Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
Automobiles Sportives n°2 jan/fév 2015
  • Prix facial : 6,90 €

  • Parution : n°2 de jan/fév 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : essais... Ferrari F12 NART/F60 America.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Duel de turbulentes BMW M3 face à la BMW M4 MOINS, C'EST PLUS Traque au CO2 oblige, plus aucune catégorie de voiture, pas même celle des voitures de sport, n'échappe au « downsizing » consistant à remplacer un moteur d'une cylindrée donnée par un plus petit suralimenté par un turbo. Ainsi, le duo de choc formé par la berline M3 et le coupé M4 reçoit un 6 cylindres 3 litres à double turbo, en remplacement du V8 4 litres qui animait la génération précédente. L'amateur de performances ne perd pas au change. La puissance augmente de 11 ch, le couple de 150 Nm, tandis que la consommation chute de 25%. En France, M3 et M4 seront tout de même taxées d'un malus de 6 500 € avec la boîte double embrayage et de 8 000 € avec la boîte manuelle. LE JEU DES OPTIONS Comme pour la Jaguar et la Porsche, on peut équiper le duo M3/M4 de freins carbone/céramique contre un supplément de 8 000 €. Or, nos voitures d’essai étaient déjà pourvues d’une poignée de groupes optionnels et leur prix assez corsé. Nous avons quand même apprécié l’image périphérique, la caméra de marche arrière et les sonars pour le stationnement de précision, l’excellent affichage « tête haute » avec les limites de vitesse en temps réel, les multiples systèmes de sécurité – pourquoi s’en priver – et les excellents phares. Les couleurs métallisées (600 €) de nos voitures d’essai, soit le bleu Yas Marina (le nom du circuit du Grand Prix d’Abou Dabi) pour la M3 et Jaune Austin (aucune explication logique) pour le coupé M4 ont suscité des réactions diamétralement opposées. On adore ou on déteste, selon l’âge ou le sexe. Bonne chance pour deviner dans quel sens. LA VIE À BORD Pareille description incite à un soupçon d'humilité avant de mettre le contact. Assez différentes d'aspect malgré l'unité de l'avant aux larges naseaux, la M3 offre une accessibilité très supérieure, mais aussi une habitabilité à l'arrière meilleure que dans le coupé M4, où l'on pourra se sentir quelque peu enfermé. Le coffre au couvercle en PRFC est d'une contenance inchangée avec un kit de secours en cas de crevaison. À la différence de l'Allemagne où les voitures sont très peu équipées pour serrer les prix, la France dote ses voitures en série, ce qui fait décoller le tarif au-delà de 80 000 euros avec, par exemple, l'intérieur cuir, les sièges sport, le feux full led, le toit en plastique renforcé 22/AUTOMOBILES SPORTIVES La M3 offre une meilleure accéssibilité et un accueil aux places arrière nettement supérieure à la M4 Ici, on se retrouve dans un coupé, cela se voit, l’habitabilité est moindre, tout en restant très correcte. de fibres de carbone (PRFC) abaissant le poids de 5 à 6 kg, l'affichage tête haute et les services connectés d'assistance BMW. Un toit ouvrant est proposé en option gratuite, car il prive du toit PFRC et augmente donc le poids en hauteur. La traque aux kilos concerne aussi le couvercle de coffre au profil faisant office d'aileron tandis que le capot avant et les ailes se marient à l'aluminium. Tout cela en série sur M3 et M4. Pour être exact, avec quelques équipements optionnels qui paraissent utiles, comme les freins carbone céramique, les roues de 19 pouces, la boîte DKG robotisée, l'amortissement sélectif M ou le garnissage cuir étendu, on pourra aisément approcher les 100 000 euros. L'amateur de BMW ne sera pas dépaysé et retrouvera une position de conduite quasi idéale à laquelle il manque juste le coussin d'assise réglable en longueur. BMW a préféré éclairer le sigle M cousu dans le dossier. Le calage latéral réglable et le soutien des épaules des sièges sport se révèlent excellents. L'amplitude de débattement de la colonne de direction permet de s'emparer du volant sport à l'épaisse jante en cuir, muni de ses palettes, dans les meilleures conditions. Et ce sera vite indispensable, car les grondements rauques délivrés au démarrage ne laissent planer aucune ambiguïté sur le tempérament de ces deux M.
0 à 100 km/h : 4,62 s CARACTÈRE ET COMPORTEMENT TAILLÉS SUR MESURE Deux carrosseries, ce n'est pas qu'un nombre de portes en plus. L'élargissement à l'arrière pour envelopper les grosses roues est ainsi très différent. Il est plus marqué en demi cintre sur la berline, renflé sur une plus grande longueur sur le coupé et, a fortiori, le cabriolet qui arrivera en fin d'année. Aucune boîte mécanique, freins de série ou amortissement standard n'étaient disponibles sur nos voitures d'essai, comme si BMW voulait pousser à la consommation. Mais, à ce niveau de performances et d'investissement, il est douteux que l'amateur éclairé se prive des options qui les remplacent, trois éléments majeurs pour une signature M. En conduite, les M3 et M4 ont surtout 0 à 100 km/h : 4,65 s Les M3 et M4 sont plus longues et plus larges que les modèles précédents. des ressemblances, ce qui n’a rien d’étonnant. Les deux ont par exemple un roulement très ferme et leurs pneus à taille ultrabasse claquent aussi allègrement sur les fentes et les saillies, même si les ressorts et tarages de la M4 sont censés être plus fermes. Les sièges sport sont sexy et bien sculptés mais le coussin devient parfois inconfortable pour certains postérieurs après quelques heures de route. Rien de scientifique comme conclusion. La boîte manuelle est nette et rapide, l’embrayage à double disque superbement progressif et pas trop lourd, des spécialités de la maison. Avec un excellent pédalier, c’est la joie pour les amateurs de pointe-talon mais il faut enclencher le mode Sport Plus pour en profiter. Sinon, l’ordinateur se charge d’ajuster parfaitement le régime du moteur en rétrogradant grâce au mode « rev-match », une astuce inventée par Nissan pour sa « Z » qu’on trouve maintenant aussi dans la Porsche 911 et la Corvette Stingray. UN SON STÉRÉO Les moteurs turbo ont un vilain défaut, ils mettent la mécanique en sourdine. Les doubles sorties d'échappement du 6 cylindres des M3/M4 possèdent des clapets censés libérer les décibels en mode Sport. Reste que, dans l'habitacle, le changement est imperceptible. Soucieux de l'ambiance qui règne à bord, les motoristes ont donc utilisé un subterfuge pour lui redonner de la voix. Son chant est capté à l'admission, filtré, puis restitué par le système audio. Ingénieux, même si son tim- AUTOMOBILES SPORTIVES/23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 1Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 2-3Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 4-5Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 6-7Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 8-9Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 10-11Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 12-13Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 14-15Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 16-17Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 18-19Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 20-21Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 22-23Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 24-25Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 26-27Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 28-29Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 30-31Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 32-33Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 34-35Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 36-37Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 38-39Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 40-41Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 42-43Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 44-45Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 46-47Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 48-49Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 50-51Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 52-53Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 54-55Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 56-57Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 58-59Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 60-61Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 62-63Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 64-65Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 66-67Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 68-69Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 70-71Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 72-73Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 74-75Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 76-77Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 78-79Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 80-81Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 82-83Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 84-85Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 86-87Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 88-89Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 90-91Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 92-93Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 94-95Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 96-97Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 98-99Automobiles Sportives numéro 2 jan/fév 2015 Page 100