Bandes Annonces n°23 sep 14 à jan 2015
Bandes Annonces n°23 sep 14 à jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de sep 14 à jan 2015

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Bamboo Édition

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 22,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... 1914-1918.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
actualité > Sortie en août fa BANDES ANNONCES 6 4 erA"..rre : t CEUX QUI ME R woomoriman "MN "1116LNAM 1/4 Florent a élevé seul sa petite fille, maladroitement ou certainement pas assez bien. Et Florent et sa fille se sont perdus. Il n’a qu’un souhait, la retrouver. Pourtant sa Lilie vient le voir presque tous les jours, mais il ne la reconnaît plus.
Pendant les journées de Mai 68, un homme s’apprête à rejoindre une femme. Il s’appelle Florent. Elle se nomme Jenny. Il est français, elle est anglaise, il est fou amoureux d’elle. Elle veut un enfant, une fille qu’ils prénommeraient Lilie. Quelques pages plus loin, on retrouve Florent. Une petite fille l’accompagne. Ils sont à un enterrement. La maman est morte et il est seul, désormais, pour s’occuper de la petite. Puis ils embarquent sur un ferry à destination de Cherbourg. Florent monologue. Il va devoir reprendre le travail, affronter le souvenir de la maman disparue, vivre dans cette « maison pleine de Jenny sur tous les murs ». Et consoler sa fille, pour laquelle il est désormais le seul refuge. Il est veuf, il a trenteneuf ans et une nouvelle vie commence pour eux deux. Mais lors de la traversée, c’est le drame : partie acheter un Coca, Lilie ne revient pas. Florent la cherche partout, mais on dirait que tous les enfants portent le même ciré jaune que le sien. Ensuite, tout s’accélère et devient confus. Il est à son bureau, on lui téléphone pour le prévenir de l’imminence de l’accouchement de sa femme, puis le voilà de nouveau en train de chercher sa fille. Et soudain, face à l’image de Florent vieilli, assis dans un fauteuil, la vérité éclate : il est malade. Perdu dans sa mémoire, happé par des images mentales qui s’entremêlent, égaré entre un passé lointain et des souvenirs récents. Sa maladie porte un nom : Alzheimer. « Plutôt que de la maladie d’Alzheimer elle-même, j’ai voulu parler de la solitude et de l’abandon, et aussi des difficultés de relation entre les personnes », explique le scénariste Damien Marie. « Elle sert de trame de fond et permet de se promener, de manière non linéaire, dans les souvenirs de Florent. La quête de sa fille disparue sert de fil rouge à l’histoire : il la cherche à différents âges de sa vie. Le récit se déroule dans « l’ordre » des souvenirs de Florent, qui n’a plus du tout d’ordre dans sa tête ». Le scénariste n’a pas voulu écrire une enquête documentaire sur les ravages de la maladie. Il s’est renseigné sur certains aspects « techniques » de ce mal étrange, il a recueilli quelques témoignages, mais il a surtout laissé s’exprimer sa visionll personnelle. « Je me suis attaché à parler de la peur qu’Alzheimer entraîne, de cette peur que chacun d’entre nous peut ressentir à l’idée d’être frappé à son tour », poursuit Damien. « La fille de Florent regarde son bébé et se demande si elle aussi, un jour, ne le reconnaîtra pas, tout comme son propre père ne la reconnaît pas. C’est une manière d’embarquer le lecteur dans l’histoire ». Damien Marie a écrit le scénario sous forme d’une nouvelle, « car c’est le meilleur moyen de transmettre des sensations au lecteur ». Ensuite, la magie du dessin et la force de la mise en images de Laurent Bonneau ont fait le reste. « C’est lui qui a décidé du découpage global, alors que j’avais écrit le scénario case par case, et non pas sous forme de double page. Le point de vue de Laurent a apporté une nouvelle dimension que je n’avais pas imaginée, et cette histoire est vraiment une œuvre à deux têtes. Ceux qui me restent est un album sur la solitude, le remords et les relations entre les gens », conclut Damien Marie. Un bel album, CEUX QUI ME touchant et profondément RESTENT humain, qui atteste de la Histoire complète capacité de la bande dessinée Scénario Marie d’aujourd’hui à s’emparer des Dessins & couleurs Bonneau sujets les plus délicats et les plus Collection Grand Angle complexes, pour peu que le talent 160 pages des auteurs soit à la hauteur du Prix : 21,90 € défi. Ce qui, on l’aura compris, est EAN 978-2-818931-882 le cas de Ceux qui me restent…C. Hachette 30 00034



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :