20 Minutes France n°3453ES 17 sep 2019
20 Minutes France n°3453ES 17 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3453ES de 17 sep 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : un système à la rue.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité La peine n’allège pas les soutiens Affaire Balkany Les Levalloisiens font fi, dans l’ensemble, de la condamnation de leur maire Pour la peine, une table a été déménagée dans le hall. Et des affichettes ont été judicieusement posées. « Les Levalloisiens apportent leur soutien à leur maire, Patrick Balkany », peut-on y lire, comme si la ville de l’Ouest parisien ne comptait aucune voix dissonante. Trois jours après le jugement du tribunal correctionnel de Paris, les habitants de Levallois-Perret (Hauts-de- Seine) continuent à venir signer le livre d’or ouvert à l’hôtel de ville en hommage à Patrick Balkany, condamné à quatre ans de prison ferme et à dix ans d’inéligibilité pour « fraude fiscale » – il est, depuis, incarcéré à la prison de la Santé (Paris, 14 e). « Je vote pour lui ! » Depuis vendredi, une cinquantaine de pages ont déjà été noircies  : « Soutien à 1000%. » « Libérez notre maire ! » « Tenez bon… » « Chapeau l’artiste ! » Pascale, 62 ans, a même dû faire la queue, lundi matin, avant de pouvoir signer un message similaire. « On ne comprend pas, s’indigne-t-elle. Il y a des violeurs qui courent les rues et notre maire, lui, est en prison alors qu’il n’a pas détourné d’argent public. De toute façon, s’il se représente, je ne me pose même pas la question  : je vote pour lui ! » Sauf que la question se pose. « Empêché », Patrick V. Vantighem/20 Minutes ##JEV#145-83-https://bit.ly/2kjiGyt##JEV# un livre d’or en soutien à Patrick Balkany a été installé dans le hall de l’hôtel de ville de levallois-Perret. Balkany a cédé sa place, depuis le jugement, à sa première adjointe, qui n’est autre que son épouse, Isabelle (lire l’encadré). Et personne ne sait vraiment de quoi demain sera fait, un autre jugement pour blanchiment et corruption étant attendu le 18 octobre. « D’ici là, aucun élu ne vous parlera ! », aboie un porte-parole de la mairie. Mais l’envie de défendre Patrick Balkany est trop forte. « Tous les services fonctionnent parfaitement. C’est ça, la réussite de Levallois ! » lâche Giovanni Buono, conseiller municipal chargé du développement économique depuis vingt ans. « [Les Balkany] ont amené Petite laine dans le Nord, marcel dans le Sud Une tendance orageuse se développe des Pyrénées aux Alpes, où il fait très chaud. Au nord de la Seine, le vent de nord-est provoque une baisse des températures, mais dissipe aussi la couverture nuageuse matinale. la sécurité, la joie de vivre et la sécurité aussi », abonde Eliane, 69 ans. De quoi faire bondir Arnaud de Courson, le chef de file de l’opposition (divers droite)  : « Continuer à envisager la gestion de la ville par les Balkany alors qu’ils ont été condamnés à de la prison ferme est juste indécent. On verra d’ailleurs cela le 15 mars. » La date des municipales est en effet déjà dans toutes les têtes. Une réunion de la majorité sur le sujet était prévue de longue date, mais l’ordre du jour en sera bouleversé par le changement de situation de l’édile, qui a remporté les scrutins 2008 et 2014 au premier tour. Vincent Vantighem 2 Mardi 17 septembre 2019 L’intérim est légal Première adjointe de Patrick Balkany, Isabelle, son épouse, a repris les rênes de la mairie. Une situation légale, rendue possible par le Code général des collectivités territoriales (« en cas d’absence, de suspension, de révocation ou de tout autre empêchement », le maire est remplacé par son premier adjoint) et par le fait qu’Isabelle Balkany a fait appel de sa condamnation à dix ans d’inéligibilité. La météo en France Le secteur libéral ne veut pas trinquer Retraites Dans le concert de sifflets, un slogan se détache  : « Macron, si tu savais, ta réforme où on s’la met ! » A Paris, lundi, des infirmiers, des avocats ou encore des professionnels du transport aérien ont uni leurs voix pour protester contre la réforme des retraites, qui prévoit de fusionner les 42 régimes existants en un seul, ce qui devrait entraîner une hausse des cotisations pour les professions libérales. Dans le cortège des manifestants venus en nombre (ils étaient 20 000, selon les organisateurs, 10 500, selon la police), beaucoup de trentenaires, qui, pour certains, défilaient pour la première fois. C’était le cas de Jessica, avocate libérale. « Aujourd’hui, je cotise à 14% et je suis assurée d’obtenir 1 400 € de retraite après quarante-deux ans de cotisation. La réforme prévoit de passer mon taux de cotisation à 28%, s’insurge la jeune femme. Nous sommes une génération à qui on demande beaucoup. Je touche 2 100 € net par mois, mais, rapporté à mes horaires, je suis en dessous du smic. » Melvina, en blouse blanche, craint que la réforme la pousse à mettre la clé sous la porte  : « Les gens pensent que nous sommes bien payés, mais la moitié de notre chiffre d’affaires est distribuée dans les différents organismes sociaux. Si la réforme passe telle quelle, je sais que je fermerai mon cabinet et, donc, que je laisserai beaucoup de patients sur le côté. » Elsa, orthophoniste, est persuadée quant à elle qu’il y aura « d’autres actions ». « Il y a des solutions pour chacune des professions », a assuré le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, qui doit recevoir ce mardi les représentants des bâtonniers et des barreaux. Charles-Edouard Ama Koffi
ActuAlité Les inégalités à l’index Salaires L’outil qui permet d’évaluer la situation professionnelle des femmes dans les entreprises rencontre des résistances A travail égal, salaire égal. Bien qu’inscrit dans le Code du travail depuis plus de quarante ans, ce principe est loin d’être bien appliqué dans les entreprises  : les femmes gagnent globalement un salaire inférieur à celui des hommes, y compris à âge et poste égaux. Alors, pour que les entreprises respectent la loi, le gouvernement a conçu un index qui permet dans chacune d’entre elles d’évaluer la situation professionnelle des femmes. Après les entreprises de plus de 1000 salariés, c’était au tour des entreprises de plus de 250 salariés de publier leur propre indice, le 1er septembre – la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, doit en présenter un bilan ce mardi. « L’index n’est pas très « méchant » », concède Sophie Pochic, sociologue du travail et directrice de recherche au CNRS. Il est en effet le résultat d’un Inquiétude en France sur les prix à la pompe Géopolitique Le contexte est très volatil, mais… la flambée des cours du pétrole – la plus forte en cours de séance depuis 1991 – à la suite de l’attaque par des drones d’installations saoudiennes samedi risque de se traduire par une hausse rapide des prix à la pompe. Elle pourrait « atteindre 4 ou 5 centimes », a déclaré lundi Francis Duseux, président de l’Union française des industries pétrolières. Le sujet est sensible, car ce sont les prix des carburants routiers, qui ont déjà augmenté la semaine dernière, selon des chiffres du ministère de la Transition écologique, qui avaient déclenché à l’automne 2018 le mouvement des « gilets jaunes ». Francis Duseux se veut toutefois rassurant  : la France est à l’abri d’une rupture d’approvisionnement, car le pays dispose de « trois mois de stocks de réserve ». Lundi, les rebelles houthis, qui ont revendiqué les frappes de samedi, ont menacé de lancer de nouvelles attaques contre des objectifs en Arabie saoudite, pays qui intervient dans la guerre au Yémen contre la rébellion. M. Elshamy/AP/Sipa « consensus » entre le ministère et les organisations patronales et syndicales. Par exemple, les montants des augmentations individuelles accordées aux femmes ne sont pas comparés à ceux des primes accordées aux hommes. Et le critère qui consiste à vérifier que les femmes ont été augmentées à leur retour de congé maternité est une obligation légale depuis 2006. Mais les entreprises respecteront-elles les règles ? Transparence et pression « Le 1er mars, seules 60% des grandes entreprises avaient publié leurs résultats à temps, rappelle Sophie Pochic. C’est bien le signe qu’il y a une réticence des entreprises à être transparentes sur le sujet. » C’est pourquoi le gouvernement mise aussi sur la pression de l’opinion publique. « Avec l’index, l’égalité professionnelle devient un sujet ##JEV#91-257-https://bit.ly/2kA02mJ##JEV# Pixabay (illustration) les entreprises ne respectant pas la loi pourront être pénalisées. dont s’emparent les directions, les syndicats et les salariés », souligne Karine Armani, directrice associée du cabinet Equilibres, spécialisé dans les politiques d’égalité professionnelle. D’autant plus que les entreprises qui ne publieront pas leur index, qui ne mettront pas en œuvre de plan de correction pour en améliorer les résultats et qui ne réduiront pas leurs écarts salariaux dans un délai de trois ans risqueront une pénalité allant jusqu’à 1% de leur masse salariale. Mais progresser sur l’égalité professionnelle suppose de réels efforts. « Cela oblige l’entreprise à regarder ses actes de gestion, à réfléchir aux retours de congé maternité, à savoir combien Un séisme au premier tour, et après ? Tunisie Lundi, au lendemain du premier tour de la présidentielle en Tunisie, deux candidats « antisystème » assuraient être qualifiés pour le second tour. Pourtant, Nabil Karoui, homme d’affaires emprisonné pour des soupçons de blanchiment et fraude fiscale, et Kais Saied, universitaire indépendant, ne sont « pas si « antisystème » que ça, mais le produit d’une transition qui a marginalisé la question du politique », analyse Amel Boubekeur, chercheuse en sociologie à l’Ecole des Deux « antisystèmes » sont sortis du lot  : Nabil Karoui (à g.) et Kais Saied. hautes études en sciences sociales (EHESS). Pour Kmar Bendana, professeure émérite d’histoire à l’université de La Manouba et chercheuse associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), « l’immense dispersion des candidats [au nombre de 24] » mais aussi la notoriété des deux hommes ont incité les électeurs à voter pour eux, au détriment d’un projet politique fort. Nabil Karoui a été acteur de la victoire de l’ex-président Béji Caïd Essebsi, « qui s’est construit une image de bienfaiteur » et de défenseur des plus démunis, tout au long de sa campagne de proximité. Quant à Kais Saied, son expertise en droit constitutionnel a été beaucoup sollicitée lors de l’écriture de la Constitution. Mais « aucun des deux n’a de véritable projet politique », souligne Kmar Bendana. Elle voit dans le choix de ces candidats l’expression d’« un sentiment de révolte » de la part de certains Tunisiens, notamment les déçus du Printemps arabe, qui dénoncent un scrutin truqué ou qui attendent simplement d’être pris en considération par le gouvernement. « Cette élection est un signal fort pour qu’on se secoue », juge Kmar Bendana. Sélène Agapé 3 Mardi 17 septembre 2019 d’enveloppes de rattrapage salarial ont été budgétées et effectivement dépensées », indique Sophie Pochic. « L’index est un bon thermomètre, qui permet de comprendre les points essentiels sur les causes des inégalités professionnelles. Mais cela ne veut pas dire que les entreprises qui ont un bon score n’ont plus rien à faire », avertit Karine Armani. Et d’espérer qu’à terme, « les quotas soient élargis aux comités exécutifs et aux comités de direction, qui sont le cœur du réacteur ». Et que les inspecteurs du travail puissent faire respecter la loi, ajoute Sophie Pochic, pour qui ils sont trop peu nombreux. Catherine Abou El Khair Prison ferme requise contre les ex-gérants du Cuba Libre. Quatre ans de prison ferme ont été requis à l’encontre de Nacer et Amirouche Boutrif, jugés pour l’homicide involontaire de 14 personnes, mortes dans l’incendie de leur bar, le Cuba Libre, à Rouen, en 2016. Le jugement sera rendu le 22 octobre. Le Drian visé par des plaintes de familles de djihadistes français. Nouveau recours de familles de femmes et d’enfants de djihadistes français retenus dans des camps kurdes en Syrie et dont le rapatriement est demandé. Des plaintes contre le ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, pour omission de porter secours, ont été déposées cet été. LE CHIFFRE 250 emplois doivent être créés à Brest grâce à la construction des fondations d’une partie des éoliennes du futur parc en baie de Saint-Brieuc. Navantia (fabricant)

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :