Chasse Magazine n°4 mai/jun/jui 2016
Chasse Magazine n°4 mai/jun/jui 2016
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°4 de mai/jun/jui 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (220 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 58,5 Mo

  • Dans ce numéro : technique de chasse à l'approche.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
DOSSIER/gibiers plumes Vous en trouverez près de chez vous ! Les perdrix aiment bien vivre dans des forêts qui ont été "travaillées" par les humains. Chassez dans les secteurs boisés situés près des routes ou bordant les terres cultivées. Chassez aussi dans les chemins graveleux traversant les secteurs boisés des fermes. Évidemment, n'oubliez pas d'obtenir la permission du propriétaire lorsque vous fréquenterez une terre privée. En forêt, vous trouverez les perdrix dans les bois mixtes, c'est-à-dire ceux où existe un mélange d'arbres résineux, de conifères et de feuillus ; de telles forêts remplacent habituellement celles qui ont été rasées par les exploitants forestiers ou par le feu. Les conifères accordent aux perdrix le refuge contre les prédateurs et les intempéries, tandis que les feuillus lui procurent sa nourriture. En forêt, chassez près des anciennes "sablières" et carrières de gravier, ainsi que dans les chemins traversant d'anciens "buchés". « Dès que le soleil paraît à l'horizon, la perdrix commence à se déplacer pour s'alimenter. » Elle s'arrêtera le long d'un chemin pour ingurgiter du fin gravier, nécessaire au broyage de la nourriture dans son gésier. Elle en profitera pour s'ébrouer dans le sable chaud. Vous la trouverez près d'arbustes à fruits sauvages et près d'un ruisseau. 30 - Chasse magazine QUE SAVONS-NOUS SUR LA PERDRIX ? La perdrix fait partie du gibier à plume apprécié, chassé sur tout le territoire français, dont il existe deux variétés : - la perdrix rouge - la perdrix grise L'une et l'autre sont appelées "perdreau" quand elles ont moins d'un an, mâle ou femelle. On reconnaît le perdreau à son bec flexible et à la première plume de l'aile pointue et marquée d'un point blanc. Le très jeune perdreau d'ouverture est dit "pouillard". La perdrix rouge : la plus grosse, a le dos et le ventre roux, la gorge blanche et le bec et les pattes rouges ; elle est plus répandue dans le Midi et le Sud-Ouest. La perdrix grise : gris-roux sur le dos et gris-cendré sous le ventre, avec une tache marron chez le mâle, est beaucoup plus commune. La bartavelle : voisine de la perdrix rouge, qui jouissait d'une haute réputation gastronomique, est devenue rarissime. Le colin : (perdrix d'Amérique), introduit en France, donne en revanche de bons résultats. La chasse est plus productive quand il ne vente pas, quand il ne pleut pas et lorsque le soleil réchauffe le gravier. La chasse est plus facile à mesure que l'automne progresse, parce qu'il y a moins de feuilles aux arbres et arbustes : la perdrix a moins de chances de se camoufler et vous pouvez la suivre plus facilement du regard. Depuis les nombreuses années que je chasse la perdrix, j'ai fait certaines constatations. D'abord, d'une année à l'autre, les perdrix se succèdent exactement aux mêmes endroits. Lorsque vient le temps pour les jeunes perdrix d'occuper un territoire et d'y trouver des abris, c'est évident que des repaires qui ont plu à leurs prédécesseurs, pour toutes sortes de raisons, leur plairont aussi. Souvenez-vous de l'endroit très précis où vous récoltez chaque perdrix et retrouvrezle chaque année. Par exemple : quand j'ai récolté une perdrix couchée près d'un arbre mort tombé au sol, le long d'un chemin que je connais, je tiens note du décor en mémoire : je retourne au même endroit et j'observe les alentours du même arbre mort, durant mes chasses subséquentes, parce que je sais qu'une autre perdrix recherchera le même abri plaisant. Ce truc m'a permis d'augmenter sensiblement ma récolte de perdrix, au point que je puis maintenant indiquer à mes compagnons où sont les meilleurs "poulaillers"... J'ai aussi constaté qu'en marchant normalement, j'avais plus de chances de faire "lever" des perdrix qu'en avançant sur la pointe des pieds. Parce que, si je fais un peu de bruit en marchant, la perdrix, curieuse, voudra voir le prédateur qui approche et dévoilera sa présence en bougeant ou en criant. Écoutez bien : si la per-
