A Nous Paris n°837 17 déc 2018
A Nous Paris n°837 17 déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°837 de 17 déc 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : et sinon on fait quoi pour les fêtes ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
sortir OOn roule des patins Depuis ce dimanche, le Grand Palais des glaces, soit la plus grande patinoire indoor du monde, a investi – comme son nom l’indique – le cadre prestigieux du Grand Palais. De 10 h à 13 h et de 14 h à 20h, on y évolue sur 3 000 m² de glace, de façon conviviale avec plein de copains (3 000 paires de patins disponibles) autour d’un ours géant signé de la star Richard Orlinski. Et si, en journée, un espace est réservé aux enfants, le soir, les plus jeunes sont invités à regagner leurs maisons pour que l’endroit se transforme jusqu’à 2 h en dancefloor, avec DJ, lightshow, boules à facettes et consorts. Pour glisser waouh encore, on pourra aussi filer sur le rooftop de la Grande Arche de la Défense, qui propose aussi une patinoire, bien plus modeste question taille (300 m²), mais imbattable pour ce qui est de la vue qu’elle offre sur tout Paris.Le Grand Palais des glaces, jusqu’au 9 janvier, nef du Grand Palais, avenue Winston-Churchill, 8e. Entrée  : 12-25 € en journée, 29 € le soir. www.legrandpalaisdesglaces.com Patinoire de la Grande Arche, jusqu’au 6 janvier. Entrée  : 12-7 € . Nocturnes les 27 décembre et 3 janvier. www.lagrandearche.fr A NOUS PARIS C’EST QUOI LE PLAN ? Texte  : Paul Albertini, Smaël Bouaici, Carine Chenaux, Alexis Chenu, Alain Cochard Les fêtes arrivent et avec elles, sûrement un peu de vacances bien méritées. Mais notre vraie nature ayant finalement horreur du vide, on trouve, vite vu, de quoi s’occuper.. On rêve d’une autre réalité Après le simulateur de chute libre IFly et le laser game Yoomove, le quartier de la Cité des sciences continue de visiter le futur en accueillant Illucity, un parc d’attractions dédié à la réalité virtuelle. Sur quelque 1000 m², le lieu met à disposition du public une vingtaine d’expériences en réalité virtuelle, à tester seul ou à plusieurs. Illucity propose aussi quatre escape games à faire avec un casque sur la tête, dont un dans l’univers du célèbre jeu d’Ubisoft, Assassin’s Creed. On y trouve également une dizaine de jeux d’arcade, dont une course automobile sur un siège vibrant, un voyage au volant d’une navette spatiale, ou encore une session de baston contre des robots à l’aide de gants haptiques.Illucity, parvis de la Cité des sciences, 32, avenue Corentin-Cariou, 19e, M° Porte de la Villette. De 14 h à 22h. Entrée  : 5-35 € . www.illucity.fr On anticipe la neige Alors, avant de prendre le train direction les pistes, on fait un tour « Rue Begand ». Cette rue n’existe pas à Paris, mais la boutique éponyme, si. Elle fait référence à Troyes et à son histoire, berceau de la bonneterie, où se concentraient au XX e siècle des centaines d’ateliers dont ceux, spécialistes du tricot… de la rue Bégand. À l’origine de la marque, la famille Granata, déjà à la tête d’un atelier à Troyes (spécialiste des matières techniques et des petites séries destinées aux maisons de luxe) et le fils Samuel, s’entourent l’année dernière de Christophe Verot – le créateur La vareuse imprimé sousbois de Rue Begand, collection automne-hiver 2018. Maxime Cordier 08 dans l’air des maillots de bain Robinson des bains – pour imaginer une marque de voyage destinée aux hommes ou la panoplie parfaite du week-ender. Bien logée rue Charlot, dans une boutique-atelier aux références industrielles et logos « chaîne et trame », et sous les charpentes de bois, Rue Begand dédie chaque saison sa collection à une nouvelle destination, Flaine cet hiver, station de ski des Alpes aux dimensions architecturales et arty inspirantes. Un vestiaire made in France à prix franchement abordables qui décline doudounes sans manche aux looks 80’s sexy, propose le teddy en velours, renoue avec la vareuse d’antan, s’amuse des sweats brodés d’écussons en clin d’œil aux années 70 et de pantalons faits pour le voyage aux inspirations jogging, casquettes, écharpes et bonnets complétant la panoplie. Pour l’été, Rue Begand devrait s’inspirer d’Arcachon et du Cap Ferret et introduire le denim, la maroquinerie et la petite bagagerie.58, rue Charlot, 3e. Ouvert du mardi au samedi, de 11 h à 19h. www.ruebegand.com On pense aux autres Le Musée national de l’histoire de l’immigration propose une exposition liée à un sujet qui résonne de façon particulière à l’heure de l’accélération des flux migratoires  : l’hospitalité. Une programmation envisagée à travers le
L’opérette Azor de Gaston Gabaroche. Matthias Plantard Le spectacle Extra du cirque Bouglione Dominique Secher/Hans Lucas L’ours polaire du sculpteur Richard Orlinskie à la patinoire géante Le Grand Palais des glaces. Didier Lefevre 09 dans l’air SÒNG, le bar éphémère du Shangri-La Hôtel. Michel Figuet Persona Grata, 2016, de Lahouri MohammedBakir, au Musée national de l’immigration. Photo Aurélien Mole/Adagp, Paris 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :