A Nous Paris n°HS1 Hiver 7 jan 2019
A Nous Paris n°HS1 Hiver 7 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°HS1 Hiver de 7 jan 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 26

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : soyons légers...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
presque célèbres A NOUS PARIS Clémence et Océane Cahu, au vrai bon sac urbain Texte  : Alexis Chenu Inspirées par leur histoire de famille, deux créatrices revisitent la toile PVC qu’elles associent aux plus beaux cuirs, et imaginent Cahu, marque de sacs increvables et terriblement chics. tures sont toutes réalisées dans les ateliers de la famille et décorées à la main par des artisans peintres. La crise de la trentaine arrivant, Océane, passée maroquinière pour la maison Louis Vuitton, et Clémence, exstyliste de Daphné Bürki, devenue directrice artistique pour les grandes marques du luxe et consultante mode, rattrapent leurs pères démissionnaires et renouent avec leur histoire de famille en imaginant leur propre Le cabas Pratique en toile PVC imperméable, anses et poignées en cuir, 250 € . Lara Giliberto Clémence et Océane Cahu ne sont pas sœurs, mais cousines, et ont grandi ensemble en Normandie. Là où leurs pères montaient, il y a 30 ans, une entreprise spécialiste des châteaux gonflables, devenue leader en Europe. Entre forteresses, cirques et toboggans géants, les filles naviguent au pays du plastique fantastique et des machines de sellier qui fabriquent les bâches. Un vrai savoir-faire français, où les struc- 10 dans l’air marque. « Vivant à Paris et roulant à scooter toute l’année, je manquais d’un sac à bandoulière qui soit increvable, résistant à tout et intemporel, raconte Clémence. Nous avons dessiné le sac de nos rêves, celui qu’on traîne en journée comme en soirée, sans détail superflu et efficace, et nous avons choisi la matière que nous connaissions le mieux  : la toile en PVC de nos châteaux gonflables ». Bien plus glamour que les sacs « Messenger » de l’allemand Freitag, les modèles Cahu s’adressent aux Parisiennes et aux urbaines, couvrent de PVC des modèles de dame, seau et cabas, d’autres faits pour les filles et une série de pochettes, portecartes et monnaie bien accordés. Pour le luxe, il faut toucher de l’intérieur, chaque sac étant doublé de cuir, l’anse et la bandoulière aussi. Avec ses premières créations, le duo tentera ensuite de concourir en 2017 au prestigieux Festival de Hyères (dédié à la jeune création), se fait recaler pour être « trop en avance sur son processus de commercialisation », mais devient finalement partenaire de l’événement en mettant à l’honneur la toile PVC à travers une installation de matelas gonflables noirs. La Villa Noailles, qui accueille le festival, fait chiller la planète mode sur la toile PVC Cahu. La marque de sacs continue de faire parler, un premier e-shop s’ouvre, puis c’est l’Exception, multimarques de pointe online et physique, qui sélectionne les modèles Cahu. Suivront quelques premiers points de vente à Biarritz et Saint-Malo avant que le Printemps et les Galeries Lafayette (d’abord au sein du magasin À Rebours, puis en janvier dans le cadre de la sélection Go For Good et des marques made in France) ne s’y intéressent. Après un nouveau partenariat fin décembre avec la Villa Noailles (dans le cadre du festival pour enfants Pitchouns) qui donna lieu à la création d’une mini villa gonflable, les filles Cahu présentent ce mois-ci leur première collaboration de sacs avec Maison Kitsuné. La marque de prêt-à-porter street franco-japonaise a commandé au duo une trilogie de sacs revisitant la doublure de ses trenchs. Les bonnes nouvelles n’arrivant jamais seules, Cahu a décidé de s’ouvrir au public, et inaugurait début décembre sa première boutique-atelier dans le 11e. Un espace sous verrière partagé entre showroom, magasin et atelier de confection, déclaré centre névralgique et créatif de Cahu.16, rue du Grand-Prieuré, 11e. www.cahuparis.com
