Alphonse n°10 mars 2015
Alphonse n°10 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Alphonse

  • Format : (542 x 722) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 16,3 Mo

  • Dans ce numéro : focus sur le jeune prodige caennais Baadman.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 FINANCE "L’objectif [est] de lancer les premiers restaurants franchisés en France fin 2015." A-M : Quel est votre rôle au sein de la société ? MC : Actuellement je suis en charge de la salle et je m’occupe des parties finance, marketing et développement du réseau de franchise. Pour résumer, je m’occupe de tout sauf de la cuisine qui est gérée par notre chef Bruno qui a beaucoup d’expérience dans le métier. Par gestion de la cuisine j’entends la préparation des plats mais également l’achat des matières premières. C’est lui qui formera les franchisés lors des prochaines ouvertures et qui va développer le réseau d’achat des matières premières. A-M : « Max à Table ! » ce n’est pas seulement un restaurant basé à Bordeaux, c’est aussi une marque. Quelles sont les conditions pour devenir franchisé ? MC : Actuellement nous développons le réseau de franchise et, quand cette étape sera terminée, nous recruterons des personnes intéressées pour devenir franchisés. A l’heure actuelle, nous avons beaucoup de demandes de restaurants afin de devenir un Max à Table dans différentes villes de France comme à Rouen, Paris, Toulouse, La Rochelle ou encore Nantes mais également à l’étranger comme en Israël ou en Pologne. La marque suscite beaucoup d’intérêt et d’engouement. Nous voulons surfer sur la vague et accélérer le développement donc je suis en train de développer la société dans ce sens. L’objectif étant de lancer les premiers restaurants franchisés en France fin 2015. En plus de cela, nous créons actuellement un second restaurant dans la périphérie de Bordeaux qui ouvrira ses portes durant le premier semestre 2015. A-M : Pourquoi avoir choisi la ville de Bordeaux pour ouvrir votre premier restaurant ? MC : Je trouvais que cette ville était très intéressante pour tester un concept puisque c’est une ville jeune et dynamique s’inscrivant dans les valeurs de Max à Table. En plus de cela, c’est une métropole qui est ouverte sur le monde et qui est bien moins chère que Paris. Tous ces critères ont rendu cette ville très intéressante pour lancer le premier restaurant. A-M : Que peut déguster un de nos lecteurs en allant dans votre restaurant ? MC : Notre spécialité sont les hambourgeois qui sont des hamburgers gourmets. Nous servons également des salades gourmandes ou encore des assiettes de tapas. Les clients ont donc le choix selon leurs envies ainsi que leurs goûts culinaires.
21 FINANCE "Notre spécialité sont les hambourgeois qui sont des hamburgers gourmets." A-M : Un des attraits de votre établissement est que les clients commandent leurs plats via une table connectée sur laquelle ils mangent. En quoi cela est un avantage pour eux et pour vous ? MC : Pour nos clients, ces tables représentent une multitude de services pour se distraire mais également pour mieux appréhender les plats qu’ils commandent car ils vont pouvoir voir la photographie du plat ainsi que sa conception. De notre côté, cela nous permet de gérer de façon beaucoup plus simple notre carte en ajoutant ou supprimant des plats. En plus de cela, notre échange avec le client est totalement différent par rapport à un restaurant lambda car nous sommes davantage dans une démarche de conseil et non plus une simple prise de commande. Nos conseils peuvent être sur la carte mais également sur la technologie utilisée ou encore les applications proposées par les tables. Nous avons complètement revisité la relation du serveur avec les clients grâce à ces tables connectées. A-M : Quels sont vos objectifs en terme de chiffre d’affaires et en terme de nombre de franchisés ? MC : Comme évoqué précédemment, nous ouvrons en 2015 un nouveau restaurant mais cette fois sur un business model autre car il sera situé en périphérie et non dans le centre comme celui que nous avons actuellement. En terme de chiffre d’affaires cela va dépendre de beaucoup de paramètres comme la date d’ouverture du second restaurant par exemple donc donner un prévisionnel est à l’heure actuelle impossible. En terme de franchisés, l’objectif est d’en avoir deux à la fin de l’année 2015 et cinq en 2016 selon comment le réseau va se développer. A-M : Pour terminer, si vous deviez donner des conseils à une personne désirant créer sa société, que lui diriez-vous ? MC : Si son désir est de créer sa propre société il faut qu’il le fasse. Le tout est de croire en son projet ainsi qu’en soi-même et vivre de la passion que l’on donne à sa vie professionnelle. Il faut savoir prendre des risques tout en les mesurant mais cela est très enrichissant.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :