Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : essais... Ferrari F12 NART/F60 America.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
HISTO//Maserati les plus caractéristiques de Bologne : le trident de la statue de Neptune qui orne la fontaine de Piazza Maggiore, signe de force et de vigueur. Il choisit le rouge et le bleu, les couleurs du drapeau de la ville de Bologne et qui, dorénavant, seront aussi celles de Maserati. Les victoires font les grands titres des journaux En 1920, Alfieri Maserati revient à la compétition automobile avec une SCAT, puis avec une quatre cylindres Nesseldorf. Les résultats ne sont pas exceptionnels, ce qui le décide encore plus à créer la première vraie Maserati. Sur un châssis Isotta Fraschini, il monte le bloc moteur d'un quatre cylindres sur un moteur Hispano Suiza conçu pour huit. Il complique encore plus le puzzle en utilisant une transmission SCAT, un arbre Itala et des roues à rayons Rudge. Au volant de l'Isotta Fraschini Special, Alfieri commence à remporter quelques vrais succès. Les débuts officiels ont lieu le 24 juillet 1921 sur le circuit du Mugello. Il termine à la quatrième place au classement général, et deuxième dans sa catégorie. Deux mois plus tard, avec son frère Ernesto à ses côtés, il remporte sa première course : la Suse- Mont Cenis. Ce sera le premier d'une longue série de succès. 1922 Alfieri aide Diatto à décoller En 1922, les frères Maserati commencent à travailler avec l'entreprise Diatto de Turin. Cette expérience leur apportera beaucoup. Cependant, les résultats des premières 56/AUTOMOBILES SPORTIVES 1929 Maserati V4 courses ne sont pas à la hauteur des attentes. Alfieri décide donc de sortir de l'atelier la fameuse voiture hybride Isotta Fraschini-Hispano Suiza-SCAT-Itala qui lui avait procuré tant de satisfaction avant de passer chez Diatto. Il refait complètement son moteur et, lorsqu'il en est enfin satisfait, le rebaptise Diatto. Au volant de cette voiture, Alfieri remporte la course Suse- Mont Cenis, à une vitesse moyenne extraordinaire de 69 km/h. En duo avec Ernesto, il réitère l’exploit peu de temps après, à l’occasion de l’épreuve Aoste-Grand-Saint- Bernard. 1925 Diego de Sterlich : un noble ami La dernière saison de 1925 marque la fin de la collaboration avec l'entreprise Diatto. Lourdement endettée, celle-ci se voit contrainte d'abandonner la compétition automobile. Avec l'aide financière du marquis Diego de Sterlich, gentleman-driver 1926 Tipo 26 pour Diatto et grand admirateur d'Alfieri, les frères Maserati achètent dix châssis Diatto 30 Sport. C'est alors que sont construites les premières voitures frappées du logo Maserati. 1926 La Tipo 26 : les notes d’Alfieri deviennent réalité La première voiture qui porte le nom Maserati se base sur une Diatto GP 8C turbo, et elle est baptisée Tipo 26, en référence à l'année de ses débuts dans la compétition automobile. Ces débuts allaient marquer les mémoires : huitième place au 1925 Diatto, un noble ami
classement général, et la victoire en catégorie 1 500 cm3. Dans son carnet bleu, Alfieri note, de son élégante écriture, « toutes les caractéristiques des voitures qui ont été construites jusqu'ici ». Voici comment il décrit la première Tipo 26 : « Moteur avancé de 3 cm – Transmission Tipo 26, trois vitesses – Tuyaux d'échappement en trois parties – Différentiel en bronze avec tubes cloués dessus – Essieu avant type Casaralta avec freins avant actionnés par tuyaux souples ». 1929 Maserati V4 : premier record du monde Le 13 juin 1926 apporte la première victoire absolue. C'est la course de vitesse de Bologne. Au volant, le plus jeune des frères, Ernesto, dépasse les 167 km/h. Les frères Maserati augmentent la production. Ils commencent à vendre la Tipo 26 à des pilotes privés, les gentlemen-drivers de l'époque qui, après avoir vu la course de la première saison, forment une longue file d'attente devant les ateliers de Bologne. Le succès ne se dément pas. Mais le 8 mai 1927, lors d'une course en Sicile, Alfieri 1930 Grand Prix de Tripoli. Maserati est victime d'un terrible accident qui le prive d’un rein. Le 28 septembre 1929, à Crémone, ils remportent enfin leur premier record du monde sous le nom de Maserati. Le pilote Baconin Borzacchini est au volant. À bord d'un véhicule équipé d’un moteur V4 16 cylindres, il vole et termine la course de dix kilomètres à une vitesse moyenne de 246,069 km/h. Le record ne sera battu que fin 1937. 1930 Le Grand Prix de Tripoli 1930 est une année de grandes victoires. Lors du Grand Prix de Tripoli, Maserati remporte sa première victoire internationale de l'histoire. Mais c'est également l'année de la première grande compétition officielle entre les frères Maserati et Enzo Ferrari, à l’occasion du Grand Prix d'Italie à Monza. 1933 8CM 1932 Alfieri meurt Les Maserati dominent la course et montent seules sur le podium. Le chef du gouvernement italien accorde à Alfieri le titre de « cavaliere », à savoir chevalier de l’ordre du mérite. Entre temps, la production des voitures de course augmente et passe à douze unités. 1932 Le monde de la compétition pleure Alfieri En 1932, Alfieri meurt au cours d'une intervention chirurgicale. Il n'avait que 44 ans. Le seul rein qui lui restait à la suite du grave accident de 1927 s’est atrophié et, pour le sauver, les docteurs tentent une opération radicale qui, hélas, ne réussira pas. Bologne se fige. Les plus grands pilotes de l'époque participent au cortège funèbre : Nuvolari, Nazzaro, Minoia, Borzacchini, Campari et le marquis de Sterlich. C'est une perte immense pour tous, pour la famille comme pour l'entreprise. Bindo Maserati quitte Isotta Fraschini pour rejoindre ses frères, qui le nomment président de l'entreprise. Ernesto est chargé de l'aspect technique : il est jeune mais plein de talent. Dès ses débuts, la nouvelle Tipo V5 remporte un énorme succès. Le triomphe se poursuit, en dépit des difficultés économiques. 1933 Le grand Nuvolari En 1933, le fringant Tazio Nuvolari arrive chez Maserati. En désaccord avec Enzo Ferrari, qu'il accuse de ne pas le vouloir comme partenaire à 50%, le légendaire pilote décide donc de courir sous les cou- AUTOMOBILES SPORTIVES/57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 1Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 2-3Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 4-5Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 6-7Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 8-9Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 10-11Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 12-13Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 14-15Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 16-17Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 18-19Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 20-21Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 22-23Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 24-25Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 26-27Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 28-29Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 30-31Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 32-33Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 34-35Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 36-37Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 38-39Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 40-41Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 42-43Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 44-45Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 46-47Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 48-49Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 50-51Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 52-53Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 54-55Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 56-57Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 58-59Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 60-61Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 62-63Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 64-65Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 66-67Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 68-69Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 70-71Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 72-73Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 74-75Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 76-77Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 78-79Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 80-81Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 82-83Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 84-85Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 86-87Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 88-89Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 90-91Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 92-93Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 94-95Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 96-97Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 98-99Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 100