Carrière n°7 sep/oct/nov 2006
Carrière n°7 sep/oct/nov 2006
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°7 de sep/oct/nov 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (125 x 205) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : faire fortune en partant de zéro.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Création d'entreRdi" DE CREATION D'ENTREPRISE Services• commerce• tourisme• internet VPC• soins à domicile• international restauration• loisirs• informatique• sport...
Entreprendre Carrière 6 bis, rue Auguste Vitu 75015 Paris Tél. : 01 56 77 57 57 Fax. : 01 45 79 22 11 Directeur de la rédaction Robert Lafont robert.lafont@entreprendre.fr Rédaction Henry Marin FABRICATION Maquette Jimi Rullier Coordination Cécilia Tulenew ceciclia.tulenew@entreprendre.fr Imprimerie Hérissey (27-Evreux) ADMINISTRATION Comptabilité Gérald Noël avec Isabelle Botelho et Sandra Machado Accueil Dominique Bokey PUBLICITÉ Éric Roquebert 01 56 77 57 38 eric.roquebert@entreprendre.fr Assistante Lucie Goillandeau lucie.goillandeau@entreprendre.fr DIFFUSION PRESSE Directeur Patrick Ferry Tél. : 01 56 77 57 44 Distribution : MLP Entreprendre Carrière est édité par le Groupe Entreprendre SA au capital 1 006 268,70 euros, 6 bis, rue Auguste Vitu, 75015 Paris, RCS Paris B339532194 (96B14516). Toute reproduction, même partielle, des articles publiés dans « Entreprendre Carrière » sans l’accord écrit de la société éditrice est interdite, conformément à la loi du 11 Mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. La rédaction n’est pas responsable et ne retourne pas les documents qui lui sont adressés pour appréciation. Commission paritaire : 0907 K 87410. ISSN : En cours. Directeur de la publication Robert Lafont. www.entreprendre.fr Le secret des créateurs Finalement, le grand absent de nos débats économiques (ou absence de débat ?) est celle des employeurs, ceux des moins de 20 salariés. Oui, vous savez, ces 2,5 millions de TPE dont on ne parle jamais, qui n’ont aucune garantie, prennent tous les risques, et font à elles seules, plus de 50% du PIB. Des TPE pour lesquelles Christian Latouche, le talentueux président de Fiducial, premier cabinet d’expertise comptable, réclame depuis des années un statut spécifique à part entière. Que ne l’écoute-t-on ? Cela éviterait bien des malentendus. La virevoltante Laurence Parisot ne semble guère se préoccuper de ces sans-grade de l’entreprise, elle aurait même tendance à les snober depuis qu’elle a été intronisée par les grands dignitaires du CAC 40 (les vrais patrons du Medef, soit 85 entreprises de plus de 5 000 salariés dont la plupart prennent leurs ordres à New-York ou Amsterdam). Que ne fait-on les fonds de pension à la française pour stabiliser l’actionnariat ? Même Renault- Nissan et EADS ont installé leurs sièges sociaux hors du pays… Quant à la CGPME, malgré les efforts méritants de Jean-François Roubaud, elle sert davantage d’alibi à une représentation patronale de PME dont le financement, via les fonds de formation, provient essentiellement du Medef. Cherchez l’erreur… Le député libéral Hervé Novelli, qui vient de lancer le mouvement « Les Réformateurs », m’indiquait que 80% des aides aux entreprises étaient versées au seul profit des grandes entreprises. Qui le sait ? Bref, ce CPE qui était fait principalement pour les jeunes sans qualification, à l’adresse des TPE, a été rejeté par les syndicats de la fonction publique, les grosses entreprises et les surdiplômés qui l’ont fait passer aux oubliettes de l’histoire. Un beau malentendu, même si la révolte d’une certaine jeunesse exprime sans doute autre chose, un sentiment plus diffus que le pays n’est pas bien géré dans sa globalité ! Une proposition à l’adresse de Jean-Louis Borloo ou de son successeur, rue de Grenelle, dans les prochaines négociations sociales pour éviter les surenchères… Demander, au préalable à toute discussion sociale, que l’ensemble des syndicats désignent un représentant unique, avec une position collective commune, histoire d’éviter toutes possibilités de surenchères médiatiques d’organisations, concurrentes entre elles, et qui trouvent tout leur intérêt à ne pas accepter les mesures gouvernementales, quelles qu’elles soient. Le gouvernement, jusqu’à preuve du contraire, représente le pays dans son entier et ne doit s’asseoir aux tables de négociation que vis-à-vis d’un seul interlocuteur représentatif, ce qui, dans le meilleur des cas, ne représente en l’occurrence que 3% des salariés du privé ! Comment s’étonner que le dialogue social ne fonctionne pas mieux ! La solution d’instaurer un syndicalisme obligatoire, avec une cotisation d’un euro par an et par salarié, dans toutes les entreprises de plus de 50 ans, aurait le mérite de marginaliser les extrêmes au sein des organisations. Je l’avais suggéré à Patrick Devedjian, il y a quatre ans, à l’époque Raffarin, où celui-ci pensait que la décentralisation allait décongestionner le système. On connaît la suite. Quoi qu’il en soit, il sera bientôt plus facile de créer son entreprise que de trouver un emploi… Lire à ce sujet, le fabuleux parcours des entrepreneurs français qui passent moins de temps à revendiquer qu’à construire et avancer. Belle incarnation d’un modèle hexagonal rendu encore possible à l’adresse d’une génération désinformée, mais surtout, en mal d’aventure et de passion. Ca tombe bien, celle de l’entreprise est l’une des plus exaltantes qui soit. Encore faut-il que cela se sache ! Robert Lafont 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 1Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 2-3Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 4-5Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 6-7Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 8-9Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 10-11Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 12-13Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 14-15Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 16-17Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 18-19Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 20-21Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 22-23Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 24-25Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 26-27Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 28-29Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 30-31Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 32-33Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 34-35Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 36-37Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 38-39Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 40-41Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 42-43Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 44-45Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 46-47Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 48-49Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 50-51Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 52-53Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 54-55Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 56-57Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 58-59Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 60-61Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 62-63Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 64-65Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 66-67Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 68-69Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 70-71Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 72-73Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 74-75Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 76-77Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 78-79Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 80-81Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 82-83Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 84-85Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 86-87Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 88-89Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 90-91Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 92-93Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 94-95Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 96-97Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 98-99Carrière numéro 7 sep/oct/nov 2006 Page 100