Arte Magazine n°08 18 fév 2006
Arte Magazine n°08 18 fév 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°08 de 18 fév 2006

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'Homme foulera-t-il bientôt le sol de la planète rouge ? Thema anticipe la prochaine aventure spatiale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
MEDIENKONTOR FFP 6 samedi 18/2 22.30 > 3.00 21.35 360° le reportage GÉO Le toubib touareg Réalisation : Claudia et Günter Wallbrecht (Allemagne, 2005, 52mn) Coproduction : ARTE, WDR, Medienkontor, GÉO ARTE G.E.I.E. (Rediffusion du 26 février 2005) Présenté par Sandrine Mörch Quand, juché sur son chameau, Ousmane Dodo fait son entrée dans un campement touareg, il est accueilli en ami et en sauveur. Partez en tournée avec le « docteur du désert » ! Le toubib touareg part en consultation à dos de chameau. Équipé de sa trousse de médicaments et d’un peu de farine pour ses galettes de pain, il met parfois plusieurs jours avant d’atteindre ses malades. Il est le seul à soigner les 18 000 nomades du Ténéré. Ousmane Dodo suit les tribus à la trace, au sens propre du terme : il sait reconnaître le passage des chèvres blanches, celui des chèvres noires et opter pour le plus urgent. Sa seule apparition est déjà une promesse de guérison pour des femmes et des hommes qui ne bénéficient d’aucun soin, hormis les plantes médicinales. La tâche d’Ousmane Dodo est immense. C’en est parfois décourageant. Mais il est l’unique soignant, alors il repart toujours, comme un missionnaire, vers ses malades. Multidiffusion le 25 février à 12.50 En partenariat avec arte magazine n°8 du 18|2|06 au 24|2|06 22.30 |MUSICA Les variations Casadesus Ils sont pianistes, comédiens, chanteurs, chefs d’orchestre, compositeurs, et cultivent depuis cinq générations l’amour de l’art et de la musique. Rencontre avec les Casadesus, de Luis à Caroline en passant par Robert, Gisèle et Jean-Claude. Luis Casadesus, l’aïeul, né en 1850 et mort en 1919, musicien autodidacte et passionné. Documentaire d’Élisabeth Kapnist (France, 2005, 52mn) Coproduction : ARTE France, Cinétévé, Kuiv Productions ARTE FRANCE Il était une fois à Paris, à la fin du XIX e siècle, un père de famille d’origine catalane du nom de Luis Casadesus. Luis et sa femme Mathilde ont neuf enfants. La semaine, pour nourrir la maisonnée, Luis est typographe ou caissier. Le week-end, il joue du violon dans les bals. Car il est surtout musicien ; musicien autodidacte, puisqu’il n’a pas reçu de formation, sa mère et sa grand-mère détestant la musique. Lui, en revanche, met toutes ses filles au piano et tous ses garçons au violon. La légende familiale veut que, à chaque nouveau-né, il déclare : « Tu seras musicien. » Ses enfants seront pianiste, compositeur, violoniste, chef d’orchestre… Ses petits-enfants seront comédien, pianiste, compositeur, directeur de théâtre… Ses arrièrepetits-enfants seront chef d’orchestre, pianiste, percussionniste, peintre… Ses arrière-arrière-petitsenfants jouent de la flûte, du piano ou de la trompette… Depuis cinq générations, les Casadesus perpétuent cette passion de l’art léguée par leur aïeul. FONDS CASADESUS La force et le poids d’un nom La réalisatrice Élisabeth Kapnist a rencontré un certain nombre de membres de la famille. Elle a compulsé les archives du fonds Casadesus, contemplé de vieilles photos, écouté les souvenirs des uns et des autres. Son film raconte une histoire familiale qui tient parfois de la légende. Il retrace, en filigrane, l’ascension sociale d’une famille aux origines modestes qui, aujourd’hui, est invitée à déjeuner au ministère de la Culture. L’enjeu est aussi de saisir la part du passé dont se nourrit secrètement chaque destinée humaine. Mais toute famille a ses zones d’ombre. Ici, c’est le poids d’un nom parfois difficile à porter ; par exemple pour Gréco Casadesus, devenu compositeur de musiques de films, à qui son père Marius voulut faire porter tout le devenir des hommes de la famille. L’ombre, c’est aussi celle qui recouvre les autres Casadesus, certes peu nombreux, qui ne sont ni musiciens, ni artistes, ainsi qu’en témoigne Frédérick Casadesus, qui écrit actuellement l’histoire de la famille. Mais chez les Casadesus, l’amour de
Ce qui unit la famille Casadesus, c’est l’amour de l’art, comme une « aspiration à la lumière ». l’art est tout de même un héritage bien partagé. Dans des archives et des captations, on voit le pianiste Robert Casadesus, le plus célèbre musicien de la famille, en concert avec sa femme Gaby ; le chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus dirigeant l’Orchestre national de Lille, auquel sa vie est liée depuis 1975 ; la soprano Caroline Casadesus accompagnée au violon par son mari Didier Lockwood sur un air de Bizet mâtiné d’improvisation jazz. Et on quitte ces enfants de la balle sur l’image d’un petit garçon, devant un piano, déclarant vouloir apprendre à en jouer. « Luis, l’ancêtre, peut dormir en paix : la tradition artistique de la famille est toujours bien vivante », conclut Élisabeth Kapnist. En partenariat avec ARTE ET LES CASADESUS > Les variations Casadesus, le samedi 18 février à 22.30 > Jean-Claude Casadesus dirige Mozart pour les 30 ans de l’Orchestre national de Lille, le dimanche 19 février à 19.00 dans « Maestro » 23.30 Film Festival Berlin (3) Réalisation : Manfred Neiser (Allemagne, 2006, 45mn) Production : Maz and Movie RBB L’actrice et présentatrice Loretta Stern, à l’affiche de nombreux téléfilms et pièces de théâtre en Allemagne, est aussi mezzo-soprano et chanteuse de jazz. Tous les ans, en février, Berlin devient la capitale mondiale du cinéma. Cette année, ARTE est à nouveau en direct de la Potsdamer Platz pour nous faire vivre le 56 e Festival du film de Berlin, qui a lieu du 9 au 19 février. Les films sont au cœur des trois émissions spéciales présentées par Loretta Stern, qui recevra ceux qui font la Berlinale – acteurs, réalisateurs, producteurs, journalistes. Dans cette troisième et dernière émission, juste après la remise des prix, elle dévoilera les noms des lauréats. Reportages et analyses, entretiens et détours par les coulisses : grâce à son partenaire, la RBB (la télévision régionale de Berlin), ARTE est une nouvelle fois au cœur de l’événement. Panorama complet sur : > www.arte-tv.com/berlinale samedi 18/2 La 56 e Berlinale comme si vous y étiez ! En direct du palais du festival, juste après la remise des prix, Loretta Stern dévoile les noms des lauréats. La Berlinale sur ARTE Trois émissions spéciales > le samedi 11 février à 23.05 > le mercredi 15 février à 22.40 > le samedi 18 février à 23.30 Trois films primés à Berlin > Bloody Sunday de Paul Greengrass (Ours d’or 2002), lundi 13 février à 20.40 > Blind shaft de Li Yang (Ours d’argent 2003), lundi 20 février à 20.40 > Madame Brouette de Moussa Sene Absa (Ours d’argent de la meilleure musique 2003), lundi 27 février à 20.40 Sans oublier : > Le journal de la culture du jeudi 9 au samedi 18 février > Metropolis le samedi 11 février > le dimanche 19 février à 16.50, une émission spéciale pour les 20 ans des Teddy Awards, les prix du film gay et lesbien décernés à Berlin arte magazine n°8 du 18|2|06 au 24|2|06 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :