A Nous Paris n°836 10 déc 2018
A Nous Paris n°836 10 déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°836 de 10 déc 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : madame Arthur casse les codes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
monomaniaque style QQui l’eût cru ? Le poulet revient sur le devant de la scène. Et acquiert au passage de nouvelles lettres de noblesse. À côté de la version rôtie des déjeuners dominicaux, voilà qu’il se pare d’accents inconnus et de saveurs nouvelles. Inspiration world food, réinterprétation des classiques comme le poulet-mayo, tradition terroir redécouverte, il y a désormais mille façons de consommer cet incontournable à nouveau ultra-désirable. A NOUS PARIS Viens poupoule ! Textes  : Alexis Chenu C’est officiel, le poulet a la cote. Il offre à l’amateur ses infinies déclinaisons grillées, brochées, cuisinées à la chinoise, à la coréenne ou à l’américaine. Avant la dinde de Noël, on vous emmène là où caqueter de bonheur. Chicken & waffles chez Baba Zulu Rue Beaurepaire, on sert désormais le chicken & waffles. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, cette spécialité « soul food » inventée dans le sud des États-Unis mixe gaufre et poulet frit. Tendance à Paris depuis l’ouverture de Gumbo Yaya place du Colonel-Fabien, la recette prend désormais chez Baba Zulu. Un resto de poche monté par Yass et son associé Maher, et un nom hommage à l’une des figures de la culture afro-américaine, pote de Martin Luther-King. Éclairée au néon, plaquée de photos cultes – Obama avalant son chicken & waffles –, la cantine la joue relax, passe le meilleur du rap – Travis Scott, French Montana, Drake… – et sert un menu mastoc. Au choix, le classique chicken & waffle ou, mieux, la version burger. Un sandwich énorme, au bon poulet testostéroné comme aux US, la gaufre à la place du pain, un assaisonnement meilleur que chez McDo, la bête accompagnée d’une platée de frites juste grillées excellentes. L’orgie s’accompagne des sauces américaines Heinz en version deux litres (curry, barbec’, ketchup…), d’un Dr Pepper au bon goût de médoc, et – si on tient le coup – d’un cheese cake bien fait. Le bon goût des patrons ajoute quelques idées à Le Coq Rico, contemporain et élégant. Le Coq Rico Baba Zulu mixe avec bonheur le poulet et la gaufre. SDP consulter sur place  : Basquiat en bouquin, le magazine Fuck Young ou les 300 histoires pour être bien dans ses baskets. 23, rue Beaurepaire, 10e, M° Jacques Bonsergent. Du lundi au samedi de 12 h à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30. Tél.  : 09 87 54 80 30. Poulette de luxe chez Coq Rico C’est une institution du poulet à Paris. De la volaille, pardon. Perchée en haut de la rue Lepic, la table du chef Antoine Westermannn’a pas bougé d’un fil en sept ans. Bien pour l’hiver, le chalet blanc contemporain a de l’élégance, le service en noir et blanc aussi, on y croise toujours Claude Lelouch en voisin, et se mélangent ici les Parisiens, familles le 14 de ville week-end, quelques touristes et du couple bien assorti. Au choix, le comptoir face rôtisserie et sa brigade au travail, ou la salle à banquettes – espace privatisable –, plus douillette. Au menu, les plus belles poulettes de France. Amoureux de la volaille, connaissant tous les fermiers avec qui il travaille, le chef sélectionne la poulette star, élevée aux graines de luxe et dans les pâturages, et met à l’honneur tous les mois les plus belles races anciennes. En novembre, le coq Barbezieux, en décembre, la dinde rouge des Ardennes… victuailles à partager à plusieurs (compter entre 96 et 98 € à trois ou quatre). À la carte, le Coq Rico fait aussi plus léger, œuf au plat coquet en entrée, bouillon de volaille à la citronnelle, et son poulet « cou nu » des Landes, est à se damner. Et pour les anti, la raie rôtie est proposée. Un conseil  : poursuivre jusqu’au dessert, et partager l’île flottante aux amandes, la meilleure de tout Paris. 99, rue Lepic, 18e, M° Abbesses. Du lundi au dimanche de 12 h à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30. Tél.  : 01 42 59 82 89. Buns & burgers poulet chez Cot Cot Sweat, casquette et tablier à l’effigie du poulet mascotte de la maison, l’équipe de Cot Cot revoit le fast-food chicken à la sauce Brooklyn. Entendre, une cantine bien roulée, carrelée en façade, avec menu rétro-éclairé, six places pas plus et une déco graphique et boisée assurant bien pour le décor. Inspiré par les bonnes ondes de New York où il tient un autre restaurant, le patron Malik s’est entouré de Chloé Charles (ex-Septime) pour travailler les recettes.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :