Aviation Civile n°389 jan/fév/mar 2020
Aviation Civile n°389 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°389 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Babel

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : le drone prépare sa révolution industrielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
• #389 • Janvier 2020 22 à l’air libre FARID ZIZI Directeur exécutif de France Aviation Civile Services Quelle stratégie pour « France Aviation Civile Services » ? Créé sous le nom de DSNA Services en 2013, le groupement d’intérêt économique (GIE) a changé de dénomination durant l’été 2019 pour devenir « France Aviation Civile Services », adoptant « Fracs » pour acronyme. Cette évolution avait d’abord pour objectif de mieux refléter la réalité des activités du groupement. Elle devait également être explicite et compréhensible à toute personne familière du domaine aéronautique mais aussi à toute personne extérieure à celui-ci. Il s’agissait enfin de couper court à une certaine confusion qui commençait à naître entre « DSNA Services » et « DSNA 1 ». 2019 a ainsi été une année de consolidation après 5 années d’existence du GIE « DSNA Services ». De gros projets nous ont amenés à raffermir notre savoir-faire et nos méthodes en matière d’« Airspace Design ». Fracs a acquis et administre la base de données « Air Transport Data ». Parallèlement, certaines compétences nouvelles sont en cours de développement : dans l’assistance aux États pour leur conformité réglementaire OACI 2 , dans le domaine de la gestion de la sécurité des opérations drones et de l’UTM 3 . Des projets nouveaux de R&D sont lancés, comme « SafeNcy » (génération automatique de trajectoire d’urgence) ou « Met Enhanced ATFCM » (renforcement des fonctions ATFCM au moyen des services météo dans SWIM). Sur le plan interne, la fin de l’année coïncide avec un renforcement de l’équipe, la consolidation de l’infrastructure informatique et la mise en place de nouveaux outils de travail coopératif. Enfin cette année 2019 aura marqué le développement d’une coopération accrue avec l’Enac 4 à travaers la création conjointe d’un Mooc sur le Transport Aérien, la mise en place d’emplois étudiants, l’encadrement © DR L’été dernier, DSNA Services a été rebaptisé France Aviation Civile Services. Le point sur les enjeux de ce changement de nom et sur les opportunités qui se profilent pour ce groupement d’intérêt économique au service des performances aéronautiques dans le monde. de projets et l’accueil de stagiaires en provenance des différentes formations de l’école. Rien n’aurait été possible sans le savoir-faire et l’apport des agents de la DGAC ou de ses jeunes retraités qui concourent chaque jour à la réussite des projets qui nous sont confiés. ALORS, QUELLE STRATÉGIE POUR LES MOIS À VENIR ? Tout d’abord, réussir les projets qui sont en cours ! Ensuite, continuer de structurer et développer les méthodes qui permettront à Fracs de jouer au meilleur niveau dans la compétition mondiale. Se positionner clairement en soutien du développement des objectifs OACI à travers le monde tout en faisant valoir l’expérience française et européenne. Enfin, proposer des services de support régulier sous forme d’abonnement qui puissent permettre à chaque opérateur ou État client de France Aviation Civile Services de bénéficier d’une assistance mieux ciblée sur leurs besoins. Ainsi, Fracs continuera de servir au mieux l’amélioration des performances aéronautiques dans le monde et en tout premier lieu la sécurité, la connectivité et la capacité du transport aérien. Cette ambition nous amènera sans doute à développer en 2020 de nouvelles activités et compétences dans les domaines de la sûreté et de l’environnement. • 1. Direction des services de la navigation aérienne de la DGAC 2. Organisation de l’aviation civile internationale 3. UAS (Unmanned Aircraft System) Traffic Management 4. École nationale de l’aviation civile
stratégie Marché européen Un accord gagnantgagnant avec le Qatar Lancées en septembre 2016, les négociations avec Doha pour l’établissement d’un accord de services aériens d’une nouvelle génération, alliant ouverture du marché avec l’Union européenne et concurrence loyale, ont abouti en mars 2019. - Par Frédéric Magnan n juin 2016, le Conseil de l’Union E européenne autorisait la Commission à entamer des négociations avec des pays tiers sur les règles d’accès à leur marché aérien. Trois ans plus tard, le 4 mars 2019, le Qatar est le premier État à parapher un accord avec la Commission. « Cet accord va couvrir tous les aspects des services aériens, explique Olivier Meynot, chargé de mission à la sous-direction des services et transporteurs aériens (DTA) qui a suivi de bout en bout les négociations. Il englobe les 28 États membres de l’UE, et conforte, de ce point de vue, le développement d’une “politique du transport aérien européen”. » Les mandats de négociation obtenus par la Commission découlent de la « stratégie de l’aviation pour l’Europe » de 2015, document dans lequel Bruxelles liste les actions à mener dans le domaine de l’aviation. « Dès le départ, la France et l’Allemagne ont insisté pour que ces négociations avec les pays tiers portent non seulement sur les aspects habituellement couverts mais abordent surtout la concurrence ainsi que l’aspect social et environnemental », rappelle Olivier Meynot. Objectif : parvenir à un accord gagnant-gagnant, que ce soit sur la mise en place des règles d’une concurrence loyale ou l’ouverture des marchés. Parallèlement, Paris et Berlin ont aussi poussé à réviser le règlement européen 868/2004 empêchant les pratiques tarifaires déloyales, mais inadapté au monde du transport aérien. Le nouveau règlement 2019/712 cible désormais l’ensemble © iStock • #389 • Janvier 2020 23 STRATÉGIE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :