A Nous Paris n°762 20 fév 2017
A Nous Paris n°762 20 fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°762 de 20 fév 2017

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : tendances déco-design, paysages intérieurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
*MUSÉE DU QUAI BRANLY JACQUES CHIRAC L'AFRIQUE DES ROUTES Exposition www.quaibranly.fr 31/01/17 - 1 2/11rI7 *Tm CONFÉRENCES LES PROCHAINS RENDEZ- VOUS DE L'UNIVERSITÉ POPULAIRE Parcours de personnalités, histoires et questions philosophiques universelles, l'Université populaire du quai Branly continue d'interroger les rapports entre les cultures et les questions d'universalité. Le rap, par Karim Hammou, sociologue chargé de recherche au CNRS. Mercredi 22 février 2017, 181130 Goût et dégoût, par Catherine Clément, philosophe et écrivain et Tobie Nathan, psychologue et écrivain. Mercredi r mars 2017, 18 h 30 Théâtre Claude Lévi-Strauss En accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles. *MUSÉE DU QUAI BRANLY JACQUES CHIRAC EXPOSITION L'AFRIQUE DES ROUTES L'exposition présente un panorama d'un continent au carrefour des mondes, à contre-courant des idées reçues. *MUSÉE DU QUAI BRANLY JACQUES CHIRAC qETHNOLOIE* VA VOUS SURPRENDRE ! Nu% jeu, 5 prr,r, eXplert,ie geCie Gemion.l.ns.leodre Ys. grarnorruallwamle FÉVRIER Du cinquième millénaire avant notre ère à nos jours, ['exposition évoque les routes fluviales, terrestres ou maritimes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux et des oeuvres. De l'art rupestre du Sahara aux porcelaines chinoises de Madagascar, des cultes et rituels candomblé d'Amérique du sud aux oeuvres contemporaines métissées du Nigérian Yinka Shonibare, c'est le portrait d'un continent au coeur de l'histoire globale qui est ici dressé. Jusqu'au 12 novembre 2017 BEFORE AFRIQUE Profitez également d'un Before original et décalé mêlant performances, visites, projections, initiations et DJ sets pour vous plonger dans les univers artistiques des créateurs africains contemporains ! Vendredi 3 mars uni, de 19 h à minuit En accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles ÉVÉNEMENT WEEK-END L'ETHNOLOÇIE VA VOUS SURPRENDRE ! Deux jours pour explorer le XXIe siècle Depuis 2013, le musée du quai Branly -Jacques Chirac met à l'honneur jeunes ethnologues et chercheurs de renom lors d'un week-end gratuit entièrement consacré à l'ethnologie. De nombreux ateliers, rencontres, conférences, concerts, projections de films et spectacles pour tout public, sont proposés afin de présenter cette discipline scientifique contemporaine sous une autre facette. En exclusivité cette année, découvrez la création théâtrale Les Âmes offensées de Macha Makekff Samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 En accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles CONCERT TIGAN.6. SANTANA 11,H 12 rors 3017 Né à Salvador de Bahia, le chanteur et guitariste Tiganâ Santana porte avec poésie et profondeur la vision d'un Brésil ancré dans ses racines africaines. Premier compositeur brésilien à utiliser plusieurs langues africaines dans ses chansons, il fait converger avec subtilité les traditions musicales d'Afrique de l'Ouest et de sa terre natale. Dimanche 26 février 2017 à 17 h - Théâtre Claude Lévi-Strauss Les concerts sont accessibles sur présentation d'un billet du musée, valable le jour même Programmation complète et réservations sur www.quaibranly.fr Retrouvez le musée sur You 0:41
édito 03 A NOUS PARIS Mon quartier m'a quittée À Paris, depuis toujours, tu habitais rive droite. C'était comme ça, il n'aurait même pas été envisageable qu'il en soit autrement. Quand était venu enfin le moment de choisir par toi-même, tu n'avais pas traversé la Seine – pour quoi faire... Contre l'avis de tes amis qui trouvaient que ça craignait un brin, tu t'étais installée dans un quartier carrément populaire, surtout, évidemment, parce que c'était moins cher qu'ailleurs. Et puis très vite, tu avais vraiment aimé faire partie de l'agitation qui régnait là-bas, ce mélange de gens et de lieux différents, ce côté aussi parigot que cosmopolite. Boire ton café du matin dans un vrai bar qui n'avait rien d'un salon de thé, acheter tout un tas de trucs introuvables à moins de beaucoup voyager. Et puis, un jour, une jolie boutique avait ouvert pas loin de chez toi, un mignon magasin de déco, tenu par une fille qui en avait eu marre de bosser dans la com. Tu appréciais l'endroit, tu y shoppais des petits meubles 50's, des bougeoirs en bois façon 1 2 scandinave, des photophores et des carnets à élastiques de bon goût dont tu n'avais pas besoin. Le lieu n'avait rien d'exceptionnel, en fait, mais il était sympa, et pas loin de chez toi. Un peu après, tu avais bien aimé aussi, un comptoir à bières qui ne proposait que des bières venues de micro-brasseries, une boulangerie aux airs rétro, un glacier avec des néons roses, un resto à la devanture noire. S'était installée, encore, une supérette bio, à la place de la vieille quincaillerie, qui était pourtant quand même bien pratique, plus vitale en cas de problème, qu'un fournisseur de quinoa. Et puis il y avait eu des bars à vin, beaucoup de bars à vins, des brocantes qui vendaient des cadres presque anciens très cher ; tout ça jusque dans les recoins les moins passants du quartier. Le fleuriste d'en face avait changé de main, sa devanture avait été repeinte en taupe. Dans ton immeuble et dans ta rue, les gens se ressemblaient de plus en plus, ils te ressemblaient aussi. Ton proprio disait que tu étais là depuis longtemps, que ton loyer n'était pas assez élevé et qu'il déplorait de ne pouvoir l'augmenter. Tes amis t'enviaient de vivre où tu vivais. Ekoué et Hamé de La Rumeur filmaient Les Derniers Parisiens et le Pigalle qu'ils aimaient depuis toujours, et qu'ils aimaient encore pour tout ce qu'ils y avaient connu. Mais les choses n'étaient plus complètement pareilles non plus. « Le quartier a changé en cher », disait Ekoué.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux 1Le Sommier de Bernard Rancillac, 1998. Acrylique sur toile, châlit, outils, 175 x 125 cm, coll. de l’artiste, Paris Bernard Rancillac, Adagp, Paris, 2017 2Une Passion dans le désert de Gilles Aillaud, Eduardo Arroyo, Antonio Recalcati, 1964, Paris, coll. part. Gilles Aillaud, Eduardo Arroyo, Antonio Recalcati - Adagp, Paris, 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :