Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : essais... Ferrari F12 NART/F60 America.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
HISTO//Maserati Une histoire de famille 1900 L'histoire de Maserati est avant tout l'histoire d'une famille : celle de Rodolfo Maserati, un cheminot sous la monarchie italienne, de Carolina Losi et de leurs sept enfants. À cette époque, il n'était pas donné à tous de travailler sur le « grand cheval d’acier qui crache de la vapeur ». Dans un certain sens, Rodolfo est un homme de l'avenir, puisque c’est lui qui transmet aux frères Maserati la passion de la vitesse. À l'aube du nouveau siècle, la famille est désormais au complet : le dernier fils, Ettore, est né en 1894, alors que le premier, Carlo, né en 1881, a déjà commencé sa carrière. Carlo Maserati : des vélos aux moteurs Le fils aîné, Carlo Maserati, est un jeune garçon précoce. À 17 ans, il conçoit son premier moteur monocylindre : il l'appelle Carcano, du nom du Marquis d'Anzano, qui finance le projet. En 1900, il le monte sur un vélo, et gagne ainsi la course Brescia-Crémone-Mantoue-Vérone- Brescia. Ses compétences sportives ne passent pas inaperçues : avant la fin de l'année, Carlo est engagé par Fiat comme pilote d'essai. À Turin, il passe son temps libre à mettre au point un nouveau moteur monocylindre, puis l’installe dans un châssis en bois. En quelque sorte, la première Maserati est née, comme toujours très en avance sur son temps. 54/AUTOMOBILES SPORTIVES 1900 1903 Carlo et Alfieri chez Isotta Fraschini En 1903, Carlo Maserati quitte Fiat et intègre Isotta Fraschini en tant que pilote d'essai et assistant en salle d'essai. Son frère Alfieri, à l'époque âgé de 16 ans seulement, le rejoint. Lorsque Carlo quitte Isotta Fraschini, en 1908, Alfieri reste. Il a désormais gagné la faveur de Cesare Isotta qui le prend tout d'abord comme mécanicien, puis comme pilote. En 1908, il participe au Grand Prix de voiturettes de Dieppe au volant de son Isotta Fraschini numéro 41. Il franchit quatorzième la ligne d'arrivée, premier absolu des véhicules quatre cylindres. 1907 Carlo Maserati rejoint Bianchi Carlo Maserati est un homme qui ne tient pas en place : son envie de courir le pousse à quitter l'équipe Isotta Fraschini. En 1907, il 1900 Carlo Maserati intègre Bianchi : au volant de l'une de ces voitures, il dispute la prestigieuse épreuve allemande, le Kaiserpreis, où il arrive neuvième. Bien que les courses occupent une grande partie de son temps, il ne renonce pas complètement à sa passion pour la conception. Il comprend que la basse tension du système d'allumage est le point faible de la voiture Bianchi. Il le remplace donc par un circuit haute tension qu'il a conçu lui-même. 1908 Carlo veut voler En 1908, Carlo Maserati devient directeur général de Junior, un constructeur automobile de Milan. Peu de temps après, en 1909, il fonde sa propre entreprise. Bien sûr, il ne renonce pas à sa passion pour l'automobile, même si son entreprise a un objectif bien précis : concevoir et fabriquer un moteur d'avion de grande qualité, pour lequel il a déjà des clients. Carlo se met aussitôt à Usine Alfieri Maserati 1908 radial-engine
l’œuvre, mais en 1910, une maladie pulmonaire interrompt sa vie et ses rêves d'avenir. Ses frères sont anéantis par cette perte. Cependant, Carlo restera pour eux cette figure exemplaire qu'ils n'oublieront jamais. Alfieri prend alors la relève. 1913 Premier atelier d’Alfieri En 1913, Alfieri s'installe à Bologne, où il met sur pied un centre de services aprèsvente pour Isotta Fraschini. Il est désormais devenu une sorte d'ambassadeur mondial de la marque. Mais très vite, il décide de suivre l'exemple de Carlo, crée sa propre entreprise, et associe ses frères à ses nouvelles activités : Bindo reste chez Isotta Fraschini, tandis qu'Ettore et Ernesto le suivent immédiatement. C'est ainsi qu’est créée la « Società Anonima Officine Alfieri Maserati », un garage et son atelier attenant, situé au numéro 1 de Via de’Pepoli. Les « documents pour la création d'une entreprise privée » sont envoyés à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bologne le jeudi 1er décembre 1914. Cinq 1907 1913 Premier atelier Maserati. mois plus tard, l'Italie entre en guerre. Alfieri et Ettore sont appelés sous les drapeaux. Ernesto, qui n'a alors que 17 ans, reste à Bologne : le jour, il travaille à l'atelier et, le soir, il suit les cours de l'Institut Technique Aldini de Bologne. 1914 Nouvelle adresse pour l’atelier Maserati À la fin de la guerre, Alfieri veut reprendre les activités. Il trouve une ancienne usine de bouteilles dans le quartier Alemanni de Pontevecchio, une localité de la banlieue de Bologne. Elle est assez grande pour y aménager un entrepôt, un atelier et une petite maison, où emménagent ses trois frères et ses parents. En juillet 1914, Alfieri y transfère la production des bougies d'allumage qu'il avait démarrée à Milan pendant la Grande Guerre. Le panneau au-dessus des trois grandes baies vitrées annonce officiellement que l'histoire de la société « Officine Alfieri Maserati SA » a bel et bien commencé. 1915 La guerre n’arrête pas les frères Maserati L'Italie entre en guerre. Si les frères 1915 1918 Maserati sont appelés sous les drapeaux, ils restent loin des lignes de front. En effet, l'armée veut profiter de leurs compétences techniques. Alfieri est muté à Milan, où sont assemblés les moteurs d'avion. Mais son tempérament le pousse à faire plus. Il commence à concevoir et à fabriquer des bougies d'allumage spéciales pour les moteurs d'avion dans son entreprise appelée « Trucco et Maserati ». Trucco est pilote chez Isotta Fraschini, et donc une vielle connaissance d'Alfieri. 1918 Les bougies d’allumage Maserati font voler d’Annunzio Les bougies d'allumage isolées au mica, brevetées par Alfieri, sont utilisées sur les avions SVA. C'est sur l’un d’eux que le 9 août 1918, le poète Gabriele d’Annunzio participe au fameux raid aérien sur Vienne, un épisode fondateur de sa légende. 1920 Le trident : une création de Mario Maserati Alfieri, Ernesto et Ettore travaillent intensément à la création de la première Maserati. L'un des frères, Bindo, reste chez Isotta Fraschini. Alfieri décide, cependant, de faire appel à un autre de ses frères, Mario, un artiste, le seul qui n'ait aucun lien avec les moteurs. Il lui demande de dessiner le logo. À la suggestion du marquis Diego de Sterlich, ami intime et admirateur d'Alfieri, Mario choisit d'utiliser l'un des symboles 1920 Doppio Phaeton Silur AUTOMOBILES SPORTIVES/55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 1Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 2-3Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 4-5Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 6-7Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 8-9Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 10-11Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 12-13Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 14-15Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 16-17Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 18-19Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 20-21Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 22-23Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 24-25Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 26-27Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 28-29Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 30-31Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 32-33Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 34-35Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 36-37Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 38-39Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 40-41Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 42-43Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 44-45Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 46-47Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 48-49Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 50-51Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 52-53Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 54-55Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 56-57Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 58-59Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 60-61Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 62-63Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 64-65Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 66-67Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 68-69Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 70-71Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 72-73Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 74-75Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 76-77Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 78-79Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 80-81Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 82-83Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 84-85Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 86-87Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 88-89Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 90-91Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 92-93Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 94-95Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 96-97Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 98-99Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 100