Cube Mag n°34 mai/jun 2007
Cube Mag n°34 mai/jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de mai/jun 2007

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : France Télévisions Publicité

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1 Mo

  • Dans ce numéro : le Tour de France 2007, en trois étapes sur France Télévisions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
La mémorisation des campagnes automobile avec France Télévisions Publicité MémoTVScope  : FTV booste la mémorisation des campagnes automobile Automobiles CITROËN MEMOVALUE, L’INDICATEUR DE REN- TABILITÉ QUI COMPARE MÉMORISA- TION ATTENDUE ET CONSTATÉE La rentabilité des campagnes est mesurée grâce à l’indicateur Memovalue. Celuici compare le score de mémorisation constaté (sur la base des réponses telles qu’expliquées en encadré), au score de mémorisation attendu (modélisé grâce à la base de données IPSOS en fonction du niveau des investissements réalisés). Ainsi, plus Memovalue est fort, plus la mémorisation constatée est supérieure à la mémorisation attendue. I Lancé en 2002, l’outil Mémo- TVScope analyse la mémorisation des campagnes automobile et leur rentabilité, notamment en fonction des chaînes choisies. La télévision constitue un levier essentiel de l’identité des marques automobiles, de l’image et de la notoriété de leurs modèles. Mais quel est précisément l’impact des campagnes sur la mémorisation ? Le premier objectif de l’outil MémoTVScope de France Télévisions Publicité est précisément de le mesurer. L’optimiser en choisissant les bonnes chaînes constitue sa seconde ambition, grâce à un volet dédié à l’efficacité de la mémorisation des campagnes en fonction de la part des investissements consacrés à FTP. LE TRACKING PUBLICITAIRE AVEC MEMOTVSCOPE Depuis 2002, France Télévisions Publicité effectue, deux fois par an, un tracking publicitaire sur le secteur automobile. Avec IPSOS-ASI, l’outil MémoTVScope a étendu son champ d’analyse en 2005. Il intégre désormais la notion de rentabilité des investissements, en termes de mémorisation, en fonction de leur poids sur les chaînes du groupe France Télévisions (classés en Petits/Moyens/Gros investisseurs FTV). La vague 10, dont les résultats sont présentés ici, s’est déroulée en octobre et novembre 2006, autour du Mondial de l’automobile. RAPPROCHER MÉMORISATION ET INVESTISSEMENTS MémoTVScope met en regard l’indicateur de mémorisation publicitaire des campagnes et les investissements réalisés sur le média. Ce suivi des campagnes et des marques est étalonné grâce aux informations issues de la base de données exclusive IPSOS-ASI Callipsos, recouvrant plus de 3 000 campagnes TV testées. ANALYSER LES IMPACTS DU POIDS DES INVESTISSEMENTS PAR CHAÎNE... Au-delà de la mémorisation publicitaire, quel LE SCORE DE MEMORISATION CONSTATÉ  : MÉTHODOLOGIE I 75 modèles Pour cette dixième vague, comme pour les précédentes, 75 modèles de voitures ont été benchmarkés. I 1 question Les personnes interrogées ont répondu à la question suivante  : « Avez-vous vu personnellement au cours des derniers mois à la télévision un ou des films publicitaires pour la marque ‘‘M »/et plus précisément pour le modèle/marque ‘‘N ») ? » I Environ 6 300 interviews par vague Deux vagues d’étude dans l’année. P.4 pl ra télévisions mozaïk magazine n°34 - mai 2007 fpublicnceité
est l’impact de la répartition des investissements par chaîne ? Par extension, les campagnes à forte part de marché France Télévisions Publicité fonctionnent-elles mieux que la moyenne en termes de mémorisation publicitaire ?... AU GLOBAL ET PAR MODÈLE Deux approches sont proposées  : une analyse globale du marché automobile selon le niveau d’investissement propre à France Télévisions Publicité (en GRP) et une analyse globale des modèles ayant communiqué sur les chaînes de France Télévisions. Les campagnes sont classées en trois groupes  : les campagnes à ‘‘faible pdm FTV » (consacrant moins de 25% de leurs investissements TV à FTV), les campagnes à ‘‘moyenne pdm FTV » (de 25% à 33% de part FTV) et les campagnes à ‘‘forte pdm FTV » (plus de 33% de part FTV). () Les campagnes réservant plus de 33% de leurs investissements à FTV sont les plus efficaces en termes de mémorisation. FRANCE TÉLÉVISIONS PERMET DE RENFORCER LA MÉMORISATION... Depuis la mise en place de cette étude, un résultat s’impose  : les campagnes à ‘‘forte pdm FTV » fonctionnent mieux en termes de mémorisation que celles où FTV est faiblement investie. Ainsi, les campagnes dont la proportion d’investissements sur FTV dépasse les 33% (nommés ‘‘Fort FTV ») apparaissent comme les plus efficaces en termes de mémorisation. Un résultat qui se confirme en outre vague après vague. LES ATOUTS DE FRANCE TELEVISIONS AVEC CITROËN Philippe Boutron, Responsable média de Citroën France ‘‘ France Télévisions nous permet de jouer l’affinité en sus de la puissance. Quelles sont les problématiques de communication du secteur Auto ? Philippe Boutron  : « Le marché de l’Automobile est marqué par une double problématique. Le contexte général est atone, avec un volume de véhicules neufs achetés en France en baisse. En parallèle, le nombre d’acteurs de ce marché est, lui, en croissance, à la fois en termes de marques et de produits. Conséquences directes  : la concurrence est forte et l’émergence de chaque modèle, plus difficile à assurer. » Quel est le rôle de la télévision dans votre stratégie de communication ? P.B.  : « Concentrant près de la moitié de nos dépenses média, la télévision joue un rôle central dans la stratégie média de Citroën. Emergence, puissance, construction d’image, la télévision permet de faire connaître les modèles sur l’ensemble du territoire, une problématique cruciale pour notre marque, qui pénètre toutes les strates d’habitat. Mais la TV doit aussi répondre à des contraintes économiques fortes, apportant une meilleure efficacité au moindre coût. En outre, et compte tenu de l’implication que représente » l’achat d’une voiture, le média permet d’opérer une sélectivité forte autour de certaines tranches horaires (prime time, week-end) et d’environnements programmes porteurs. » Un plan TV ne peut-il s’évaluer que sur la base de critères quantitatifs ? P.B.  : « Si la prise en compte de critères quantitatifs (GRP, distribution des contacts, coût/GRP...) est indispensable, elle n’est pas suffisante. L’environnement programme, la position dans l’écran, d’un point de vue strictement médiaplanning, ainsi que les scores de reconnaissance, d’attribution ou d’agrément sont prépondérants. » Sur ces aspects qualitatifs, quels sont les atouts de France Télévisions ? P.B.  : « Le public de France Télévisions est un public haut de gamme, très impliqué dans ses choix. Dans une configuration de marché marquée par une forte segmentation, les chaînes du Groupe nous permettent de jouer l’affinité en sus de la puissance. L’offre, en matière de chaînes thématiques, est également un atout, rassemblant une audience de leaders d’opinion. » UNE MÉMORISATION QUI SE RENFORCE AVEC UNE PRÉSENCE AFFIRMÉE SUR FRANCE TELEVISIONS Lecture  : l’indice 100 correspond à l’indice de rentabilité moyen sur le segment concerné Faible FTV Moyen FTV Fort FTV 150... ET CE, QUEL QUE SOIT LE SEGMENT Réalisé par segment, l’exercice est également riche d’enseignements. Ainsi, sur la vague 10, les campagnes à ‘‘forte pdm FTV » fonctionnent mieux, quelque soit l’univers de concurrence étudié, du segment inférieur au segment supérieur (cf. graphe ci-contre). A souligner, il n’y a eu aucune campagne à ‘‘faible pdm FTV » sur le segment supérieur. Automobiles CITROËN 102 110 110 99 80 84 91 Segment inférieur Segment moyen Segment supérieur Source MémoTVScope - base 100 = moyenne MemoValue des modèles ayant investi en vague 10 mozaïk magazine n°34 - mai 2007 Pi humectée visions publicité P.5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :