Activ' Assistante n°2 jui/aoû 2013
Activ' Assistante n°2 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Groupe Réunir

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : huit pistes pour améliorer le bien-être des salariés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
g VIE PRO Conseils LI 20 pour en faire un atout professionnel L Gérer ses émotions Biblio pro L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman – Tome 1 et tome 2 – Editions J’ai lu Bien-Etre Du bon usage des émotions au travail de Catherine Lainé et Etienne Roy – Editions ESF Cahier de travaux pratiques pour apprendre à gérer ses émotions d’Isabelle Filliozat – Editions Marabout Faciles à repérer chez les autres, nos propres émotions peuvent nous porter préjudice. Découvrez comment les exprimer sans vous mettre en danger et retrouver votre bien-être. àl’avant-garde du Siècle des Lumières, Blaise Pascal affirmait : « Le cœur a ses raisons que la raison ignore. » Aujourd’hui, à l’ère de la communication, tant de choses que nous taisons nous envahissent, tant de situations nous énervent et nous font perdre pied. En apparence « libres de tout dire », nos émotions nous entravent.
Comprendre le mécanisme des émotions À l’origine, les émotions sont des phénomènes spontanés créés par notre organisme (décharges hormonales). Produits par notre inconscient, ces états internes impactent sur nos comportements mais constituent des indicateurs utiles. Très fréquents, ils peuvent prendre diverses formes : bien-être (voire euphorie), colère, inquiétude, peur, chagrin... Mais parce que l’émotion ne fait pas appel au néocortex (le raisonnement, la conscience), elle produit un comportement non corrélé à la réalité et peut générer des attitudes inappropriées. Gérer la peur qui paralyse Utile lorsqu’elle signale un danger, la peur mobilise le cerveau de celui qui la ressent. Quand elle domine un sujet au point de le paralyser, elle lui fait perdre tous ses moyens. Quand la peur fait fuir : Christelle s’est inscrite en formation. Le premier matin, elle s’assied sans un regard vers les autres stagiaires déjà installés ou vers le formateur, sans formuler un « bonjour » en réponse aux salutations de la salle, sans s’intégrer aux discussions. Invitée à se présenter lorsque son tour arrive, elle nomme son entreprise, d’une voix à peine audible, mais n’exprime pas ses attentes. Le formateur insiste gentiment, Christelle reste muette et son malaise est palpable. Elle est prête à s’enfuir en courant. Plus tard, elle avouera qu’elle agit de même dans certaines réunions si un participant l’intimide. Christelle ne gère pas sa peur, celle de s’exprimer devant des inconnus, de parler d’elle par crainte de dire « une bêtise ». Ses fuites ou silences agissent comme une « autoprotection ». Face à des inconnus, Christelle se sent en danger, ses pensées sont irrationnelles (« je suis nulle », « ce que j’ai à dire est inintéressant »). Comment dominer une peur irrationnelle ? En premier lieu, listez (ou invitez à lister) les situations anxiogènes ressenties (parler de soi, de ses difficultés, exprimer son avis face à des inconnus ou des supérieurs...). Ensuite, énumérez les pensées automatiques associées aux blocages identifiés (« Je suis nulle comparée aux autres », « Ma difficulté est ridicule »). Enfin, posez des arguments de substitution positifs (« Je suis là pour apprendre ou partager », « Si je n’indique pas mes difficultés, je ne saurai pas les gérer ou je n’obtiendrai pas les informations dont j’ai besoin »). Pour stopper des réactions émotionnelles de peur ressenties à un instant T, pratiquez une technique de relaxation comme la respiration abdominale. Elle apporte énergie, calme et détente. > CC Une émotion mal gérée vous met sous tension et consume votre énergie. Avis d’expert Le coût des émotions Céline Peres-Court, consultante spécialiste des émotions Bien que difficilement mesurable, certains chercheurs avancent le chiffre de 30% d’improductivité pour l’entreprise. Les émotions néfastes engendrent des conséquences liées au stress (absentéisme, accidents, risques psychosociaux etc.), des rumeurs, une mauvaise prise en charge des conflits et des changements dans les organisations. Ne pas gérer les émotions fait prendre des décisions irrationnelles sous le coup de l’impulsivité. A contrario, la reconnaissance des émotions en entreprise mène à des comportements plus efficaces pour résoudre les préoccupations issues de la vie professionnelle (gérer ses priorités, dire non, négocier, exprimer son désaccord, coopérer et échanger etc.). De plus, une gestion efficace permet une communication plus riche avec les autres et la recherche d'options nouvelles dans une situation donnée. Les émotions peuvent affecter notre jugement et notre raisonnement, autant qu’elles peuvent l’éclairer et le guider. L'entreprise ne peut aujourd’hui se permettre de les ignorer. Activ’Assistante - Juillet 2013 - 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :