20 Minutes France n°3472ES4 24 oct 2019
20 Minutes France n°3472ES4 24 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3472ES4 de 24 oct 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : TER, un train de retard...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité Environnement Fléaux des Antilles, les sargasses peuvent devenir une richesse une fois transformées Dans la commune d’Anse-Bertrand, située dans le nord de la Grande-Terre en Guadeloupe, la baie de Porte d’Enfer, autrefois très prisée par les touristes, est désormais envahie par les sargasses. Ces algues brunes nauséabondes, dont le premier échouage massif date de 2011 aux Antilles, s’amoncellent sur les rivages, salissent plages et ports, bloquent parfois l’accès des bateaux… Surtout, elles dégagent un gaz toxique, l’hydrogène sulfuré, et de l’ammoniac, et contiennent des métaux lourds comme l’arsenic et le cadmium. L’île accueille depuis mercredi une conférence internationale consacrée à ce fléau. Car le phénomène s’est étendu au-delà de la Caraïbe, à l’Amérique latine mais aussi en Afrique. Des délégations venues du Mexique, du Brésil ou encore du Guatemala feront part de leur expérience. « D’où viennent les sargasses ? Comment les ramasser dans les 48 heures sans dégrader nos plages ? Comment les valoriser et en faire une industrie pérenne ? Nous attendons des réponses claires », détaille à 20 Minutes le député guadeloupéen LREM Olivier Serva. En marge de la conférence qui réunit scientifiques et gouvernants – dont le Premier ministre Edouard Philippe – se tient le salon Sarg’Expo avec une quarantaine d’entreprises de la Caraïbe, des Etats-Unis et d’Europe. Du papier biodégradable La plupart des projets à l’étude concernent l’élimination des déchets. « Ce qui est fait actuellement c’est du cocompostage, c’est-à-dire un ajout d’une faible proportion de sargasses dans un mélange préexistant avec d’autres déchets végétaux ou animaux », explique Nina Cudennec, ingénieure à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie de Guadeloupe. En Martinique, Holdex Environnement a élaboré du terreau en utilisant des sargasses comme additif. Basée à Saint- Malo, la compagnie Algopack est venue s’approvisionner en Guadeloupe pour sa fabrication de plastique biosourcé à partir d’algues. A Sainte-Lucie, Algas Organics transforme les algues 2 Jeudi 24 octobre 2019 Face aux algues, on a de la ressource Sélène Agapé/20 Minutes le rivage de Grand-Bourg, en Guadeloupe, noirci par les sargasses. Le Midi retrouve son traditionnel soleil Le soleil arrivera progressivement par le golfe du Lion, marquant la fin des intempéries dans le sud de la France. Au nord, quelques averses orageuses balaieront l’Ouest alors que plus à l’est, le temps sera majoritairement sec et doux. en engrais. Au Mexique, on rivalise d’idées avec la conception de briques de construction ou de chaussures. Installé à Saint-Barthélemy depuis sept ans, le Breton Pierre-Antoine Guibout a développé une « pâte à sargasses » exclusivement composée d’algues, destinée à être utilisée en tant que papier et emballage biodégradable. « On peut imprimer dessus » et le rendu « est souple et solide », indique le fondateur de Sargasses Project. Mais il reste le problème des métaux lourds. Pierre- Antoine Guibout s’est rapproché d’un laboratoire en Bretagne pour en mesurer le taux dans ses échantillons. Le coût très élevé du transport des sargasses est une autre difficulté. « Je pense que la clé c’est le séchage des algues », expose Nina Cudennec. De son côté, Pierre-Antoine Guibout espère mettre au point un biomatériau composé plus largement d’algues et pas spécifiquement de sargasses. Sélène Agapé La météo en France Du figatellu « corse » au porc d’ailleurs Consommation « Ah non madame, on n’a pas de figatellu, ce n’est pas la saison ! » Le jour se lève sur le petit marché de Leccia, en Corse-du-Sud. Micheline Mascrier finit d’installer son stand. Voilà des années qu’avec son mari, cette Corse vend sa charcuterie, dont le figatellu, qu’elle fait elle-même à partir de leur élevage de cochons. En ce mercredi matin, aucun morceau de la célèbre saucisse de foie sur son stand. Pourtant, dans le supermarché tout proche, en cette fin d’octobre, le même figatellu trône en tête de gondole. Sur les menus des restaurants de la côte, le figatellu se décline à toutes les sauces, été comme hiver. Alors, pourquoi, Micheline ? « Les producteurs comme nous, on tue notre cochon en hiver et on fait notre figatellu qui dure jusqu’en avril à peu près, Des échouages irréguliers Plus d’un million de sargasses se sont échouées entre 2015 et 2017 dans les Antilles françaises, selon Sylvie Gustave Dit Duflo, la viceprésidente de la région Guadeloupe. « En 2016, il y a eu en revanche très peu d’échouages de sargasses », raconte Nina Cudennec. « On s’est alors rendu compte qu’un modèle économique basé uniquement sur les sargasses était très précaire », ajoute l’ingénieure de l’Ademe. explique-t-elle. Mais eux, ils achètent chez des grossistes de la viande importée du continent ou d’ailleurs, pour répondre à la demande, toute l’année. Et après, ils indiquent que c’est un produit transformé en Corse. » Selon des déclarations de la répression des fraudes de Haute-Corse à Corse- Matin, en 2011, seules 1000 tonnes de charcuterie estampillées « Corse » sur les 11 000 produites chaque année sont authentiques. Des producteurs artisanaux se sont regroupés en un syndicat, pour obtenir une appellation d’origine contrôlée sur chacun des produits phares de la charcuterie corse. Mais décrocher une AOC autour du figatellu reste complexe  : il est en effet le fruit d’un mélange de différents types de cochons. De notre envoyée spéciale en Corse, Mathilde Ceilles
ActuAlité Des perturbations sur la voie de la concurrence TER La Cour des comptes pointe un manque de préparation avant l’ouverture à la concurrence, en 2023 Une semaine après l’accident d’un TER (train express régional) dans les Ardennes, qui provoquait une réaction massive de cheminots à la SNCF, décidant d’exercer leur droit de retrait, la Cour des comptes s’est aussi montrée très critique sur les TER. Pas sur les questions de sécurité, mais sur le sujet épineux de l’ouverture à la concurrence. A partir de décembre, les régions pourront décider de lancer des appels d’offre pour l’exploitation des lignes TER. La SNCF pourrait alors se retrouver face à des concurrents comme la Renfe (Espagne), alors qu’elle était jusqu’à présent en situation de monopole. A partir de décembre 2023, les appels d’offre deviendront obligatoires. Des données manquantes Les conseils régionaux et la SNCF sont supposés anticiper ce changement afin d’être prêts. Mais, pour la Cour des comptes, cette préparation est « insuffisante ». Les Sages estiment que la SNCF ne transmet pas toutes les données nécessaires aux régions afin que celles-ci puissent bien préparer les futurs appels d’offre. Pour se justifier, l’entreprise invoque le secret des affaires, mais la Cour des comptes rappelle que cette disposition ne peut pas être invoquée dans le cadre de l’ouverture à la concurrence. la secrétaire d’Etat chargée du Handicap, Sophie cluzel. F. Scheiber/20 MinutesL. Marin/AFP Dès décembre, l’exploitation des tER pourra faire l’objet d’appels d’offre. Les Sages de la rue Cambon n’épargnent pas non plus les régions. « La plupart ont peu pris conscience des enjeux de l’ouverture à la concurrence et des moyens à mettre en œuvre pour réussir les futurs appels d’offre », sanctionne le rapport. La Cour des comptes leur conseille de recruter « davantage de profils d’expertise technique, juridique et financière ». Conclusion des Sages  : si les conseils régionaux souhaitent une vraie ouverture à la concurrence en 2023, il faut s’y préparer dès maintenant. Mais il y a une petite subtilité qui n’a pas échappé à la SNCF  : les conventions Un congé indemnisé pour les aidants Santé Entre 8 et 11 millions de Français seraient concernés. Les aidants, qui prennent soin d’un proche handicapé, malade ou âgé, doivent parfois mettre entre parenthèses leur carrière. Mercredi, le Premier ministre, Edouard Philippe, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et la secrétaire d’Etat chargée du Handicap, Sophie Cluzel, ont dévoilé la stratégie pour les aidants 2020-2022, avec la création d’un congé indemnisé. Ce congé proche aidant, mis en place dès octobre 2020, devra durer au maximum trois mois sur une carrière. Il sera fractionnable et sera pris en compte de façon automatique au titre des droits signées avant 2023 continueront de s’appliquer après cette date, au maximum jusqu’en 2033. L’opérateur ferroviaire historique est donc en pleine opération séduction auprès des régions afin de sécuriser le plus de lignes avant la date fatidique et de s’assurer que les TER restent dans son giron le plus longtemps possible. « Pour cela, l’opérateur national a fait quelques concessions », remarque la Cour des comptes, sur les engagements de qualité de service ou les pénalités encourues. Signe que la SNCF a senti le vent du boulet que représente la concurrence. Nicolas Raffin à la retraite. Par ailleurs, les aidants qui bénéficient de ce congé ne se verront plus amputer des droits au chômage. Et le salarié pourra demander ce congé dès son arrivée dans l’entreprise. Avec l’accord de l’employeur, ce congé pourra être transformé en période d’activité à temps partiel. Le gouvernement s’engage à remettre au Parlement, au plus tard le 1er janvier 2022, un bilan sur le recours au congé indemnisé, afin de voir si ce dispositif répond aux besoins des aidants et s’il faut proposer des adaptations. « Un suivi est indispensable », selon Florence Leduc, présidente de l’Association française des aidants. Oihana Gabriel 3 Jeudi 24 octobre 2019 Les pays de l’UE d’accord sur une date de report Brexit Les 27 membres de l’Union européenne (UE) se sont mis d’accord pour un report du Brexit au-delà du 31 octobre. Mais « la durée du report est toujours en discussion », a précisé mercredi soir une source européenne, à l’issue d’une réunion des ambassadeurs à Bruxelles. Mardi, le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait recommandé aux dirigeants de l’UE d’accepter un nouveau report pour permettre aux députés britanniques d’examiner l’accord de retrait conclu par Boris Johnson. De son côté, le gouvernement britannique avait suspendu l’examen de l’accord du Brexit après le rejet par les députés du calendrier d’approbation voulu par Boris Johnson. LE CHIFFRE 896 000 soutiens au référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’Aéroports de Paris avaient été enregistrés mercredi, sur les 4 717 396 nécessaires. L’Assemblée nationale valide la reconduction de la prime Macron. La reconduction de la prime exceptionnelle, dite « prime Macron », décidée à la suite du mouvement des « gilets jaunes », que les entreprises pourront verser aux salariés, a été validée par l’Assemblée nationale, mercredi. Le Pen reconnaît le passé violent de l’ex-candidat RN à Strasbourg. Thibault Gond-Manteaux, le candidat investi par le Rassemblement national jeudi dernier en vue des municipales à Strasbourg, qui a jeté l’éponge le lendemain, avait « caché » au parti des condamnations pour violences racistes, a reconnu Marine Le Pen, mercredi. Le conseiller SandroGozi démissionne de Matignon. L’ancien secrétaire d’Etat italien devenu conseiller d’Edouard Philippe, SandroGozi, a annoncé mercredi sa démission, après avoir été soupçonné d’avoir travaillé avec le gouvernement maltais tout en étant à Matignon.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :