A Nous Paris n°797 8 jan 2018
A Nous Paris n°797 8 jan 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°797 de 8 jan 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : vous avez demandé le 18 ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
*MUSÉE Ou QUAI BRANLY JACQUES CHIRAC LES FORÊ * TS NATALES 1%rts d'Afrique équatoriale atlantique Exposition www.quaibranly.fr 03/10/17.21/01/18 CONFÉRENCE LE PROCHAIN RENDEZ-VOUS DE L'UNIVERSITÉ POPULAIRE Les séances exceptionnelles des Grands Témoins invitent des acteurs du monde, artistes, savants et philosophes, à témoigner de leurs parcours singuliers, de leurs expériences hors du commun et de leur recherche intérieure. Patrick Boucheron Vendredi 26 janvier 2018, 18 h 30 Théâtre Claude Lévi-Strauss En accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles *MUSÉE DUQUAI BRANLY JACQUES CHIRAC EXPOSITION - DERNIERS JOURS « LES FORÊTS NATALES » Arts d'Afrique équatoriale atlantique JANVIER L'Afrique équatoriale atlantique a donné aux arts africains quelques-uns de ses plus exceptionnels chefs-d'oeuvre. De la puissance plastique des Fang à l'élégance naturaliste des Punu, c'est plus de 320 oeuvres de cette vaste région qui sont réunies pour la première fois dans l'exposition « LES FORÊTS NATALES ».Arts d'Afrique équatoriale atlantique au musée du quai Branly - Jacques Ch irac. Ce grand ensemble de chefs-d'oeuvre, couvrant la période du XVlle au début du XXe siècle, a vocation à démontrer les correspondances, mutations et particularités des formes et des arts de l'Afrique équatoriale atlantique, offrant ainsi un panorama de ses principaux styles artistiques, à la manière d'une histoire de l'art « classique ». Jusqu'au 21 janvier 2018 - Galerie Jardin ÉVÉNEMENT WEEK-END FASHION WEEK Quels rapports les différentes cultures entretiennent-elles avec la mode, les vêtements, les accessoires ? En marge de la Fashion VVeek, semaines de la mode célébrées à New York, Paris, Londres ou Milan, le musée du quai Branly -Jacques Chirac vous invite à explorer les textiles, vêtements et accessoires d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques présents dans les collections. Samedi 27 et dimanche 28 janvier 2018 En accès libre dans fa limite des places disponibles (un billet d'accès aux collections est nécessaire pour les activités s'y déroulant) CONCERT TRIO DA KALI inscrits dans une prestigieuse lignée de griots, les musiciens du Trio Da Kali, instrumentistes défricheurs, revisitent la musique mandingue avec une créativité saisissante. Balafoniste virtuose et improvisateur de génie, Lassana Diabaté n'a de cesse de repousser les limites de son instrument. Ses sublimes sonorités se mêlent au vibrato e Yourilemmene délicat de la chanteuse Hawa Diabaté et aux lignes de basse inventives du jeune joueur de n'goni Mamadou Kouyaté, fils du célèbre Bassekou Kouyaté. Une invitation à voyager hors des sentiers battus. Dimanche 21 janvier 2018 de 17 hoo à 18 h 30 Théâtre Claude Lévi-Strauss Programmation complète et réservations sur www.quaibranly.fr Retrouvez le musée sur n D
édito 03 A NOUS PARIS Et le 18, gagnant ? Et bang, voilà que c’est reparti de première. Une fois de plus, galvanisés par la perspective de changer d’année, on se rêvait tout neufs alors qu’au final, on se sent juste comme avant les vacances, mais en plus gros. Alors on se remet dans la file, pour un nouveau tour de grande roue, la vue imprenable et l’adrénaline en moins s’entend… Sauf que non, la résignation ne peut pas, et ne sera pas, semble-t-il, à l’ordre du jour de 2018. Tout un tas de petits indicateurs chopés çà et là le prouvent. Rien de foncièrement catégorique, non, mais comme de fugaces éclats de lumière qui nous tapent à l’œil pour nous envoyer des signaux salvateurs. Ici, un article du féminin Glamour, qui recense les témoignages de filles modernes, qui ont de plus en plus tendance désormais à se cogner des promotions que leur entreprise consent à leur accorder ; les déclinant poliment pour mieux profiter de la vraie vie, qui – forcément – est ailleurs. Là, une sorte de néomanifeste, entendu au vol sur France Inter, qui clame « Soyons des souillons », pour nous dédouaner de nos soi-disant obligations ménagères et nous enjoindre à sortir respirer l’air frais du dehors. Un chapitre entier, aussi, dédié au bonheur, dans le hors-série 2018 de The Economist (disponible en version française avec Courrier International), qui nous apprend que si la crise financière mondiale a fait le mal que l’on sait, elle a également permis l’émergence d’une discipline nouvelle, l’happynomie, vouée à mesurer très sérieusement notre joie. Sans parler de la fameuse couleur Pantone de l’année, étendard Ultra Violet cette fois, qui dit de l’époque qu’elle est propice à éveiller notre conscience et à élever notre vrai potentiel. Autant de petits aiguillons qui pourraient presque nous inciter, allez, à poser en permanence sur nos visages un franc sourire en prime bien déstabilisant, à oser faire les choix de vie qui nous tentent, et globalement, à arrêter de sans cesse nous auto-policer. Ainsi, à titre personnel, le moi de 2018, qui n’a plus rien à voir avec celui de la fin de 2017, pourra-t-il déjà regretter après avoir pris l’avion il y a quelques jours un rang derrière le grand Thierry Omeyer (honte à celui qui ne sait pas qui il est), d’avoir juste bondi quand la mère d’un gosse peu avenant lui aura demandé un autographe à l’attention de son fils fan de foot (sic), sans aucunement intervenir pour lui exprimer la vraie 1 2 admiration qu’il méritait. Ce type de manifestation de timidité malvenue n’ayant plus lieu d’être à l’orée d’une nouvelle ère où il pourrait bien être question de littéralement taper du pied, nous déciderons d’être fans sans honte, heureux autant que possible, et dédaigneux à l’égard de ceux qui tenteraient d’entraver notre joyeux épanouissement. De quoi, dès lors, envisager une bien belle année. Forza à tous donc et, dans la foulée, même sans son génial ex-gardien fraîchement retraité, à notre fabuleuse équipe de hand déjà méga titrée.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux 1Exposition Gauguin l’alchimiste au Grand Palais  : La Ronde des petites Bretonnes, 1888, de Paul Gauguin (1848-1903). Huile sur toile, 73 x 92,7 cm (voir p.20). National Gallery of Art, Washington 2Sandales Chie Mihara (voir p.9). Chie Mihara



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :