A Nous Paris n°706 2 nov 2015
A Nous Paris n°706 2 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°706 de 2 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : A Nous Paris SAS

  • Format : (235 x 285) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 11,4 Mo

  • Dans ce numéro : le phénomène drolatique, Jean Rochefort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Exposition Picasso au Louvre et au musée Delacroix Dans le cadre de l’anniversaire du musée national Picasso, le musée du Louvre et le musée Delacroix proposent leurs cimaises à l’artiste catalan. Le musée du Louvre expose quatre œuvres du maître dans le circuit des Peintures françaises de l’aile Sully. Le Louvre est un lieu fondamental pour la compréhension de l’œuvre de Picasso. Ce dernier le visite pour la première fois en 1900 lors de son premier voyage à Paris, pour l’Exposition universelle. L’exposition de l’Olympia de Manet, attribuée au Louvre en 1907, participe au déclenchement du processus créatif qui mènera aux Demoiselles d’Avignon. Jusqu’en mars 2016/15 € /Gratuit pour les moins de 26 ans À cette même occasion, le musée Delacroix invite Pablo Picasso dans l’appartement de Delacroix. L’intérêt du peintre pour le grand artiste romantique a porté, très tôt, la création de Picasso. Il trouve une expression singulière et renouvelée au cours des années 1950 autour d’une des grandes œuvres de Delacroix, Les Femmes d’Alger dans leur appartement. Liant la collection du musée Delacroix avec des œuvres dessinées et lithographiées de Picasso, cet accrochage exceptionnel rend hommage aux deux grands artistes phares de la création picturale moderne. Jusqu’au 25 janvier 2016/7 € /Gratuit pour les moins de 26 ans louvre.fr/expositions On aime Conférence Jacques Attali Musique filmée/Clip & Clap Instruments, reliques et fétiches Du Stradivarius au Steinway en passant par les Fender, passage en revue de la relation liant les musiciens à leurs instruments. Vendredi 20 novembre à 20 h 30/de 5 € (moins de 26 ans) à 10 € /Gratuit pour les Amis du Louvre jeunes louvre.fr/musiques Retrouvez l'intégralité Pour un accès privilégié au musée, du programme sur www.louvre.fr adhérez sur www.amisdulouvre.fr f en novembre. Jacques Attali a conçu une conférence performée inédite autour de son essai Une brève histoire de l’avenir. Tirant des leçons du passé, il nous donne à voir ce à quoi pourrait ressembler le monde de demain. Accompagnée sur scène par le musicien Yaron Herman, sa parole est activée par la projection d’images d’origines multiples – archives, animation, cinéma, jeux vidéo –, afi n de créer un dialogue nous invitant à un voyage dans le temps, là où bien souvent, fiction et réalité se confondent. Samedi 7 novembre à 20 h/de 5 € (moins de 26 ans) à 10 € louvre.fr/spectacles Nocturnes du vendredi Les jeunes ont la parole Des étudiants de tous horizons, vous font découvrir le musée et ses œuvres, de façon surprenante dans une atmosphère conviviale. Les 27 novembre, 4 et 11 décembre de 19 h à 21 h/15 € /Gratuit pour les moins de 26 ans louvre.fr/de-30-ans Vir/l'OUED La vie du Louvre en direct Photographies  : RMN-GP (musée Picasso de Paris)/R.-G. Ojéda Succession Picasso 2015 ; 20th Century Fox/DreamWorks/DR ; DR ; Musée du Louvre/A. Mongodin Graphisme  : F. Lissarrague/Musée du Louvre
édito 03 02/11/15 A NOUS Sage comme une image A la façon d’un Varham Muratyan (auteur du best-seller graphique Paris vs. New York), Orith Kolodny, ancienne sprinteuse israélienne devenue créatrice de logos et illustratrice de livres pour enfants sort le 4 novembre un adorable petit livre intitulé Past & Present (Hélium éditions). Minimaliste au possible, celui-ci, comme son nom l’indique, met face à face à un rythme métronomique, des choses d’hier et ce qui aujourd’hui, les a supplantées ou même remplacées. A une table de réunion s’oppose une visioconférence, à un panier à provisions un chariot plein comme un œuf, à jeu de cubes, un Minecraft, à de gros dossiers, un simple nuage… L’objectif – réussi – de l’auteur est ainsi, passée la phase de nostalgie inhérente à l’exercice, de nous interroger sur nos changements de mode de vie à la faveur « des objets qui, modelés par nous, nous modèlent à leur tour ». Dans son énumération bien sûr, même si elle ne prend pas toute la place, la technologie est omniprésente, répondant implacablement aux pellicules, cabines téléphoniques et piles de journaux. De quoi entrer en résonnance avec le Salon de la Photo dont le coup d’envoi sera donné ce jeudi et qui en préambule de sa nouvelle édition vient de livrer une étude* sur notre façon d’appréhender l’image. Car au résultat, sans surprise aucune, le temps où la photographie était réservée aux moments exceptionnels, aux voyages et aux célébrations est bien loin. Pour une large majorité des personnes interrogées bien sûr, toute occasion est bonne pour un cliché, au point même que 65% d’entre elles aimeraient pouvoir immortaliser ainsi tous les moments de leur vie. D’où une conclusion qui résonne de façon étrange  : « Chacun est de plus en plus amené à envisager sa vie comme une suite d’instantanés. » Une gigantesque et prévisible victoire de la forme sur le fond dans un monde où les photos se retouchent (pour la moitié des utilisateurs) et se partagent aussi vite qu’elles s’oublient ? Tout aussi bizarrement, pas vraiment. Parce qu’une autre donnée mérite de ne pas être négligée  : quel que soit leur âge, les personnes interrogées apprécient de pouvoir imprimer leurs œuvres. Mieux encore, on constate un engouement étonnant (près de 60% des pratiquants) pour la conception d’albums photo. Cet objet du passé, autrefois preuve irréfutable des erreurs capillaires et autres faux-pas vestimentaires qu’on voulait oublier serait donc vraiment de retour. De nouveau prêt à égayer les réunions de famille désœuvrées… A l’arrière du livre d’Orith Kolodny, une petite phrase toute seule, un peu narquoise, se pose comme un défi  : « Tout change… Ou rien n’a changé ? » * SOMIPS/Sociovision Carine Chenaux Rédactrice en chef @CarineChenaux Vue d’ensemble de l’exposition « Gri Gri » de Pascale Marthine Tayou. courtesy galerie VNH



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :