Bubble mag n°49 sep/oct/nov 2018
Bubble mag n°49 sep/oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de sep/oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Elbbub

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : les enfants et les écrans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Spécialiste des jeux et jouets ludoéducatifs, Oxybul éveil et jeux a choisi d'adopter une approche responsable quant à son offre numérique avec un choix ultrasélectif. Nathalie Charlet, chef de produit des 0-2 ans et ancienne psychomotricienne-psychologue pour enfants, et Pierre Chappuis, chef de produit digital, nous expliquent pourquoi. ACCompagner les parents… Quelle est la position d’Oxybul par rapport aux écrans ? Nathalie Charlet  : Avant 3 ans, nous incitons les parents à limiter les écrans au maximum car, durant les premières années de sa vie, l’enfant construit sa personnalité et ses savoirs par l’expérimentation du réel et par l’interrelation avec les autres. Mais nous ne sommes pas non plus dans le dogme  : il n’y a aucun danger à partager un moment avec son enfant sur une tablette ! Ce qui est nocif pour le développement de l’enfant, c’est quand l’écran réduit les interactions du tout-petit avec les autres ainsi que son expérimentation du monde physique. Pierre Chappuis  : En tant que chef de produit numérique, je ne m’autorise à proposer des « écrans » qu’à partir de 3 ans. Pas avant ! Entre 0 et 3 ans, le monde du jouet doit rester un sanctuaire préservé. Et après 3 ans ? N.C.  : L’enfant a déjà acquis des bases dans la construction de sa personnalité, dans son vocabulaire, et il est capable d’utiliser les écrans pour un certain nombre de découvertes. L’écran peut alors être un bon support d’apprentissage ludique. Mais à condition que l’enfant soit accompagné par un adulte et que ses activités soient variées et encouragent aussi son épanouissement moteur, sa créativité, son imagination… L’écran doit rester anecdotique. 58 Dossier « LES ENFants & les écrans » Vous n’avez donc pas d’offres digitales pour les moins de 3 ans ? N.C.  : Non. À cet âge, un enfant qui n’a jamais vu une télé ou une tablette ne va pas en réclamer  : autant éviter de l’y habituer trop tôt ! P.C.  : Et pourtant l’offre existe sur le marché. Certaines marques proposent des tablettes avec des écrans interactifs pour les 18 mois et plus… Vendez-vous des consoles de jeu ? P.C.  : Notre « ADN » chez Oxybul est de choisir des jouets et des jeux qui apportent un réel bénéfice à l’enfant, or nous considérons que les consoles (certes très ludiques) ne proposent pas suffisamment de contenu éducatif. À partir de 3 ans, sur quels critères choisissez-vous votre offre numérique pour les enfants ? P.C.  : Nous appliquons notre philosophie de « UN besoin égale UNE offre », et pas pléthore de produits. Ainsi, nous proposons une seule tablette, mais que nous avons choisie avec soin. Il s’agit de la tablette Gulli, dont le système dispose d’un contrôle parental renforcé, qui a fait ses preuves techniquement et qui dispose d’un vrai contenu éducatif. À Noël, nous allons proposer également deux jeux sur le codage  : une souris et un petit robot qu’il faut coder pour les faire se déplacer. Ce que nous avons tout particulièrement apprécié dans ces jouets est que l’enfant va pouvoir appliquer le numérique au monde physique en faisant évoluer des objets réels !
Métiers de demain & consommation des écrans Créativité, curiosité, capacité à travailler en équipe, confiance en l'autre, facilité à rebondir… voici les qualités que recherchent les plus grandes écoles d'informatique comme CPE Lyon, 42 ou encore EPITA. Des compétences qui ne s'acquièrent pas forcément assis derrière un écran… Interview. Quelles qualités recherchez-vous chez vos futurs élèves ? NICOLAS SADIRAC (42)  : La 1 re des qualités est la capacité à travailler en équipe. Aujourd’hui, on a dépassé la création individuelle ; l’innovation se construit à plusieurs  : le collaboratif est essentiel. La 2 e serait la confiance en soi et en autrui, c’est-à-dire la capacité à se faire entendre tout en étant capable d’écouter l’autre et de se remettre en question. De nos jours, il n’est plus question de hiérarchie, de « sachants », mais de personnes qui se nourrissent mutuellement, sans que l’une soit supérieure aux autres. La dernière qualité serait la culture de l’échec. Il faut sortir du mythe de l’idée de génie qui apparaît subitement ! Dans la réalité, ce sont plusieurs échecs successifs qui amènent à une réussite ; il faut donc être persévérant et ne pas se décourager trop vite. 59 Dossier « LES ENFants & les écrans » Gérard Pignault (CPE LYON)  : On recherche bien évidemment des candidats avec un très bon niveau en sciences, une forte capacité de travail (même si vous avez des facilités, vous n’arriverez à rien sans travailler) et à la personnalité équilibrée, c’est-à-dire des personnes curieuses qui ont montré dans leur vie qu’elles s’intéressaient à autre chose qu’aux sciences  : cela peut être le sport, la musique, les voyages… Les ingénieurs sont des rêveurs qui agissent ! Joël COURTOIS (EPITA)  : La créativité et la curiosité sont essentielles  : les jeunes ont le potentiel, grâce au numérique, de transformer le monde dans des dimensions qu’ils n’imaginent même pas. Pour la majorité d’entre eux, la principale motivation pour intégrer EPITA est d’apprendre à créer des jeux vidéo ! Nous leur expliquons que c’est bien plus que cela. C’est imaginer de nouveaux modes de transport, économiser l’énergie sous toutes ses formes, améliorer son alimentation, mieux se soigner par la prévention et le diagnostic intelligent, s’ouvrir sur le monde et les arts…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 1Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 2-3Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 4-5Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 6-7Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 8-9Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 10-11Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 12-13Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 14-15Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 16-17Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 18-19Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 20-21Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 22-23Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 24-25Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 26-27Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 28-29Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 30-31Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 32-33Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 34-35Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 36-37Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 38-39Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 40-41Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 42-43Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 44-45Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 46-47Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 48-49Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 50-51Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 52-53Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 54-55Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 56-57Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 58-59Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 60-61Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 62-63Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 64-65Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 66-67Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 68-69Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 70-71Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 72-73Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 74-75Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 76-77Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 78-79Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 80-81Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 82-83Bubble mag numéro 49 sep/oct/nov 2018 Page 84