drix cacabe, c'est qu'elle n'est pas seule dans le coin et qu'elle veut avertir les autres. Enfin, j'ai constaté que la gélinotte huppée vole rarement à plus de 50 ou 75 mètres de l'endroit d'où elle décolle. Ouvrez bien les yeux et suivez son vol : vous pourrez ensuite la joindre facilement, surtout si elle se branche. Une perdrix branchée se croit bien à l'abri d'un prédateur et elle est plus facile à rejoindre et à atteindre. « La gélinotte qui à vécu quelques volées de plombs devient méfiante et farouche pour le reste de ses jours. Une approche avec une certaine nonchalance fera fuir à coup sûr votre gibier. Les gélinottes ont l'oreille fine et ne se font pas prier pour déguerpir. Donc, il faut marcher très lentement. » Intelligente et rusée La perdrix possède quelques petits trucs lui permettant d‘éviter les plombs des chasseurs. Très fréquemment, l‘oiseau refusera obstinément de s‘envoler, préférant demeurer à pattes et courir rapidement en direction de bosquets touffus pour s‘échapper. Une autre caractéristique serait de s‘envoler vers les feuillus, au lieu de se diriger vers des endroits découverts. Ou encore placer un obstacle entre elle et le chasseur. Surveillez l‘oiseau prenant vol, il exécute un virage impossible et vous le perdez derrière un sapin ou une épinette. Parmi les endroits recommandés pour sa chasse, il ne faudrait pas oublier la proximité des cours d‘eau, ruisseaux, rivières ou même les talus boisés à proximité des berges des lacs. Les vergers suscitent aussi de l‘intérêt, tout comme les endroits où il y a concentrations de baies sauvages. NOS CONSEILS 1. Vous pourrez l’apercevoir dans les forêts ou en bordure des terres cultivées, à proximité des rivières, des ruisseaux et des lacs également. 2. En quête de nourriture, elle se déplace lorsque le soleil se pointe, s’arrête le long du chemin pour ingurgiter du fin gravier, et en profite pour s’ébrouer dans le sable chaud. 3. Il est préférable de chasser la perdrix lorsqu’il n’y a ni vent ni pluie, et lorsque le soleil plombe et réchauffe le gravier. 4. Vous pourrez repérer la perdrix plus facilement lorsque l’automne est avancée, car les arbres et les arbustes sont presque dénudés. La perdrix pourra difficilement se soustraire à vos yeux. 5. La « chasse fine » ou à pied est la façon la plus populaire pour chasser la perdrix. Savent en profiter davantage ceux qui ont un chien d’arrêt. 6. Retenez les endroits où votre chasse a été fructueuse, car les perdrix semblent affectionner des endroits bien précis, et ne pas transporter leurs pénates plus loin, même sil y a prédateurs. 7. Donc, si vous attrapez une perdrix dans un secteur, il y a fort à parier qu’elle n’est pas seule dans les parages, et qu’il y aura encore des perdrix à cet endroit dans une semaine, un mois, voire la saison prochaine. 8. Si vous apercevez une perdrix en vol, ne la perdez pas des yeux jusqu’à ce qu’elle se pose sur une branche. Comme elles sont de nature peu farouche, vous n’aurez sans doute aucune difficulté à la chasser. Chasse magazine - 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 1Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 2-3Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 4-5Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 6-7Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 8-9Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 10-11Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 12-13Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 14-15Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 16-17Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 18-19Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 20-21Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 22-23Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 24-25Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 26-27Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 28-29Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 30-31Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 32-33Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 34-35Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 36-37Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 38-39Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 40-41Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 42-43Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 44-45Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 46-47Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 48-49Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 50-51Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 52-53Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 54-55Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 56-57Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 58-59Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 60-61Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 62-63Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 64-65Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 66-67Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 68-69Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 70-71Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 72-73Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 74-75Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 76-77Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 78-79Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 80-81Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 82-83Chasse Magazine numéro 4 mai/jun/jui 2016 Page 84