Chasse Magazine n°4 mai/jun/jui 2016
Chasse Magazine n°4 mai/jun/jui 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°4 de mai/jun/jui 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 58,5 Mo

  • Dans ce numéro : technique de chasse à l'approche.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
FICHES PRATIQUES I l peut vivre pendant 15 à20 ans. Il s'agit d'une espèce invasive, présente en très faible quantité. En France, Il existe quelques populations de cerfs Sika vivant àl’état sauvage. Elles sont issues de quelques individus offerts par le Mikado en 1890 au Président Carnot. Les animaux qui se sont reproduits dans le parc de Rambouillet (Yvelines) sont àl’origine de toutes les populations françaises vivant généralement dans des parcs clos. Il existe cependant quelques populations sauvages, la plus grande étant celle d’Armainvilliers (77) qui est estimée à250 animaux. Dans l’Oise, une population a été implantée avant la 2e Guerre mondiale, l’objectif actuel étant de limiter son développement. Dans les Bouches-du-Rhô ne, quelques dizaines d’individus issus d’un enclos (cadeau de l’Empereur du Japon en 1924) se sont installés vers Cadarache. Dans le Calvados, une population est installée depuis une dizaine d’années, elle est non éradiquée malgré les efforts des louvetiers et détenteurs de droit de chasse. Dans le Val d’Oise, il existe une population sauvage d’une vingtaine d’animaux. Une dizaine de cerfs Sika issus d’un enclos est également retournée à l’état sauvage dans le Lot depuis 1990. Caractéristiques Les mâ les ou cerfs pèsent jusqu'à80 kg àl'â ge adulte, et mesurent de 75 à100 cm au garrot. Les biches, elles, n'atteignent pas plus de 50 kg et mesurent rarement plus de 70 cm au garrot. On reconnaî t facilement le Sika, en été, sa robe est brun noisette lustrée tachetée de blanc. Il a également des poils plus clairs au niveau de l'arcade sourcilière, cela lui donne un air renfrogné ! L'hiver, ses poils sont beaucoup plus sombres et prennent une teinte brune très foncée sans tâ ches. Les cerfs Sika ont aussi une caractéristique propre, c'est leur « miroir » fessier. C'est 68 - Chasse magazine Gibiers poils/CERF SIKA, animal sacré au Japon Le cerf Sika est originaire de l'Est de l'Asie, c'est un animal sacré pour les Japonais. Il a été introduit il y a une centaine d'années en France et ailleurs en Europe. une zone blanche au niveau de la croupe, entourée de noir. Leur queue est également blanche cernée d'une ligne plus sombre.un trophée précieux. Comportement et reproduction Le brame a lieu de fin septembre àdébut novembre. Les mâ les émettent un long sifflement très aigu qu'ils répètent trois fois. Ils se battent souvent pour garder leur statut de dominant et ainsi pouvoir se reproduire avec les biches. La gestation est de 7 mois et les biches n'auront qu'un seul faon par an, qui naî - tra donc entre mai et juin. Les faons sont sevrés au bout de 6 mois, mais avant cela, ils restent très prudents et sont souvent cachés dans les hautes herbes pendant que leurs mères pâ turent plus loin. Ainsi en cas de danger, les prédateurs suivent les cerfs et biches en fuite et les jeunes faons sont épargnés. Pour avertir du danger les cerfs poussent un cri aigu et bref, ils gonflent également leur « miroir » fessier et s'enfuient en faisant de petits bonds rapides. Alimentation Les cerfs Sika sont des herbivores ruminants. Ils se nourrissent d'herbe mais aussi de lichens et champignons, jeunes pousses, feuilles, plantes, fruits et en hiver, quand la nourriture est plus difficile àtrouver, ils mangent aussi les écorces d'arbres. Les bois du cerf Sika Les cerfs Sika portent des bois qu'ils perdent ensuite entre février et mai. Ces bois poussent progressivement en grandissant chaque année. On peut ainsi connaî tre l'â ge d'un mâ le grâ ce au nombre de « cors » ou « andouillers » qu'il a, cependant il a rarement plus de 10 cors.
Gibiers poils/SANGLIER, le plus prolifique Le sanglier est le plus abondant de nos grands gibiers. Son caractère de semi-nomade l'amène à se déplacer à la recherche de tranquillité et de nourriture, mais il demeure volontiers fidèle au territoire où il est aménagé et où il trouve de quoi satisfaire son robuste appétit. L e sanglier, présent ou de passage dans toutes les forêts de France, est l'objet de chasse acharnée, et seules sa fécondité et son intelligence remarquables permettent àl'espèce de se maintenir. Causant des dégâ ts considérables s'il est en surnombre, il est souvent classé parmi les animaux nuisibles par arrêté préfectoral, décision ayant pour effet de provoquer des battues administratives parfois excessives. Les dégâ ts du sanglier son payés aux agriculteurs par les fédération départementales de chasse, qui trouvent leurs subsides au prêt des chasseurs bien entendu (timbre grand gibier). Caractéristiques Le sanglier peut atteindre un poids de 150-200 kilos et plus dans certains pays pour le mâ le, rarement plus de 100 kilos pour la laie. Ce sont làles 2 poids extrêmes, un sanglier de 160 livres étant déjàune belle bête. Le mâ le peut atteindre 90 cm au garrot. La médiocrité de la vue est compensée par une ouï e efficace, et surtout par un odorat très fin. Le sanglier a une denture très complète de 42 dents, mais des canines sont caractéristiques. Les longues canines inférieures « les défenses » s'aiguisent en permanence contre les 2 grosses supérieures, les « grés ». Ce frottement, en rendant les défenses tranchantes et pointues, en fait un « instrument de travail » et une arme redoutables pour les mâ les. Les laies ne portent que des canines plus petites nommées crocs. La taille des défenses n'a aucun rapport avec le poids de l'animal, mais elle peut donner une indication sur son â ge. En gros, on peut estimer qu'à 3 ans la partie usée est de 3,5 cm ; à4 ans, de 5 cm ; à 5 ans, de 6 cm. Au-delà, les défenses se recourbent audessus des grés vers l'arrière, vers les yeux : on dit l'animal « miré ». Le pied du sanglier pourrait être confondu avec celui du cerf si les 2 doigts postérieurs, les gardes, ne marquaient le sol. Le mâ le pose le pied postérieur dans la trace du pied antérieur, un peu en dehors ; ses gardes plus grandes et plus écartées que celles de la laie. La trace postérieure est toujours plus petite que l'antérieure. Il arrive souvent qu'une pince soit plus longue ou déformée : on parle dans ce cas de pied « pigache ». Puissant et musclé, le sanglier peut parcourir des distances considérables. Il nage fort bien et aime se souiller dans la glaise pour se frotter ensuite au tronc d'un résineux. Le mélange de boue et de résine forme une véritable armure sur les épaules, mais surtout, il débarrasse l'animal des parasites de la peau. Les poils, ras en été, s'allongent àl'automne, et une épaisse bourre laineuse, àmême la peau, permet au sanglier de résister aux grands froids, qu'ils supporte moins bien que les cervidés, le sol gelé l'empêchant de rechercher sa nourriture. Le sanglier n'aime pas non plus la montagne pour la même raison. Comportement et reproduction Le rut principal a généralement lieu en décembre. Les vieux mâ les recherchent les compagnies et se livrent alors àde violents combats. Après un peu plus de 4 mois de gestation, la laie met bas 4 à10 marcassins beige clair rayé de roux dans un nid de branches, d'herbes et de fougères très bien préparé, où les petits vont passer leurs premiers jours. Dés qu'ils sont assez forts pour suivre leur mère, celle-ci les conduits au gagnage, le plus souvent dans les céréales, où ils commettent des dégâ ts considérables. Les jeunes portent le non de marcassin jusqu'à6 mois, â ge auquel ils quittent leur livrée rayée pour devenir bêtes rousses. Dés l'â ge de 1 an, ils prennent une couleur allant du gris plus au moins foncé au noir presque complet ; on les appelle bêtes de compagnie, non qu'ils conservent jusqu'àl'â ge de 2 ans ; les mâ les se nomment alors ragots et l'on commence à apercevoir leurs défenses. A 3 ans, le sanglier devient tiers-an et ses défenses sont déjàredoutables. Il vit de plus en plus séparé des compagnies. Il sera ensuite quartanier, puis à5 ans, grand sanglier : àcette â ge, il atteint sa force et son poids maximum. Les grands mâ les vivent en général solitaires ou par petits groupes. Les laies sont saillies dés leur première année et mènent ensuite une vie de compagnie, conduisant en générale leurs marcassins et les bêtes rousses de la portée précédente. On voit souvent de grandes bandes, composées de plusieurs femelles et de leur bruyante et joyeuse progéniture. Alimentation Les daims se nourrissent de pousses et de feuilles, et broutent beaucoup dans les prés. Ils aiment particulièrement les fruits de la forêt, glands et châ taignes. L'hiver, ils se contentent de ronces, de lierre, de gui, de graminées sèches et de genets. Chasse magazine - 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 1Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 2-3Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 4-5Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 6-7Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 8-9Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 10-11Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 12-13Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 14-15Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 16-17Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 18-19Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 20-21Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 22-23Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 24-25Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 26-27Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 28-29Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 30-31Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 32-33Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 34-35Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 36-37Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 38-39Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 40-41Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 42-43Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 44-45Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 46-47Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 48-49Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 50-51Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 52-53Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 54-55Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 56-57Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 58-59Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 60-61Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 62-63Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 64-65Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 66-67Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 68-69Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 70-71Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 72-73Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 74-75Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 76-77Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 78-79Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 80-81Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 82-83Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 84