20 Minutes France n°3114ES 14 mar 2017
20 Minutes France n°3114ES 14 mar 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3114ES de 14 mar 2017

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : cinéma, du sang neuf.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Actualité Vincent Vantighem Petite bedaine, lunettes de vue et douleurs lombaires. Difficile de croire que l’homme qui a pris place, ce lundi, dans le box de la cour d’assises spéciale de Paris a été un jour « l’ennemi public n o 1 ». C’était en 1974. Il aura fallu une procédure laborieuse avant que le terroriste Carlos ne se retrouve accusé d’avoir jeté une grenade qui a fait deux morts et 34 blessés dans le drugstore Publicis de Saint-Germaindes-Prés. « Vous étiez inconnu des services en tant que Carlos », a rappelé François Sottet, le président de la cour. Mais déjà biberonné à la révolution bolivarienne par des parents vénézuéliens qui lui ont donné le prénom officiel d’Ilich, gardant Lénine et Vladimir pour ses petits frères. ##JEV#145-102-http://www.20minutes.fr/tv/afp-actus/269797-a##JEV# Ce lundi, la fondatrice de la Maison de la prévention et de la famille – présentée comme l’un des premiers centres de déradicalisation en France –, a répondu aux questions de la 12 e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Falsification de RIB pour toucher les subventions destinées à l’association, non-rémunération des salariés… « Je ne sais pas gérer, je n’ai jamais su », confie Sonia Imloul. Celle-ci vivait à l’époque du RSA et « d’autres sources de revenus » – un vraisemblable travail pour les services de renseignement, même si rien n’a été confirmé. Reste une grande interrogation  : pourquoi l’Etat ne s’est pas constitué Mardi 14 mars 2017 TERRORISME Le procès de l’attentat du drugstore de Saint-Germain-des-Prés s’est ouvert Et c’est parti pour le show de Carlos LA MÉTÉO EN FRANCE B. Peyrucq/AFP Le « révolutionnaire professionnel », Ilich Ramírez Sánchez, de son vrai nom, ne doute de rien, et ne regrette rien. « J’aime trop les gens » Ilich Ramírez Sánchez, donc, pour l’état civil. Age ? « 17 ans, plus ou moins 50 ans. » Profession ? « Révolutionnaire professionnel depuis l’adolescence. » Mémoire intacte et aucun remords. « Je suis fier de mon passé, de mon présent et sans doute de mon futur », indique-t-il. Car, dans la famille Ramírez Sánchez, on vit jusqu’à 90 ans. « Je vais retourner au Venezuela et continuer la lutte », prévoit-il. C’est oublier un peu vite qu’il est déjà condamné deux fois à la réclusion criminelle à perpétuité et qu’il risque, dans ce procès, la même peine. Le fond de l’affaire commencera à être abordé ce mardi. Mais, convoquant tour à tour Jacques Chirac, Saddam Hussein, la CIA et les « organisations sionistes », celui qui porte aussi le sobriquet de « Chacal » a donné le ton Le soleil arrive juste après le brouillard Alors que la grisaille s’impose toute la journée près de la Manche, elle laisse généralement place aux éclaircies partout ailleurs, en particulier dans le Sud et l’Est. Il fait toujours aussi doux, excepté le long du littoral de la Manche, où le ressenti est plus frais. de sa défense. Ses avocats peuvent manger des bonbons pendant les débats (sic), il assure le spectacle. Amusé, le président de la cour a aussi tenté de faire le point sur les liaisons qu’il a entretenues. La tâche est ardue mais il aura retenu que son petit-fils qui le visite en prison est aussi « blond » que lui petit. De quoi lui donner des regrets de ne pas le voir grandir ? Pas vraiment. Ah si, un seul  : « J’aime trop les gens. Je regrette de ne pas avoir tué certaines personnes à cause de mon grand cœur. » Les débats doivent se poursuivre jusqu’à la fin du mois. Le verdict est attendu le 31 mars. W DÉTOURNEMENT DE FONDS Quatre mois pour une chantre de la déradicalisation partie civile, lui qui est censé être le premier lésé de ce détournement de fonds publics ? D’autant qu’à cause de cette absence, de nombreuses questions restent en suspens. « Le détournement est démontré, l’intention, c’est autre chose », a asséné le procureur, présentant Sonia Imloul comme « une mythomane ». Le tribunal a condamné cette dernière à quatre mois de prison avec sursis mais l’a dispensée de payer une amende à l’Etat pour « réserver ces paiements aux parties civiles ». Un jugement qui laisse penser qu’il n’a pas ignoré la légèreté – voire l’inconséquence – de l’Etat dans la gestion de ce dossier. W Caroline Politi
Mardi 14 mars 2017 Présidentielle 3 POLÉMIQUE Le dircom des Républicains rappelle qu’il n’est pas l’auteur de la caricature de Macron De Cala ne veut pas être le fusible A Marseille, Clément Carpentier C’est un homme à la voix calme et posée, mais visiblement touché, qui s’exprime à l’autre bout du fil. Touché par la violente polémique qui s’abat sur lui depuis la publication, le 10 mars, d’une image caricaturale d’Emmanuel Macron sur le compte Twitter Les Républicains. S’il ne fuit pas ses responsabilités en tant que directeur de la communication du parti, Lionel Moisy de Cala préfère tout de suite mettre les choses au clair  : « Je ne suis pas l’auteur de cette caricature ! » Responsable, pas coupable Le conseiller municipal d’Allauch, près de Marseille (Bouches-du-Rhône), se veut transparent  : « L’auteur est un caricaturiste [Xavier Duhayon] qui travaille avec le parti depuis plus de vingt ans et on ne peut pas le soupçonner de quoi que ce soit. » Contacté par 20 Minutes, Xavier Duhayon ne souhaite pas PROGRAMME François Fillon apporte ses retouches Malgré sa convocation, mercredi, chez les juges d’instruction et les révélations du JDD sur ses costumes de luxe, François Fillon veut revenir sur le terrain politique. Lundi, le candidat LR à la présidentielle a distillé quelques retouches programmatiques. Il a notamment réitéré son engagement de former un gouvernement paritaire de 15 ministres qui seront congédiés s’ils n’atteignent pas les « objectifs » qui leur seront assignés. Celui qui est empêtré dans les soupçons d’emplois fictifs de son épouse et de deux de ses enfants a également promis un « code de bonne conduite » pour prévenir les conflits d’intérêts au gouvernement et la publication « obligatoire » des liens de parenté entre les parlementaires et leurs collaborateurs. Des annonces qui ont fair réagir ses concurrents. Le porteparole d’En marche ! a par exemple dénoncé « un programme pour les Français qui ont déjà réussi » et qui fera « payer la purge aux classes moyennes » et « populaires ». W pour l’instant s’exprimer publiquement. En tout cas, à 33 ans, Lionel Moisy de Cala, lui, « assume », car il « est le chef ». Derrière cet homme qui « vit très mal la situation », selon l’un de ses amis, il y a beaucoup de colère  : « Je ne supporte pas qu’on puisse m’accuser une seule seconde de la moindre intention antisémite. Cela m’est insupportable. » L’ex-élève de Sciences-Po Aix, attaché parlementaire chargé de la communication de députés entre 2012 et 2016, rappelle qu’il a « toujours été très impliqué auprès de la communauté juive ». Alors que le mouvement En marche ! a annoncé porter plainte lundi matin, Lionel Moisy de Cala « souhaite être entendu le plus vite possible ». Il sera reçu par le personnel administratif du parti et sa faute sera jugée par le Code du travail. François Fillon a d’ores et déjà demandé des sanctions en interne. Dans l’entourage de ce dernier, « beaucoup sont choqués et trouvent ça lamentable. Il va y avoir un recadrage. » Certains affirment que le candidat de la droite à la présidentielle n’était pas au courant, car les deux cellules de communication (celle du candidat et celle du parti) ne travaillent pas ensemble. D’autres laissent entendre qu’il faut trouver un coupable. Qu’en pense Lionel Moisy de Cala ? « Joker ! » répond celui dont les jours semblent comptés, à À VOS SOUHAITS « Aider l’entrepreneuriat » Riches, pauvres, chômeurs, jeunes, retraités, zadistes... A l’approche de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai, 20 Minutes est allé à la rencontre de Français de tous les âges, de tous les métiers et dans tout le pays, afin de prendre le pouls de la nation. Quelle première mesure devrait être prise par le nouveau président de la République ? Nous avons posé cette question à Nicolas Devaux. Voici sa réponse. « C’est prétentieux de ma part de conseiller une mesure au président, mais je lui recommanderais d’aider l’entrepreneuriat à tout prix pour faciliter l’embauche. C’est l’entrepreneur qui crée la richesse, il faut lui offrir toutes les possibilités de s’épanouir et d’embaucher. C’est l’entrepreneur qui Nicolas Devaux 38 ans Marcq-en-Barœul (Nord) Kinésithérapeute Witt G. Durand/20 Minutes Lionel Moisy de Cala souhaite « être entendu le plus vite possible ». va faire baisser le chômage et personne d’autre. Je pense que les questions sociétales, aussi intéressantes soient-elles, nous paraîtront secondaires lorsque notre pays aura retrouvé un équilibre économique qui passe par le plein-emploi. » W Propos recueillis par Gilles Durand, à Lille « C’est l’entrepreneur qui crée la richesse », insiste Nicolas Devaux. seulement un peu plus de deux mois après sa nomination à la direction de la communication. Il lui reste toutefois une carte à jouer  : celle de Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains. Les deux hommes sont très proches depuis quelques années. Ce qui fait dire à l’entourage de François Fillon que l’ex-président de l’Assemblée nationale ne « veut pas le sortir » et peut « sauver sa tête »... W 20 secondes RALLIEMENT Le petit-fils de Jacques Chirac choisit Macron A 20 ans, il a clairement choisi son camp. Martin Rey-Chirac, petit-fils de l’ex-président de la République, votera pour Emmanuel Macron à la présidentielle, a révélé, lundi, L’Opinion. Il serait adhérent du mouvement En marche ! depuis près d’un an, ajoute le journal. PATRIMOINE Une demande de vérification pour Macron L’association Anticor a annoncé lundi avoir saisi la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour lui demander « de vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère » de la déclaration de patrimoine du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :