Bandes Annonces n°23 sep 14 à jan 2015
Bandes Annonces n°23 sep 14 à jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de sep 14 à jan 2015

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Bamboo Édition

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 22,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... 1914-1918.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
actualité > Sortie en janvier CASES BLANCHES Histoire complète Scénario Runberg Dessins & couleurs Martin Collection Grand Angle 88 pages Prix : 16,90 € EAN 978-2-818931-653C. Hachette 26 5557 8 U CrD Pressé par son éditeur qui veut voir son album terminé, attendu par ses nombreux fans, délaissé par son scénariste qui n’en peut plus de ses blocages, un dessinateur de BD est désorienté, au point d’imaginer mettre un terme à sa carrière. De son atelier au bureau de son éditeur, en passant par les séances de dédicaces, de présentation à la presse et l’incontournable festival de Saint- Malo, il s’engage dans la quête de l’inspiration retrouvée. Vincent Marbier est dessinateur de BD. Un beau métier, qui permet de « créer des univers que les gens vont prendre du plaisir à découvrir », comme il l’explique aux copains de classe de son fils lors d’une intervention dans leur école. Vincent a de la chance. Dans un contexte difficile pour l’édition et les auteurs, son dernier album s’est bien vendu. Très bien, même. 125 000 exemplaires, de quoi sauver une année difficile pour son éditeur et donner à Vincent l’envie d’attaquer le deuxième tome. Justement, c’est là qu’est le problème. Vincent n’y arrive pas. Il bloque. Il a beau se lancer dans de longues séances de jogging à travers la campagne pour retrouver l’inspiration, il ne parvient pas à dépasser la première case. Normalement, il devrait déjà être à la moitié du projet... Le jour où son éditeur l’appelle pour l’inviter à venir à Paris montrer les dix premières pages de son futur album, il ne peut pas refuser. Il ne se sent pas la force de dire la vérité, il n’a pas le courage d’avouer que ces planches n’existent pas, coincées quelque part dans un recoin de son imagination en berne. Le jour du rendez-vous, Vincent lâche une petite bombe : les fameuses planches, il les a oubliées dans le train. Le stress, la fatigue, et voilà le résultat… C’est ennuyeux : l’avenir immédiat de la maison repose sur ses épaules – entre ses mains, plus précisément. L’attachée de presse appelle la SNCF, lance une alerte sur Facebook, prévient toute la profession. On va les retrouver, ces planches ! Vincent, lui, s’enfonce peu à peu dans le mensonge…
Des palettes ! ? Et en… Cases blanches est un bel album riche de plusieurs niveaux de lecture. C’est d’abord l’histoire émouvante d’un homme en perdition qui n’arrive pas à reprendre pied après un divorce et en dépit d’un succès. À cause d’un succès, plutôt, qui lui coupe les jambes et le soumet à une pression terrible qui l’empêche d’avancer. C’est aussi une réflexion sur l’auteur, ses difficultés, sa solitude et ses angoisses, encore renforcées par la pression commerciale qui pèse parfois sur ses épaules. C’est enfin une plongée dans l’envers du décor de la bande dessinée, au cœur d’un milieu professionnel et humain, des maisons d’édition aux librairies et aux festivals. QU’EST-CE QUE TU FOUS CHEZ MOI, TOI ? !!! y… plus ? !!! y a quelqu’un ? ! Pour une fois, toute ressemblance avec des personnages réels n’est pas forcément une coïncidence : au fil des pages, on croise des visages d’auteurs à succès, comme le scénariste Jean David Morvan. On croit reconnaître la silhouette d’un éditeur célèbre dans le public d’une galerie bien connue des amateurs. Mais au-delà d’une histoire à clés et du petit jeu du « qui est qui ? », ce récit nous en apprend beaucoup sur les contraintes propres à l’édition, sur son mode de fonctionnement, sur les contradictions qui peuvent se faire jour entre impératifs éditoriaux et relations humaines. Dessiné par Olivier Martin, qui a repris Lloyd Singer chez Grand Angle, Cases blanches marque l’entrée remarquée du scénariste Sylvain Runberg dans la collection. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’Olivier Martin n’a pas oublié ses planches dans le train… Et meeerde 11 BANDES ANNONCES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :