Activ' Assistante n°5 mar à jun 2014
Activ' Assistante n°5 mar à jun 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mar à jun 2014

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Groupe Réunir

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : des postières au coeur de Gazelles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
VIE PRO Génération Y 24 Séminaires pro & gaffes à gogo Les séminaires sont des temps forts. Des moments où les histoires se cristallisent, où des étiquettes se collent. Pour illustrer l’expression « se prendre les pieds dans le tapis », découvrez cinq situations à éviter. Difficile pour les moins de 30 ans de trouver leur place au sein d’une entreprise. Surtout quand on exerce une profession essentiellement féminine où les surnoms familiers (« ma puce », « cocotte ») et les remarques sexistes* (« elle fait sa blonde ») sont légion. Mais si les séminaires de travail ou de cohésion d’équipe sont d’excellents tremplins pour s’affirmer, gare aux gaffes ! Blessure d’ego Au cours d’un séminaire, assistantes et managers devaient unir leurs efforts lors d’une épreuve sportive. Ce jour-là, Pauline B., assistante junior dans un groupe pétrolier, a appris à ses dépens que l’on peut blesser quelqu’un en voulant l’aider. « Aussi sportif qu’une huître, mon chef voulait déclarer forfait avant même de commencer. Je l’ai boosté, poussé, encouragé et nous sommes arrivés derniers sous une pluie d’applaudissements. J’avoue que j’étais plutôt fière de moi. De retour au bureau, il m’a vertement reproché de l’avoir ridiculisé devant tous ses collègues, avant d’ajouter : vous saurez qu’ici, le premier, c’est moi ! » L’odieux est la porte de sortie du ridicule. Démon en sommeil Secrétaire territoriale dans le Morbihan, Maëva R. craint les jeux d’équipe. « Quand je perds, je peux sortir de mes gonds et rejeter la faute sur les autres. Après coup, je me déteste mais le mal est fait. » Le jour J, et à l’annonce des résultats, elle fulminait. « À une réponse près, et si l’équipe m’avait écoutée, on aurait gagné ! Mais je me suis dominée et l’illusion a été parfaite. Aux yeux de tous, je suis bonne joueuse. » On gagne beaucoup à savoir perdre.
Bafouillage interdit Conviée à la table des N+1 de son groupe avec les juniors recrutés dans l’année, Laury N. a perdu tous ses moyens quand un directeur l’a invitée à se présenter. « Avant moi, chacun avait résumé son parcours avec aisance. Mon tour venu, j’ai bafouillé quelques banalités et dressé de moi un piètre portrait. Lamentable ! » Depuis, Laury s'est entraînée à débiter en deux minutes chrono une courte présentation de son cursus, de ses fonctions et attributions. « Sur le même principe, lorsque je suis susceptible de m’exprimer sur un sujet, je condense ma pensée en amont. » Plus un discours est concis, plus il marque les esprits. Présence fantomatique Dans son service RH, la timidité de Noémie V. passe inaperçue. Mais au sein d’un groupe, la jeune femme s’efface au point d’être invisible. « Lors de mon entretien annuel, mon responsable m’a reproché d’avoir manqué le séminaire annuel », dit-elle. Pour prouver qu’elle était là, elle lui a montré la photo d’équipe prise lors de l’événement : « Regardez, la fille cachée derrière Monsieur Perrin, c’est moi. » Il ne l’a pas crue ! Les absents ont toujours tort. Bruits de couloir « Lors d’un séminaire de deux jours, et à l’issue de la première journée de travail, Lydie T., assistante d'un directeur général a rédigé le compte-rendu dans la soirée. « Comme mon chef déteste lire sur écran, j’ai imprimé le document à la réception puis je lui ai apporté. Quand j’ai frappé à sa porte, j’ai croisé un premier collègue dans le couloir. Quand je suis sortie de sa chambre une heure plus tard avec les corrections à apporter, j’ai croisé un second collègue », raconte-t-elle. Depuis, un bruit de couloir la surnomme « la petite amie du boss ». Elle a beau se justifier, rien ne change. « Je suis mortifiée. La prochaine fois, je ferai porter les documents par un groom et mon directeur me dictera ses corrections par téléphone. » Chat échaudé craint l’eau froide. Gabrielle Louis * Étude de l’institut de sondage LH2 conduite en décembre 2013 pour le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP). Trois clés pour changer le regard des autres CC Nous avons raté le podium à une réponse près, alors que j’avais proposé la solution à mon équipe. Je fulminais ! Benjamin Fabre – Écrivain et chroniqueur Diplômé de l'Essec, Benjamin Fabre a été consultant dans un cabinet de conseil en stratégie. Il est l’auteur du livre humoristique « Comment devenir un parfait fayot au bureau » (Editions Tut-Tut). 1 Rompez les rangs ! Pour repérer des secrétaires et assistantes lors d’un séminaire, recherchez les essaims. À l’écart du reste du monde, elles restent soudées. On sent la connivence qui les lie, on devine l’esprit de corps. Divisez-vous pour exister ! En créant un groupe au sein du groupe, vous enracinez dans l’inconscient collectif l’idée que vous constituez une communauté « à part ». 2 Exprimez-vous ! Lors des échanges de travail, tendez l’oreille. Si, à l’issue d’une présentation absconse, une personne invitée à s’exprimer répond : « Oh vous savez, le sujet me dépasse complètement, je n’ai pas d’avis précis », neuf fois sur dix, la réponse émane d’une assistante. Sortez de vos petits souliers et prenez part aux débats ! Si vous êtes junior, osez poser la question qui vous brûle les lèvres. Dans les autres cas, vous avez forcément un avis. L’exprimer prouve l’intérêt que vous portez à votre entreprise et à ses activités. 3 Sortez de l’ombre ! Pendant les moments récréatifs, les assistantes se mettent souvent sur la touche pour s’adonner à une activité administrative. En s’intégrant aux activités et en allant vers les autres, d’autres talents se révèlent, les regards changent. Luttez contre les clichés de l’assistanat (prise de notes, écoute en silence...) ! Dans l’idéal, acceptez un rôle, si possible valorisant, où vous pourrez vous faire « remarquer » sur des registres différents de vos missions habituelles. Et si vous devez porter un casque, acceptez de le mettre même s’il vous décoiffe. 33 Avis d’expert Activ’Assistante - Mars 2014 - 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 1Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 2-3Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 4-5Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 6-7Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 8-9Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 10-11Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 12-13Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 14-15Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 16-17Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 18-19Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 20-21Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 22-23Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 24-25Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 26-27Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 28-29Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 30-31Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 32-33Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 34-35Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 36-37Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 38-39Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 40-41Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 42-43Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 44-45Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 46-47Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 48-49Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 50-51Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 52-53Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 54-55Activ' Assistante numéro 5 mar à jun 2014 Page 56