A Nous Paris n°771 24 avr 2017
A Nous Paris n°771 24 avr 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°771 de 24 avr 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : Einstein, héros de série.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
BON PLAN  : ABONNEZ-VOUS PLAN : ! LA MÉNAGERIE LA MÉNAGERIE LE ZOO DU JARDIN LE ZOO DES PLANTES DU JARDIN DES PLANTES 57, RUE CUVIER — PARIS 5 e 57, RUE CUVIER — PARIS 5 e ABONNEZ-VOUS ! M.N.H.N. - F.-G. Grandin M.N.H.N. - F.-G. Grandin
édito 03 A NOUS PARIS Entre deux chaises Ah, qu’il est difficile pour l’édidoteur du lundi qui, quand il écrit, ne sait encore f… rien de ce qui a bien pu se passer le dimanche d’avant. Sauf que parfois, il n’y a que ça (le dimanche) qui compte (le lundi) et qui nourrit les conversations de tout un chacun, qu’il soit soulagé ou franchement pas content – pour ne pas dire autre chose, qui en langage BD se traduirait par des ossements, pas mal d’éclairs et des fioles de poison. Ainsi en est-il des grosses compétitions sportives dont la France (ou son représentant) n’aurait pas été éliminée en première semaine. Ainsi en est-il a fortiori des élections qui visent à se trouver un nouveau président, ce qui en plus d’être un brin plus grave, n’advient que tous les cinq ans. Du coup, façon double peine, on se sent à la fois diminué par l’angoisse de l’incertitude et celle de ne rien avoir à dire pour compenser. Alors on sifflote, comme celui qui veut donner le change, alors qu’il se sent comme un gamin perdu dans un hypermarché, ou qui n’a plus personne pour jouer avec lui, et que tout ça lui donne juste envie de pleurer. C’est que si le temps est beau, les temps sont gris, aussi. Paris s’est encore vu attaqué par le flanc de sa plus belle avenue, et une fois de plus, il a fallu dégainer tous ses hashtags et ses dessins et ses messages pour dire que, malgré la folie, tout irait bien. Alors, comme ce bon vieil Einstein devenu iconique à la faveur d’une photo où, tout savant qu’il était, il aura décidé de rester rock face à ceux qui lui en demandaient forcément trop, on se dit finalement que ce pourrait être le bon moment pour dégainer sa propre grimace signature. Et de profiter de tout ce qu’on peut dénombrer de propositions réjouissantes, en gardant en tête l’une des fameuses maximes du théoricien de la relativité, qui déclara entre autres qu’il ne pensait jamais au futur, parce qu’il venait bien assez tôt. On n’anticipera donc ni la joie, ni la peine qui suffit à chaque jour, ni le désespérant « trop tard » dont il est faux de croire qu’il n’est jamais, ni même les solutions qui existent à tous les problèmes. Quand les choses auront dévoilé leur tournure, on avisera.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux Spectacle Le Syndrome Ian, de Christian Rizzo, à voir au Théâtre national de Chaillot, jusqu’au 28 avril. Marc Coudrais



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :