Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : essais... Ferrari F12 NART/F60 America.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
HISTO//Maserati 1957 Le grand tournant Après l'énorme victoire de 1957, une série de difficultés financières contraint Adolfo Orsi à fermer certaines parties de son empire industriel, notamment le service sport. C'est un énorme sacrifice qui, cependant, marque le début d'une nouvelle ère. Maserati se concentre exclusivement sur le secteur automobile et se transforme en l'un des plus prestigieux constructeurs automobiles du monde. Première du genre La Maserati 3500 GT est une automobile de grand tourisme produite par le constructeur Maserati de 1957 à 1964. Elle est le fruit d'une coopération entre l'ingénieur Giulio Alfieri et le carrossier Touring. Construite pour concurrencer les 250 GT de Ferrari, la 3500 GT est la première Maserati issue d'une construction en série et d'une production industrielle du constructeur italien La victoire la plus spectaculaire En 1957, le célèbre Juan Manuel Fangio quitte Ferrari et revient chez Maserati. Il remporte quatre des huit GP nécessaires au titre mondial : Argentine, Monaco, France et, surtout, Allemagne. C'est là, sur le circuit du Nürburgring, que le dimanche 4 août, l'extraordinaire pilote argentin remporte la plus grande victoire de sa carrière, et devient champion du monde pour la cinquième et dernière fois. 60/AUTOMOBILES SPORTIVES 1959 Maserati 5000 GT 1959 5000 GT En tant que telle, la 5000 GT, version très haut de gamme « sur mesures » de la 3500 GT, sera produite à une trentaine d'exemplaires entre 1959 et 1965 et vendue à un prix très élevé. Elle est propulsée par un V8, motorisation qui bénéficiera d'améliorations en 1960 dont l'augmentation de la cylindrée. C'est en réalité sous l'impulsion du Shah d'Iran Reza Pahlavi, passionné de « belles mécaniques » qui fut fortement impressionné par la 3500 GT, que le projet de la 5000 GT est lancé. 1960 La Dame Blanche et le Shah d’Iran La « Dame Blanche », surnom du premier prototype de la 3500 GT, est la réponse de Maserati au marché de l'automobile durant les années du boom économique. À partir 1957 150 GT de 1961, Maserati construit également la GTI, célèbre pour être la première voiture à injection directe en Italie. Le Shah d'Iran, impressionné par la Dame Blanche, en veut une encore plus exclusive. L’illustre ingénieur Giulio Alfieri relève le défi et réalise le rêve qu'il caresse depuis longtemps : installer le 8 cylindres de la 450 S (sur laquelle Fangio a remporté les 12 Heures de Sebring) sur une GranTurismo. Aujourd'hui encore, le modèle « Shah d'Iran » est considéré par les collectionneurs et historiens de l'automobile comme l'un des plus aboutis. Avec ses finitions en or et en bois précieux, c'est à l'époque la voiture la plus luxueuse et la plus exclusive au monde. 1961 Maserati gagne de nouveau Bien que la firme Maserati ait abandonné le champ de course, elle a encore la compétition dans le sang. Et c'est ainsi que d'un projet conçu par l'ingénieur Giulio Alfieri, naît la légendaire Tipo 60. Connue sous son surnom de Birdcage, ou « cage à oiseaux », elle ne court pas sous le nom de Maserati Modèle 1984 1961 Tipo 61 Birdcage
dans les épreuves officielles. Mais on lui affecte les équipes les plus prestigieuses, et elle remporte quelques grands triomphes, notamment les deux victoires consécutives – en 1960 et 1961 – aux 1000 kilomètres du Nürburgring et, plus important encore, aux États-Unis. 1963 Mistral, aussi rapide que le vent Légère, éminemment sportive et puissante, la Mistral est la première Maserati identifiée par le nom d'un vent célèbre. Elle est présentée au Salon de Turin en 1963, mais la production ne commence qu'au début de 1964, dans les versions coupé et spider. Les quatre portes séduisent les acheteurs au Salon de Turin C'est le journaliste Gino Rancati qui suggère au Commendatore Orsi d'installer un 1963 Mistral 1971 Maserati Bora moteur de course Maserati sur une berline. Il s'agit-là d'un grand changement, puisque jusqu'ici, Maserati ne construisait que des coupés et des spiders. Lors du Salon de Turin en 1963, Maserati choque le monde de l'automobile en présentant la Quattroporte, la berline la plus rapide du monde. La grande voiture amiral du Trident possède tous les traits distinctifs d'une Maserati – élégance, allure sportive, puissance et luxe – réunis dans un modèle à quatre portes. Le projet est le fruit d'une collaboration entre les équipes d'ingénieurs Alfieri et Pietro Frua qui en ont dessiné la carrosserie. 1965 Pavarotti au volant de la Sebring La Sebring est la version dérivée de la 3500 GT. Elle est ainsi nommée en honneur du fameux circuit de Floride où a triomphé, en 1957, le grand pilote Juan Manuel Fangio aux 12 Heures de Sebring. Pour tous les amateurs, une transmission automatique, des roues à rayons et même la climatisation sont disponibles : autant d’accessoires totalement inédits à l'époque. Immédiatement après son succès au Covent Garden de Londres, même le jeune ténor de Modène décide de s'offrir une Sebring. C'est le début d'une longue relation qui ne prendra jamais fin entre Maserati et le grand maestro. 1967 La Ghibli : le premier chef-d’œuvre Vers le milieu des années 60, du fait de sa collaboration avec l’illustre designer italien Giorgetto Giugiaro, le nom de Maserati commence à devenir célèbre. Ce partenariat perdurera. Son premier projet, la Ghibli 8 cylindres, fait ses débuts au Salon de Turin en 1966 : le succès est immédiat. Maserati prévoit de produire une centaine de voitures, mais revoit aussitôt le chiffre à la hausse, le faisant passer à 400. Au final, elle a été produite jusqu'à la fin de 1972, avec un total de 1 295 exemplaires, dans la version spider comme dans la version coupé. 1970 Une époque de grands changements Pour rester au diapason de l'époque, il faut voir les choses en grand. La famille Orsi décide donc d'apporter du sang neuf dans l'entreprise en y faisant entrer un nouveau partenaire : Citroën. L’entreprise est organisée par modèle, et le constructeur français structure Maserati à son image. Beaucoup d'autres changements auront lieu au cours des années 70 : la famille Orsi se retire enfin, et Citroën cède ses parts à Gepi, une entreprise publique italienne dirigée par l'entrepreneur italo-argentin, AlejandroDe Tomaso. Tout change, mais une chose demeure : la force motrice et novatrice de Maserati qui ne cesse jamais de lancer des nouveaux modèles sur le marché. 1971 Maserati Bora : Giugiaro choque encore En 1971, le célèbre designer Giorgetto Giugiaro dessine un nouveau chef-d'œuvre : la Bora, une autre Maserati qui porte – à dessein – le nom d'un vent célèbre. Si ce superbe coupé réintroduit les phares avant rétractables de la Ghibli, il se distingue par un esprit beaucoup plus sport, avec un moteur central arrière. La Merak, qu'Adolfo Orsi Jr. définit comme la « petite sœur » de la Bora, est elle aussi inoubliable. Au Salon de Genève de 1972, Giugiaro présente un coupé à l'allure futuriste, le Boomerang. Il n'a jamais été mis en production, mais il est considéré, aujourd'hui encore, comme l'un des concept-cars les plus admirés et célébrés. 1978 La voiture présidentielle En 1978, le célèbre héros de guerre SandroPertini, chef de l'Etat Italien, choisit la Quattroporte Royale comme voiture présidentielle. Elle le restera jusqu'en 1985. Le Président de la République Italienne, Pertini, se déplacera toujours dans cette voiture, y compris lors d'une visite à Maranello, devenue célèbre après qu’Enzo Ferrari, en mémoire de la vielle rivalité entre les deux célèbres entreprises de AUTOMOBILES SPORTIVES/61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 1Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 2-3Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 4-5Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 6-7Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 8-9Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 10-11Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 12-13Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 14-15Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 16-17Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 18-19Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 20-21Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 22-23Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 24-25Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 26-27Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 28-29Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 30-31Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 32-33Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 34-35Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 36-37Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 38-39Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 40-41Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 42-43Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 44-45Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 46-47Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 48-49Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 50-51Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 52-53Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 54-55Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 56-57Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 58-59Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 60-61Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 62-63Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 64-65Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 66-67Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 68-69Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 70-71Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 72-73Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 74-75Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 76-77Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 78-79Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 80-81Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 82-83Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 84-85Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 86-87Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 88-89Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 90-91Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 92-93Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 94-95Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 96-97Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 98-99Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 100