high-tech dans Les tendances numériques qui feront 2019 Se projeter dans l’avenir, un exercice périlleux mais pas au point de s’en priver ! Voici nos prédictions pour une année qui s’annonce riche en rebondissements technologiques. La data detox est la nouvelle digital detox Réduire son temps d’écran, ou se détoxifier de ses appareils digitaux, aura été une tendance forte en 2018, qui continuera de résonner cette année. Elle sera rejointe par la data detox, ou détox de ses données, comme l’affirme l’excellente mini-expo The Glass Room Experience (jusqu’au 10 février, dans le cadre du festival Persona Non Data), à la Gaîté lyrique. Après avoir vu en détail, grâce à une œuvre de Vladan Joler et Share Lab, l’effrayante étendue des données que détient Facebook nous concernant, on apprend comment réduire cette empreinte que chacun de nous laisse sur internet. Ainsi, on pourra empêcher Google, Facebook et autres de nous suivre partout pour nous bombarder de pubs toujours plus ciblées. Libération imminente en vue ! Le 5G nous fait oublier le wi-fi La 5G, le protocole de data mobile annoncé comme au moins dix fois plus rapide que la 4G, va débarquer un peu partout en 2019 ou presque. Si Stéphane Richard, le patron d’Orange, a annoncé que la technologie serait disponible dans 17 villes européennes cette année – dont Paris, Marseille, Nantes et Lille – A NOUS PARIS Textes  : James Martin ce serait en fait une année « pré-commerciale » destinée à tester le service, en attendant que suffisamment de téléphones compatibles soient disponibles. En effet, peu d’annonces d’appareils 5G ont été faites par les fabricants à ce jour, et cela se comprend  : il faudrait sans doute attendre jusqu’à 2025 pour que la 5G soit disponible partout. Mais lorsqu’elle le sera, avec sa vitesse de pointe – imaginez pouvoir télécharger un film en trois secondes –, elle risque fort de nous faire oublier le wi-fi. Le jeu vidéo se dématérialise Le cloud gaming – ou le fait de jouer, via le web, à des jeux qu’on n’aura pas achetés, mais plutôt loués via un abonnement à la plateforme Netflix – va exploser en 2019. Google a même proposé un exemplaire gratuit d’Assassin’s Creed  : Odyssey à chaque personne prête à tester son service. Mais nous regarderons tout autant Shadow, un service de cloud computing français qui va bien audelà. Au lieu de proposer un simple catalogue de jeux, Shadow donne accès à un PC sous Windows 10 entièrement sur internet. Accessible via n’importe quel écran grâce au boîtier Ghost (120 € ) , cet ordinateur virtuel est annoncé comme aussi performant qu’un PC d’une Le Shadow PC, accessible via le boîtier Ghost. SDP L’enceinte Reactor. Devialet 11 l’air valeur de 2 000 € , et il ne coûte qu’une trentaine d’euros par mois. Une belle bataille de David contre Goliath qui se profile, donc… On ne jette plus, on répare Trop de gadgets ne tiennent qu’un an, voire moins. C’est ce qu’on appelle l’obsolescence programmée. Apple ayant déjà dû faire volteface sur le ralentissement des iPhone – soi-disant destiné à prolonger leur durée de vie –, de plus en plus de concurrents utiliseront la longévité comme argument de vente en 2019. C’est le cas de OnePlus, qui affirme avec fierté soutenir chacun de ses nouveaux téléphones avec trois ans de mises à jour logicielles. On prédit également l’essor du recyclage de téléphones  : même Bouygues Telecom se jette à l’eau avec Recommerce, site de vente d’appareils reconditionnés, qui viendra concurrencer des sites existants comme Certideal. Après les voitures d’occasion, pourquoi pas les téléphones ? L’audio de luxe devient abordable Devialet fabrique des systèmes audio dont le produit le moins cher, l’enceinte Phantom, coûtait jusqu’à récemment 1 500 euros. Avec Reactor, l’incroyable puissance et précision propre à cette marque française de renom devient abordable, en passant sous la barre de 1000 € . Une simple démo de 30 secondes en magasin suffira à faire craquer le moindre mélomane, lorsqu’il aura été renversé par la véritable vague sonore créée par cet objet à peine plus grand qu’un ballon de foot. Et les non-convaincus ne le resteront pas très longtemps  : Devialet fabrique également la nouvelle box de Free, qui s’annonce tout aussi épatante._



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :