A Nous Paris n°754 19 déc 2016
A Nous Paris n°754 19 déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°754 de 19 déc 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (222 x 285) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : aérienne, moderne, inédite, une fin d'année qui change.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
CULOTTÉES LE I GUERRIÈRE APACHE OU SIRÈNE HOLLYWOODIENNE, GYNÉCOLOGUE OU IMPÉRATRICE, LES CULOTTÉES ONT FAIT VOLER EN ÉCLAT LES PRÉJUGÉS. QUINZE PORTRAITS DE FEMMES QUI ONT INVENTÉ LEUR DESTIN. LE NOUVEAU LIVRE DE PÉNÉLOPE BAGIEU GALLI MAR D BANDE DESSINÉE
édito 03 A NOUS PARIS Le dernier épisode de la saison À chaque fois c’est pareil, et à chaque fois on oublie. Et on s’étonne encore de cet étrange mélange de fatigue et d’excitation qui fait de nous des pantins a priori bons pour la casse, capables de miracles d’organisation. De ce mélange de joie festive, mais aussi de tristesse – ou est-ce de la mélancolie ? – inexplicable, au vu de tous les petits signes qui annoncent Noël. Car est-il franchement raisonnable d’avoir la larme à l’œil en voyant quelqu’un sortir de chez le fleuriste du coin, sapin sur l’épaule, et en le regardant s’éloigner, auréolé des petits fils plastique du filet de protection de l’arbre, qui filent derrière lui comme des cheveux d’ange ou des fanions ? Et de l’imaginer, un instant, se faire aborder par l’une des petites filles à l’air méchant de l’illustratrice finlandaise Katja Tukiainen, qui demande pourtant quand même, comme ça, au cas où  : « Si je te suivais chez toi, est-ce que tu me garderais ? » Avant de se voir leur emboîter le pas pour découvrir aussi quelle merveilleuse fête se cache peut-être là-bas… Un truc comme dans les téléfilms, juste parfait, ou finalement quelque chose comme chez nous, sûrement un peu bancal, avec des cadeaux pas franchement réussis, des paquets qui jurent avec la déco, du « J’ai plus faim pour la bûche » et des photos sur lesquelles on pose parce qu’il le faut bien. Tout un tas d’ingrédients que notre mémoire agglomérera sûrement un jour comme un vrai beau moment, dans quelque temps, mais pas encore, et sûrement pas avant d’avoir trouvé la meilleure des façons de dire au revoir à une année de plus. Décompte final  : bise à toi que j’aime plus que tout, à toi que j’aime beaucoup, à toi que j’aime un peu et à toi que je ne connais pas. 2017  : mal aux cheveux, j’avais dit qu’on ne m’y reprendrait plus. Nouvelle année, et alors ? La perspective de tous les possibles. On le croit à chaque fois ? Disons que si les fêtes à venir auront été au final les plus belles de toutes celles qu’on stocke dans nos souvenirs, c’est qu’on aura enfin célébré comme il le fallait les derniers jours de notre ancienne vie.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux Entre les rangs, installation à voir à Cergy (p. 8)L. Defrocourt/CACP Norm, un ours polaire très attachant et un film d’animation à voir absolument (p. 22) La Belle Company



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :