ce titre, on avait évoqué sa responsabilité dans la sanglante répression de la manifestation algérienne, le 17 octobre 1961, qui avait fait de nombreuses victimes. Maurice Papon. P.KOVARIK/AFP DERRICK CEYRAC/AFP
www.directsoir.net PRÉSIDENTIELLE/Pour les candidats, le temps est compté Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) dénonce « la persistance d’un déséquilibre » dans les temps de parole des candidats sur « certaines » chaînes de télévision. Explications. Quatre candidats pour le prix d’un. Après Nicolas Sarkozy, seul candidat invité la semaine dernière sur le plateau de J’ai une question à vous poser, quatre prétendants à la présidence de la République (Olivier Besancenot, Marie-George Buffet, Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers) se sont partagés hier soir le temps d’antenne de la nouvelle émission politique de TF1. Dans une semaine, Ségolène Royal sera seule à la tribune. Pour la dernière émission, programmée le 26 février, ils seront à nouveau quatre (François Bayrou, José Bové, Arlette Laguiller et Dominique Voynet). Inéquitable ? « Pas du tout, se défend un représentant de la chaîne privée. Au contraire, nous respectons le principe d’équité imposé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel. » Jeudi dernier, le CSA soulignait dans un communiqué « la persistance d’un déséquilibre marqué entre les deux candidats bénéficiant des temps les plus importants et les autres candidats ». Visés, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy totalisaient respectivement, sur les cinq chaînes hertziennes nationales, entre 23,4% et 35,3% de temps d’antenne (temps de parole plus commentaires) entre le 1 er décembre et le 2 février. Pour la trentaine d’autres candidats, déclarés ou présumés, le CSA estimait que les temps accordés étaient « insuffisants », voire quasi nuls. Pour conclure, l’autorité demandait aux chaînes « de poursuivre les rééquilibrages nécessaires ». Créé en 1989, le CSA a notamment pour mission de veiller au respect du pluralisme politique dans les médias audiovisuels. En période électorale, ce contrôle, accru, fait l’objet de recommandations spécifiques. Pendant la phase « préliminaire », du 1 er décembre 2006 au 19 mars – veille de la publication de la liste officielle des candidats établie par le Conseil constitutionnel – l’équité est de rigueur. Le temps de parole des candidats doit être proportionnel à leur « poids politique ». Pour l’évaluer, le CSA se fonde sur les résultats du candidat ou de son parti aux dernières élections et la « capacité à manifester concrètement l’intention affirmée d’être candidat » (organisation de réunions publiques, débats…). Au cours de la période « intermédiaire », du 20 mars C’estdit « Je ne sais pas que j’ai 80ans. Ce matin, comme tous les jours, je me suis dit : Ah, je ne suis pas morte ! Cela fait très longtemps que je vis les choses comme cela. » Juliette Gréco, dont c’est aujourd’hui l’anniversaire. (Le Parisien) C. CHEVALIN/TF1 Equité du temps d’antenne et égalité du temps de parole au 8 avril, veille de l’ouverture de la campagne, la règle est mixte : équité du temps d’antenne et égalité du temps de parole. Enfin, au moment de la campagne, du 9 avril au 21avril, veille du premier tour, « l’égalité doit être respectée en assurant aux candidats des conditions de programmation comparables ». La recommandation concerne aussi les soutiens des candidats, quel que soit leur statut, « syndicalistes, représentants d’associations, personnalités de la société civile, proches, y compris les intervenants non identifiés (personne dont le témoignage est recueilli lors de microstrottoirs, dans le public d’un meeting, etc.) ». C’est la raison pour laquelle le CSA comptabilise désormais le temps de parole de Steevy, chroniqueur dans l’émission On a tout essayé, Pascal Sevran ou encore Johnny Hallyday, sympathisants UMP, dans le temps d’antenne accordé à Nicolas Sarkozy. Toutefois, précise l’institution, « la recommandation ne s’applique pas aux services de télévision et de radio qui sont exclusivement accessibles par Internet ». Rappelant par la même occasion qu’aucune règle visant à garantir le pluralisme n’existe pour le Web. « Il y a au moins un point commun entre les deux candidats : en période électorale, il n’est pas nécessaire de présenter un budget équilibré ». Des économistes de Bank of America, à propos du coût des programmes. (Le Figaro) « Je leur ai dit que j’attendais d’eux plus de présence, plus d’engagement, plus de rigueur, plus de volonté et – pourquoi pas ? – jusque dans leur vie personnelle. Ça correspond à l’esprit commando. Pour moi, l’opération de la dernière chance, c’est ça. » Rudi Roussillon, président du FC Nantes, à propos de ses joueurs. (L’Équipe) Sur le plateau de J’ai une question à vous poser. S. REIX/FLASH PRESS FRANCE VACCINATION/Campagne contre la méningite AJPHOTO/HOP AMERICAIN/OREDIA h Dans la région de Dieppe, particulièrement touchée par la méningite, une campagne de vaccination initiée en juin 2006 a repris hier sur 2800 enfants de 1 à 5 ans. Une souche virulente de la maladie, nommée le B-14, frappe trois fois plus d’habitants en Seine-Maritime que la moyenne nationale. Pour la combattre, le vaccin MenBVac, fabriqué en Norvège, va être inoculé aux enfants. A cette occasion, la campagne va faire l’objet d’une évaluation du CHU de Rouen. « En marge, nous allons proposer une prise de sang faite sur 300 enfants choisis par tirage au sort pour estimer l’efficacité du programme vaccinal », explique François Caron, directeur du service des maladies infectieuses du CHU de Rouen. L’heure est encore aux supputations puisque l’origine de l’infection n’est toujours pas connue. « Il existe des facteurs dans cette région qui ont permis à la souche bactérienne de s’implanter et de se développer à cet endroit. Des recherches sont d’ailleurs en cours d’élaboration afin de déterminer quels sont ces facteurs », indique François Caron. Ainsi, une étude dont les résultats sont attendus pour juin, permettra de déterminer si « le schéma vaccinal » adopté lors de cette campagne est bien adapté. Dans les KIOSQUES Lancé fin janvier, Divine est un magazine entièrement consacré au sport féminin. Outre l’actualité des athlètes de haut niveau, ce bimestriel aborde différents thèmes, de la mode au bien-être, en passant par la santé et la diététique. Directsoir t Mardi 13 février 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :