A Nous Paris n°809 2 avr 2018
A Nous Paris n°809 2 avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°809 de 2 avr 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 18,5 Mo

  • Dans ce numéro : la mode s'expose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
\i\‘ ree Exposition www.quaibranly.fr 10/04/18 -15/07/18 ÉVÉNEMENT DIMANCHE EN FAMILLE Partagez un moment en famille en découvrant les arts et cultures d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques pendant les petites vacances scolaires ! Au programme pour petits et grands, dès 3 ans, des mini-visites, des contes et un éveil aux musiques du monde. En bonus, participez à une oeuvre collective et réinventez le musée ! Dimanche 22 avril 2018 de 14h à 18h En accès libre dans la limite des places disponibles (un billet d'accès aux collections est nécessaire pour les activités s'y déroulant) *MUSÉE DU QUAI BRANLY JACQUES CHIRAC EXPOSITION ENFERS ET FANTÔMES D'ASIE Plongée dans le monde des esprits, de l'épouvante et des créatures fantastiques, l'exposition Enfers et fantômes d'Asie s'empare des histoires de fantômes en Asie Orientale et du Sud-Est et de leurs adaptations contemporaines. Esprits errants de la forêt, femmes-chats vengeresses, revenants des enfers affamés (« walking dead ») , vampires sauteurs ou yokais (créatures fantastiques du folklore japonais), leurs apparitions sont multiples et se jouent des époques et des supports artistiques. Un parcours aux frontières du réel, où se croisent principalement le cinéma, l'art religieux, le théâtre, la création contemporaine, le manga ou le jeu vidéo. Du io avril au 15 juillet 201.8 RENCONTRES RETOURS DE GUYANE Le salon de lecture Jacques Kerchache vous invite à découvrir le carnaval guyanais, à écouter les histoires d'un ethnomusicologue et des contes dans le noir. Mercredi 4 avril, 17 h  : Jouer, danser, boire. Carnets d'ethnographies musicales Jeudi 12 avril, 18 h 30  : Les mutations de la société guyanaise Vendredi 13 avril, 19 h  : Contes guyanais (lecture dans le noir) Samedi 21 avril, 17h  : Histoire du carnaval de Cayenne : esthétique et subversion Salon de lecture Jacques Kerchache En accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles Programmation complète et réservations sur www.quaibranly.fr Retrouvez le musée sur In CONCERT VIRGiNIA RODRIÇUES Adoubée par Caetano Veloso, Virginia Rodrigues est une grande dame de la musique brésilienne. Chanteuse lyrique, sa rencontre avec le répertoire des grands compositeurs afro-descendants touche profondément par sa justesse et son authenticité Les guitares acoustiques, le violoncelle et les percussions subliment son talent de cantatrice, dans lequel s'affirme un profond attachement à ses racines africaines. Samedi 7 avril 2018, à 1.9h Théâtre Claude Lévi-Strauss
édito 03 A NOUS PARIS White Light/White Heat Que ceux qui se sont donné pour mission de guerroyer contre les traîtres qui n’hésitent pas à user à tout-va d’anglicismes sous le prétexte qu’ils sont parfois plus modernes ou plus appropriés que de très honnêtes mots bien français n’y voient pas une ultime provocation. La référence à un album (culte) du Velvet Underground s’impose juste de façon assez naturelle pour évoquer un créateur de mode (culte) dont le travail s’expose en ce moment à Paris, dans le cadre d’une saison qui lui est dédiée. Ainsi, en plus d’une rétrospective des collections qu’il conçut six années durant pour la maison Hermès montrée au musée des Arts décoratifs, c’est l’univers même de Martin Margiela, couturier anti-star dont le visage semble avoir été respectueusement gommé de tous les albums photo, que l’on peut découvrir jusqu’en juillet au Palais Galliera. Mystérieux donc, avant-gardiste évidemment, le personnage, qui a pensé Le grand couturier Jacques Fath chez Lui Maisons Laffitt, 1954. Photographie de Willy Rizzo à voir à l’expo Willy Rizzo, la mode pure de 1947 à nos jours (lire p.16). Willy Rizzo lui-même la manière de mettre en scène son travail, n’en offre pas moins ici une ineffable source de motivation et de joie. Pour les amateurs de brocante – épatés par ce qu’il a pu faire d’intemporel avec un vieux mannequin Stockman aux proportions inhabituelles chiné on ne sait plus où. Pour ceux qui se sentent l’âme créative aussi – épatés par des pulls magnifiques aux mailles lâches, tricotés avec des manches à balai, ou par des jupes classieuses retenues à la taille par des anneaux de rideaux. Quid du blanc, alors ? Simplement que la non-couleur est partout ici, depuis la grande baie vitrée de l’entrée du musée passée au blanc d’Espagne, jusqu’aux étiquettes vierges de ses vêtements, cousues dans leurs coins de quatre fils… blancs, en passant même par l’évocation des défilés du couturier où le vin rouge était servi dans des gobelets en plastique évidemment pas transparent. Parfois éclatante dans les lumières du parcours qui alternent avec des recoins sombres, parfois omniprésente dans la scénographie d’une chambre, son immaculée conception des choses qui se décline en une foultitude de nuances, magnifie en réalité tout ce que l’on voit ici. Et donne l’envie furieuse, une fois rentré chez soi, de ripoliner de façon aussi neutre que lumineuse, tout ce qu’on aura accumulé. De ransformer les choses et de se créer de ses petites mains, un environnement plus clair en tout cas.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux KarlLagerfeld, Hambourg, mai 1995. Photographie de Jean-Marie Périer, à voir à l’exposition Jean-Marie Périer, fashion Galaxy (lire p.16). Jean-Marie Périer @Galerie Photo 12



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :