Chasse Magazine n°2 déc 15/jan 2016
Chasse Magazine n°2 déc 15/jan 2016
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°2 de déc 15/jan 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 57 Mo

  • Dans ce numéro : secrets de chasseurs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
FICHES PRATIQUES Gibiers plumes/SARCELLE D’HIVER, magnifique La sarcelle d’hiver est un anatidé, comme les autres canards, les oies et les cygnes. C’est le plus petit des canards (250 à 450 g). Cette espèce est proche de la sarcelle d’été, un peu plus grande et qui passe l’automne et l’hiver en Afrique. D’octobre à juin, le mâle possède un plumage nuptial très coloré. Le reste de l’année, il est très terne comme la femelle. 500 à 1000 couples de sarcelles d’hiver nichent en France. On la rencontre aussi nichant principalement en Scandinavie et en Russie. Caractéristiques L a sarcelle d'hiver est le plus petit canard d'eau douce d'Europe. Son plumage nuptial est très attrayant  : la tête est rousse avec une large bande verte sur les joues. La poitrine est crème tachetée de noirâ tre, prolongée par un ventre blanc et un dessous de la queue jaune bordé de noir. Le dessus du corps et les flancs adoptent une coloration grise. Les ailes sont marquées par une fine bande blanche sur leur avant et par un miroir noir et vert sur la partie centrale. Le reste de l'année, après la mue, le mâ le porte des couleurs assez ternes comme la femelle. Il est entièrement brun et beige. 86 - Chasse magazine Chant  : la sarcelle d'hiver ne chante pas, mais émet des sifflements et des grognements rauques cruck. Cri d'envol commun au deux sexes knéék. Comportement et reproduction La sarcelle est un oiseau très sociable, qui est toujours en groupe. Bien qu'àla fois diurne et nocturne, une partie importante de son activité est concentrée au crépuscule et pendant la nuit pour la recherche de nourriture. Sur les cô tes, le repos ou l'absence d'activité coïncide avec la marée haute. Dispersées et discrètes pendant la période de nidification, on peut néanmoins observer des concentrations de plusieurs dizaines d'oiseaux sur les plans d'eau àpartir du mois d'août. C'est une espèce migratrice partielle. Elle est en effet très sensible au gel et àl'enneigement qui limitent ses possibilités d'alimentation. Lors des grandes vagues de froid, elle est surtout présente sur les cô tes occidentales et méridionales (Camargue, notamment). Autrefois, les Romains avaient domestiqué la sarcelle, elle a aujourd'hui repris l'état sauvage. Niche dans toute l'Europe tempérée dans les marais, tourbières souvent loin de l'eau découverte. Le nid est posé àterre dans la végétation touffue àproximité de l'eau. Entre avril et juin, la femelle y dépose entre 8 et 11 œufs qui sont couvés pendant 25 à30 jours. Les canetons sont nidifuges. Alimentation Comme sa cousine d'été, la sarcelle se nourrit de petites graines, et d'organismes microscopiques qu'elles trouvent dans le limon qu'elles filtrent à l'aide de leur bec. Son régime se compose essentiellement de matière végétale  : petites graines qu'elle récolte sur les terrains humides ou faiblement inondés au bord des étangs, dans les champs de maï s fraî - chement récoltés, les rizières ou les marais. Cependant, elle se nourrit également de microorganismes, de larves d'insectes, de crustacés et de mollusques qu'elle pêche dans les eaux saumâ tres et peu profondes des vasières en filtrant l'eau avec son bec.
Gibiers plumes/CANARD MANDARIN, royal Le canard mandarin mâle a le dessus de la tête vert et roux cuivré, les joues partiellement blanches, le bec rouge. Une touffe de grandes plumes orange dressées, en forme d'éventail, retombe sur le haut des ailes. Une double ligne blanche accolée d'une double ligne noire encadre les côtés de la poitrine brune et blanche. Caractéristiques L e ventre blanc précède une queue relativement longue et noire. Enfin, les plumes ornementales brun/orange des ailes sont des rémiges tertiaires, ses ailerons lui ont valu le nom scientifique de galericulata qui en latin signifie « galère ». Le dimorphisme sexuel est très marqué. En effet, contrairement au mâ le, la femelle a un plumage terne, presque entièrement brune avec le ventre blanc. Seules quelques petites taches pâ les viennent éclaircir cette sombre ordonnance  : une barre blanche derrière le bec, un cercle oculaire blanc poursuivi par une ligne courbe blanche partant du bas de l'œil. En Chine, le canard mandarin était un oiseau sacré, symbole de la fidélité conjugale, il était parfois offert aux jeunes mariés. Plutô t silencieux, excepté en parade où le mâ le pousse de petits sifflements, parfois de brefs ouuick-ouuick aigus et répétés. La femelle encore plus discrète émet des sons graves kett-kett assez proches du gloussement. Comportement et reproduction mandarin, jusque-làresplendissants, perdent leurs belles couleurs. C'est l'époque de la mue. Progressivement, ils se mettent àressembler alors aux femelles et il devient difficile d'opérer la différenciation entre les deux sexes. Le mandarin est un canard de surface  : il nage bien, mais il ne plonge que très rarement et uniquement en cas de danger. Il se déplace également avec aisance sur la terre ferme et il ne lui déplait pas de se percher à des hauteurs variables dans les arbres où il peut trouver abri et refuge en cas de nécessité. D'autre part, le rapport entre l'envergure des ailes et son poids lui permet d'obtenir une très bonne navigabilité et d'être considéré comme un des meilleurs anatidés en ce qui concerne la qualité de vol. En bref, ce que l'on peut appeler un excellent canard « tout-terrain ». Introduits en Angleterre vers les années 1830 comme canard d'ornement, de nombreux individus retrouvèrent l'état sauvage et essaimèrent dans les pays voisins. Presque toujours, il niche dans un tronc d'arbre creux. Le nid est placé àune hauteur variant de 60 cm àplus de 10 mètres. C'est àla femelle que revient le choix du site, le mâ le se consacrant uniquement aux rituels de la cour. La ponte est constituée de 9 à12 œufs dont l'incubation dure entre 28 et 30 jours. Les canetons sont nidifuges et prennent leur envol àl'â ge de 40 jours. Alimentation Il est omnivore  : en plus des graines et des fruits qu'il prélève sur la végétation forestière, il se nourrit d'insectes aquatiques et de petits poissons qu'il capture aux alentours et àl'intérieur des mares. Chasse magazine - 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 1Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 2-3Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 4-5Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 6-7Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 8-9Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 10-11Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 12-13Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 14-15Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 16-17Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 18-19Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 20-21Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 22-23Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 24-25Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 26-27Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 28-29Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 30-31Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 32-33Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 34-35Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 36-37Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 38-39Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 40-41Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 42-43Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 44-45Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 46-47Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 48-49Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 50-51Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 52-53Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 54-55Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 56-57Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 58-59Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 60-61Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 62-63Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 64-65Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 66-67Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 68-69Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 70-71Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 72-73Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 74-75Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 76-77Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 78-79Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 80-81Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 82-83Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 84-85Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 86-87Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 88-89Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 90-91Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 92-93Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 94-95Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 96-97Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 98-99Chasse Magazine numéro 2 déc 15/jan 2016 Page 100