20 Minutes France n°3309 28 jun 2018
20 Minutes France n°3309 28 jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3309 de 28 jun 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : l'Europe se fait désirer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Grand Paris Paris veut mettre l’accent sur l’accessibilité Info « 20 Minutes » La Ville va dresser lundi un premier bilan de sa politique sur le handicap C’est ce que l’on appelle un point d’étape. Lundi, à l’occasion du Conseil de Paris, l’exécutif parisien fera un premier bilan de sa stratégie « Handicap, inclusion et accessibilité universelle », votée en mars 2017 et qui court jusqu’à 2021. Son enjeu  : « D’une part, rendre la ville accessible à tous les types de handicaps, sans contrainte liée à la mobilité ou aux infrastructures, indique la Mairie de Paris. Et, d’autre part, atteindre l’objectif « zéro Parisien sans solution d’accompagnement ». » Alors, à quoi s’attendre ? V Site ressource. Dès lundi, le nouveau site handicap.paris.fr sera opérationnel. Il constitue « le nouvel outil essentiel d’information et d’accès aux Valinco/Sipa Sept pour cent de Parisiens sont en situation de handicap. droits et aux services » des 7% de Parisiens en situation de handicap, dévoile Nicolas Nordman, adjoint à la maire de Paris, chargé de toutes les questions relatives à la question. V Logements accessibles. En matière d’accès aux logements adaptés, « j’ai demandé aux bailleurs sociaux de Paris de maintenir l’obligation de mise en accessibilité de 100% des logements neufs qu’ils produisent », indique la maire de Paris, Anne Hidalgo. V Transports pour tous. En mars 2017, au moment du vote de la stratégie « Handicap, inclusion et accessibilité universelle », le groupe UDI Modem avait demandé à la Ville qu’elle soutienne le renforcement de l’accessibilité dans les transports (une compétence de la région Ile-de- France). Comment ? En généralisant notamment les annonces sonores et les indicateurs visuels, en développant les applications mobiles et en accélérant le déploiement d’escaliers mécaniques entre les quais et la surface. Mais, depuis ? « Nous allons remettre la discussion sur la table », assure Nicolas Nordman. « C’est un sujet complexe tant d’un point de vue technique que budgétaire », poursuit-il en promettant une « vraie dynamique autour des Jeux olympiques 2024 ». Romain Lescurieux clun minutes CU minute) f https://www.20minutes.fr/paris CANAPÉS, LITERIE, MOBILIER  : 3000 M 2 D’ENVIES ! 2 Jeudi 28 juin 2018 rFq @20minutesparis @20minutesparis Rendez-vous en bas des articles de la rubrique Paris vingt.minutes avec vous Tous les jours, suivez l’actualité de votre région et participez ! fb.com/20MinutesParis in fr.linkedin.com/company/20-minutes www.pinterest.fr/20minutes TOUTE LA MAISON EN SOLDES ! Du 27/06 au 07/08/18 Paris 12 e 7j/7 M° Pte de Vincennes ou Nation Canapés-lits  : 54 cours de Vincennes, 01 40 21 87 53 Literie  : 56-60 cours de Vincennes, 01 43 41 80 93 Paris 15 e 7j/7 M° Javel/Boucicaut, P.gratuit Canapés  : 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40 Literie  : 66 rue de la Convention, 01 40 59 02 10 Armoires lits  : 60 rue de la Convention, 01 45 71 59 49 Dressing Celio  : 143 rue St-Charles, 01 45 79 95 15 Steiner et Leolux  : 145 rue St-Charles, 01 45 75 02 81 Mobilier contemporain  : 147 rue St-Charles, 01 45 75 02 81 www.topper.fr
Grand Paris Le proxénétisme des « cités » change de dimension Société Les réseaux peu structurés exploitant de très jeunes filles se professionnalisent Créteil en avril, Pontoise en mai et Paris cette semaine. Les procès qui illustrent l’émergence d’un proxénétisme d’un nouveau genre, surnommé des « cités » ou des « banlieues », se multiplient. Depuis lundi, 12 hommes soupçonnés d’avoir favorisé la prostitution de 14 jeunes filles, dont huit mineures, sont jugés devant le tribunal. Les premières portes palières de la 4 sont installées à Mouton-Duvernet. F. Dufour/AFP (illustration) A. Bakoura/20 Minutes Le nombre d’affaires répertoriées a quadruplé en trois ans. Petits frais, gains rapides En matière de criminalité, l’adage selon lequel la nature a horreur du vide se confirme souvent. « Dans la plupart des cités, les marchés de la drogue sont déjà établis, les autres formes de criminalité, comme les braquages, demandent une logistique et ne sont pas à la portée de tous », explique Jean-Marc Droguet, chef de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH). L’exploitation sexuelle ne nécessite ni investissement de départ – quelques chambres d’hôtel et des annonces – ni compétence spécifique. « Il y a une forme d’opportunisme, le retour sur investissement est extrêmement rapide. » Ainsi, mardi, l’un des prévenus estimait à 7 000 € le chiffre d’affaires pour une semaine avec quatre filles. Depuis trois ans, l’OCRTEH a vu le nombre de dossiers de ce type multiplié par quatre  : 21 en 2015, 48 en 2016, 84 l’an passé. Pendant quelques années, ces structures très mouvantes – filles comme souteneurs changent souvent – et peu structurées sont passées sous les radars. L’argent n’est quasiment jamais réinvesti et souvent dépensé en vêtements, biens de luxe ou drogue. « On commence à voir apparaître une certaine professionnalisation, note néanmoins Jean- Marc Droguet. Parfois, un membre du réseau joue les standardistes et prend les rendez-vous, un autre est chargé des annonces. » En 2017, sur les 193 victimes recensées par l’OCRTEH, plus de la moitié étaient mineures. Pourtant, rares sont celles à se porter parties civiles. « Il y a une banalisation de la prostitution, qu’elles préfèrent d’ailleurs appeler « escorting », analyse Arthur Melon, l’un des responsables d’Agir contre la prostitution des enfants (ACPE). Elles ne se reconnaissent pas comme victimes. » A l’instar de Sarah*, l’une des jeunes filles exploitées par le réseau actuellement jugé à Paris. « Je fais ce que je veux de mon corps », a-t-elle expliqué lors de son audition, avant de parler d’une « mode ». Une glamourisation de la prostitution surnomée « l’effet Zahia ». Ou comment une jeune femme a lancé sa propre marque en se prostituant. Pourtant, le discours des victimes est ambivalent. Ainsi, Sarah a déclaré être sous les ordres de son souteneur. « Elles ont un manque de repères tel que même la notion de consentement est floue », déplore Arthur Melon. Caroline Politi * Le prénom a été changé. La 4 aux portes de l’automatisation Métro Attention à la double fermeture des portes. Ce signal, les usagers de la ligne 4 l’entendront en 2022, lorsque cet axe, le deuxième le plus emprunté derrière la ligne 1 avec 700 000 voyageurs par jour, sera entièrement automatisé. En attendant, la RATP procède à l’installation des portes palières – un chantier qui a démarré en juin à la station Mouton- Duvernet. Hautes de 2,5 met longues de 5m, les portes palières sont ces façades vitrées qui visent à « mieux sécuriser les quais et garantir une qualité de service aux voyageurs », souligne Edgar Sée. Le chef de projet à la régie des transports parisiens s’appuie pour convaincre sur l’exemple de la ligne 1, où « 100% du trafic en heure de pointe a pu être assuré après l’automatisation, contre 92% avant ». La seule différence est que le dispositif de la ligne 4 (1 062 portes au tortal) sera doté d’une seule motorisation pour les deux portes, afin de faciliter la maintenance. Effectués de nuit, de sorte à gêner le moins possible les voyageurs, les travaux devraient avoisiner les 650 millions d’euros, avance Egdar Sée. Enfin, pour ce qui est des rames automatiques, elles ne devraient être mises en service qu’à partir de 2020. Atika Bakoura Fin confirmée des loyers encadrés 3 Jeudi 28 juin 2018 Justice La cour administrative d’appel de Paris a confirmé mardi la décision de justice, rendue fin 2017, qui annulait l’encadrement des loyers alors en vigueur dans la capitale. « Les requêtes », déposées par l’Etat ainsi qu’une association et demandant l’annulation du jugement, ont ainsi été « rejetées ». Prévu dans une trentaine d’agglomérations par la loi Alur portée par Cécile Duflot lorsqu’elle était ministre du Logement au début du quinquennat Hollande, l’encadrement des loyers n’a été appliqué qu’à Paris, à partir de 2015, et Lille, en 2017. « Ça ne change pas grand-chose, la loi Elan nous permet d’appliquer l’encadrement des loyers à la seule échelle de la commune », a déclaré Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris, chargé du logement, en promettant de rétablir le dispositif à l’automne par ce moyen. La loi Elan, portée par le gouvernement actuel, prévoit de laisser aux collectivités une plus grande marge de manœuvre sur le sujet que la loi Alur, leur donnant de fait le choix d’y recourir ou non.nnCu secondes Des passages piétons permanents aux couleurs LGBT. La maire de Paris Anne Hidalgo a indiqué mercredi que les passages piétons aux couleurs multicolores LGBT allaient perdurer à Paris. Une annonce faite un jour après que l’on a découvert que ces installations, mises en place dans le cadre de la Marche des fiertés parisiennes, samedi, avaient été dégradées et recouvertes de tags homophobes. « Coffee shops » perquisitionnés et trois arrestations. Deux « coffee shops » parisiens vendant un dérivé légal du cannabis ont été perquisitionnés mercredi par la brigade des stupéfiants afin de vérifier s’ils respectent la législation. Trois personnes ont aussi été placées en garde à vue. Les établissements vendant des produits à base de de cannabidiol (CBD) se multiplient en France. Ils profitent d’un flou juridique qui autorise le CBD dès lors que la teneur en THC, composant du cannabis qui a un effet psychotrope, n’excède pas 0,2%.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :