A Nous Paris n°716 18 jan 2016
A Nous Paris n°716 18 jan 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°716 de 18 jan 2016

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (235 x 285) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : let's dance !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
UN SPECTACLE IMMANQUABLE LE PARISCOPE GÉRARD DROUOT PRODUCTIONS PRÉSENTE, EN ASSOCIATION AVEC STOMP PRODUCTIONS ET GLYNIS HENDERSON 26 JANVIER DU 7 FEVRIER 2016 AU CASINO DE PARIS WWW.SPECTACLE-GDP.COM/STOMP INFOS & RÉSERVATIONS SUR GDP.FR 0892 392 192 (0,34 € /MIN) - CASINODEPARIS.FR - LOCATIONS  : FNAC - CARREFOUR - MAGASINS U - FNAC.COM ET SUR VOTRE MOBILE VIA L’APPLICATION LA BILLETTERIE - POINTS DE VENTE HABITUELS/GDP/GDP 2016 GDP - LICENCE III N°1062985 - PHOTO  : OLEG MICHEYEV & STEVE MCNICHOLAS - CONCEPTION  : HUGO.30CCR.COM - IMPRIMEUR  : RL COM
édito 03 18/01/16 A NOUS Oh no love ! You’re not alone Cela fait maintenant déjà une semaine qu’on se demande comment on peut se sentir orphelin de quelqu’un que l’on n’avait même jamais rencontré. De David Bowie, on connaissait la musique, et bien sûr, la musique ne nous sera jamais enlevée. On connaissait aussi ses avatars comme ses styles divers, et puis sa créativité en matière capillaire. Pourtant, tous ces visages n’existaient déjà plus que dans les heures d’archives qu’on nous rediffuse partout aujourd’hui et qui ne servent qu’à alimenter nos regrets. Depuis des années, celui qui alliait ainsi exhibitionnisme et mystère, s’était en prime effacé de la vie médiatique jusqu’à faire courir les rumeurs les plus pessimistes à son sujet. A tort évidemment, puisqu’il se rappelait à nous de temps en temps. A Londres, dans la gigantesque cohue qui accompagnait l’inauguration de l’exposition « David Bowie is », certains juraient même l’avoir aperçu au détour d’une allée, observateur incognito d’une foule 1 2 qui l’observait lui, à tous les âges de sa vie. Et puis il y a quelques jours, l’icône muée en Black Star nous avait même gratifiés d’un nouvel album. Pourtant conscients du côté crépusculaire de l’affaire, nous n’avions alors, de façon légère et bien inconsidérée, pensé qu’à louer son génie. Aujourd’hui à l’aune de sa disparition, c’est un étrange sentiment de culpabilité qui nous envahit. Comme si un ami avait voulu nous parler, et qu’on n’avait pas su l’écouter. En revoyant les images du sombre « Lazarus » pourtant, on se demande bien comment il était possible de ne rien voir, jusqu’aux dernières images où le chanteur, diaphane, part se ranger, comme un souvenir, dans une armoire. Bien sûr, si l’on avait compris la fin annoncée, il n’y aurait rien eu à faire, et pourtant, demeure l’impression irréaliste qu’on aurait pu le retenir. Parce qu’on nous a beaucoup trop dit qu’il n’était jamais trop tard. Parce que Bowie nous a accompagnés à toutes les étapes de notre vie, qu’on regardera toujours avec nostalgie, sans pouvoir non plus les faire revivre. Nous n’avons pas fait cette semaine de numéro spécial. Tout semble avoir déjà été dit. Jeudi dernier, à l’Olympia, quand les Shoes ont joué leur « Time to dance », le « Let’s dance » du roi David s’y est immiscé, provoquant un gigantesque élan jubilatoire. Alors, ensemble, nous lui avons rendu le meilleur des hommages et nous avons dansé.Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux 1 David Bowie, Jean-Michel Tixier. Jean-Michel Tixier/Talkie Walkie 2 Paris Face Cachée, Seth. Seth



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :