Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : essais... Ferrari F12 NART/F60 America.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
ESSAI/Made in France Ici, place au sport et à rien d’autre ! On pourrait se croire dans un baquet de formule 1. L’instrumentation est très complète. L’ensemble reste sobre, simple et efficace. place à des éléments noir mat autour de la calandre, des enjoliveurs ou encore des coques des rétroviseurs. Sans oublier les jantes 18 pouces cachant des disques de 323 mm de diamètre à l'avant pincés par des étriers rouges, la double sortie d'échappement ou encore le logo 208 GTi 30th près de la custode. A L’INTÉRIEUR A l'intérieur la 208 GTi 30th joue la carte de la sportivité en rouge et noir. Les surtapis rouges contrastent avec les nouveaux sièges baquet en Alcantara noir qui offrent une position de conduite optimale. Enfin, une plaque numérotée « 208 GTi 30th » positionnée sur le plafonnier rappelle aux occupants le caractère exclusif de cette voiture. Plus subtiles encore mais bien plus importantes, les autres retouches concernant le châssis. Une évidence quand on parle de Peugeot Sport. La 208 GTi 30th a ainsi vu son assiette s'abaisser de 10 mm et ses voies s'élargir de 22 mm à l'avant et 16 mm à l'arrière. Dans le même temps, les amortisseurs 40/AUTOMOBILES SPORTIVES Cette 208 GTI 30th joue à fond la carte de la sportivité. Un pédalier ajouré, des surpiqûres en rouge, ainsi que les surtapis, l’ensemble contraste avec les sièges baquets en Alcantara noir offrant un maintien parfait. ont été raidis alors que la géométrie des trains a été revue. Bref, la 30th a enfilé sa combinaison de piste ! PLUS DE CHEVAUX ! Après avoir dégainé la RCZ R, l’équipe de Peugeot Sport s’est attaquée à cette 208 GTi. Pour le coup, son moteur gagne quelque 8 canassons : 208 chevaux pour un couple de 300 Nm. Mais le tout est désormais plus expressif qu’auparavant, grâce à une ligne d’échappement spécifique. La boîte manuelle à 6 rapports reste inchangée. Ajoutez à cela la boîte de vitesses manuelle à 6 rapports et le différentiel à glissement limité Torsen du RCZ R et vous obtenez de meilleures chronos que sur la 208 GTi classique : le 0 à 100 km/h est abattu en 6,5 s (- 0,3 s) et le 1000 mètres départ arrêté en 26,5 s (- 0,4 s). Pas de revers de la médaille puisqu'en plus de la nouvelle injection, un système « Stop and Start » a été ajouté permettant de respecter les normes Euro6 et d'abaisser la consommation mixte (5,9 à 5,4 l/100 km) et les émissions de CO2 à 125 g/km. La 30th évite ainsi le malus de 200 € de la 208 GTi (139 g/km). TRAINS ROULANTS Mais c’est principalement au sujet des trains roulants que convergeaient les critiques ! Avec une assiette rabaissée de 10 mm, des voies avant et arrière élargies, un différentiel autobloquant mécanique et des liaisons au sol spécifiques, la 208 GTi 30th devrait accentuer le mordant de son train avant. Pour des passages en courbe plus rapides et, aux dires de la marque, pour un rendu supérieur également. Enfin ! DIGNE HÉRITIÈRE ? Descendante de la 205 GTi de 1984 - carton absolu, puis icône aujourd'hui très prisée - la 208 GTi 30th met ainsi le paquet pour séduire, à travers la branche Peugeot Sport. Cela débute par l'apparence, avec ici la livrée optionnelle bicolore (1 100 euros) noir mat/rouge métallisé qui tendra à se généraliser sur tous les modèles de la marque, par le réajustement du châssis, 10 mm plus bas et dont les voies sont élargies de 16 mm, ainsi que par les roues de 18 pouces. QUELQUES TOURS DE PISTE POUR VOIR ! Ainsi gréée, la 208 GTi 30th se devait de réussir le test de la piste. Après plusieurs tours sur un circuit en région parisienne, force est de constater qu'elle est largement à la hauteur des attentes. Là où la 208 GTi montre rapidement ses limites, elle s'en sort à merveille. La greffe du différentiel à glissement limité Torsen y est pour beaucoup. Ce système gomme presque entièrement le sous-virage tout en offrant une motricité optimale et ce malgré la piste humide. Sans parler de sa direction
4 cylindres/208 ch/230 km/h/28 900 € très précise, de son train avant incisif ou encore de son freinage mordant. Avaler les courbes en gardant des trajectoires propres devient alors un jeu d'enfant. LES DIFFÉRENCES SONT FLAGRANTES DÈS LES PREMIERS VIRAGES Cette version 30th se place d’un coup de volant en entrée de courbe, grâce à sa poupe mobile. Lors de la ré accélération, le différentiel autobloquant permet de conserver la proue à la corde et d’en ressortir bien plus fort. Un trait de caractère qui favorise la motricité, surtout lors des épingles, et permet de resserrer sa trajectoire en sortie de grande courbe. Diabolique d’efficacité dans les portions sinueuses, elle donne constamment l’impression d’avoir accéléré trop tard. Les parties rapides deviennent plus grisantes, grâce à son châssis dont l’équilibre se gère à l’accélérateur. Un vrai bonheur, qui rend cette 208 plus exigeante aussi. A l’abord d’une courbe, un violent lever de pied ou une légère pression sur les freins peut se solder par un tête à queue, si son pilote ne connaît pas par cœur son manuel de contrebraquage et oublie de remettre les gaz lorsque la poupe se dérobe. Et quand on désactive totalement l'ESP, la petite Lionne se laisse aller à quelques dandinements du postérieur. Un véritable régal à conduire jusqu'au moment où l'inévitable tête à queue nous ramène à la raison. Finalement, c'est sur route normale où elle s'exprime le moins bien. A cause des réglages sur le châssis, elle perd en confort et devient vite désagréable sur des routes bosselées. Mais ce côté polyvalent, elle le laisse à la 208 GTi classique. Enfin en performances, 3 dixièmes sont gagnés en accélération sur le 0-100 km/h (6,5 secondes), tandis que la conduite est plus précise, tout en consommant moins (5,4 l/100 km). Le pied ! Mais cela vaut-il 28 900 euros, soit 3 800 euros supplémentaires demandés face à la 208 GTi classique ? Pas forcément, or la passion n'a pas de prix pour certains et cette Peugeot 208 GTi 30th rencontrera sans soucis son public, avant que la 308 GTi suive ses pas en 2015. ADDITION PLUTÔT SALÉE L’addition semble a priori salée pour des modifications apparemment légères. Apparemment seulement, puisque cette version 30th profite d’un châssis profondément retravaillé et réalisé par Peugeot Sport comme le RCZ R, dont elle emprunte l’étagement des rapports de boîte et le différentiel autobloquant Torsen. Chacun des 500 à 800 exemplaires prévus passent par les ateliers maison pour y élargir leurs voies avant et arrière de respectivement 22 et 16 mm et recevoir un freinage renforcé à l’avant, pincé par des étriers brembo à quatre pistons. Sans oublier la fameuse livrée « coupe franche » si vous avez coché l’option. Le reste des modifications est réalisé sur les chaînes de montage traditionnelles à Poissy, toujours dans le but de rendre cette 208 GTI plus joueuse : la hauteur de caisse est rabaissée de 10 mm, l’amortissement et l’anti roulis sont raidis, surtout à l’arrière, le carrossage est plus marqué à l’avant et le pincement est réduit à l’arrière. Et pour finir, un train de pneumatiques Michelin Pilot Super Sport se charge d’améliorer le grip. Les puristes trouveront que cette version 30th est la 208 GTi qui aurait du naître à sa sortie. Les autres considéreront ce modèle comme un choix supplémentaire dans la gamme. Quoi qu’il en soit, cette version anniversaire va bien plus loin qu’un simple artefact marketing. Elle propose une sportive digne du blason GTi et de son ancêtre 205. Au point de devenir la nouvelle référence du genre, sur circuit tout du moins. En bénéficiant du savoir-faire de Peugeot Sport, la 208 GTi 30th a tout simplement retrouvé l'âme de son ancêtre 205 GTi. Sportive et joueuse, elle ravira les nostalgiques à la recherche de sensations fortes. De quoi venir titiller très sérieusement la reine de la catégorie, la Ford Fiesta ST. AUTOMOBILES SPORTIVES/41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 1Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 2-3Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 4-5Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 6-7Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 8-9Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 10-11Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 12-13Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 14-15Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 16-17Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 18-19Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 20-21Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 22-23Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 24-25Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 26-27Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 28-29Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 30-31Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 32-33Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 34-35Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 36-37Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 38-39Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 40-41Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 42-43Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 44-45Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 46-47Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 48-49Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 50-51Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 52-53Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 54-55Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 56-57Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 58-59Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 60-61Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 62-63Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 64-65Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 66-67Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 68-69Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 70-71Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 72-73Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 74-75Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 76-77Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 78-79Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 80-81Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 82-83Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 84-85Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 86-87Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 88-89Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 90-91Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 92-93Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 94-95Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 96-97Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 98-99Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 100