[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°4 nov-déc 06/jan 2007
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°4 nov-déc 06/jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de nov-déc 06/jan 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (209 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : des Rhônalpins agissent en citoyens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 RhôneAlpes Hiver 2006-2007 Portrait Après avoir assisté à une réunion publique à Valence, où il entendit parler pour la première fois de démocratie participative, puis à divers ateliers thématiques, Pascal Caradec a témoigné, avec 21 citoyens volontaires, lors des assises régionales de la démocratie participative en septembre à Charbonnières. Sur les 1650 propositions avancées, 101 ont été reprises par les élus. Pascal Caradec a obtenu l’engagement de Jean- Jack Queyranne de l’ouverture d’un portail citoyen régional en 2007. Depuis, les 22 citoyens gardent le contact par mail. Pascal Caradec a aussi créé un blog pour faire circuler les informations entre les différents Contrats territoriaux emploi formation (CTEF). Ce blog, rédigé à plusieurs mains, relève davantage pour l’instant d’un site d’informations destiné à défricher le maquis des sigles de l’emploi et de la formation. Membre du CTEF de la Drôme des collines, il déplore la difficulté de faire entendre la voix des Rmistes et des chômeurs, pas seulement dans cette instance, mais aussi sur les blogs des hommes et des partis politiques qu’il fréquente assidûment. Lui qui a vécu trois mois en 2005, avec seulement 8,53 € mensuels, sait de quoi il parle. « Quand on est chômeur, qu’on va à l’ANPE ou à l’ASSEDIC et qu’on demande des renseignements, on a souvent l’impression de ne pas « Je pense que les politiques ne peuvent pas se passer de la démocratie participative [...]. Ce n’est pas un pouvoir. C’est un outil complémentaire de la démocratie représentative, pour aider les élus à prendre la décision judicieuse. » Routier du réseau Pascal Caradec, fils de marin breton, a eu le coup de foudre pour la Drôme. Agriculteur bio, il a récemment découvert la démocratie participative, à laquelle il consacre pas mal de son temps. Notamment sur Internet. Pascal Caradec a toujours été concerné par son environnement. Quand il a découvert, lors d’un stage, la nocivité des engrais et des produits de traitement pour les cultures, il s’est promis de ne plus jamais utiliser de telles substances. Tout naturellement, il s’est tourné vers l’agriculture biologique. Cette conversion a coïncidé avec son « installation » dans la Drôme. Ce Breton, issu d’une famille de marins, a eu le coup de foudre pour cette région qu’il a découverte quand les pêchers étaient en fleurs. Une installation « toute relative ». En échange de conseils et de coups de main pour leur production d’endives, des paysans lui ont donné du terrain à Peyrins. Mais Pascal n’a jamais pu officialiser son exploitation de 0,5 hectare de framboisiers, parce que sa surface, trop petite, n’entrait pas dans les critères réglementaires. « Je ne suis pas maître de mon destin, constate-t-il. Je suis salarié une partie de l’année par un groupement agricole à exploitation en commun (GAEC). En étant bio, on est des travailleurs pauvres. Le seul avantage est que je n’ai pas de patron et que j’ai l’impression de faire quelque chose de sain pour la société. » En novembre, à la fin de la saison des framboises, il pense se reconvertir dans les techniques de construction écologique avec des professionnels du bâtiment. « J’ai rencontré beaucoup de gens comme moi qui ne peuvent pas s’installer. » Pour essayer de changer le règlement, Pascal Caradec s’est adressé en 2005 à la Région. « Le seul moyen,pour l’instant,de contacter le Conseil régional est d’envoyer une lettre à un vice-président. Mais ce courrier reste souvent confidentiel. » Afin de le rendre public, il suggère que la Région fasse évoluer son site Internet et intègre un « espace citoyen » interactif. Lyon Crépol Valence Grenoble 1964 Naissance à Brest (Finistère) 1986 Déménagement dans la Drôme 1992 Installation sur 0,5 ha de légumes, puis de framboises 1997 et 2003 Naissance de ses deux enfants être écouté. » Il ne s’appesantit pas malgré tout sur sa situation. « Ce n’est pas Cosette », dit-il, préférant évoquer la joie d’élever ses enfants dans le cadre « magique » de Crépol, son village drômois. « Je pense que les politiques ne peuvent pas se passer de la démocratie participative,à condition de bien s’entendre sur ce mot,poursuit le citoyen drômois. Ce n’est pas un pouvoir. C’est un outil complémentaire de la démocratie représentative, pour aider les élus à prendre la décision judicieuse. » L’idée, un peu utopique, est de faire en sorte « que tout le monde puisse s’exprimer. C’est une démarche ouverte qui doit permettre à un élu de ne pas entendre uniquement les avis de son camp ». « Avec la démocratie participative,on peut réconcilier les citoyens avec la politique. C’est un outil d’une richesse incroyable », s’enthousiasme Pascal Caradec, qui parle avec envie du modèle estonien, plus audacieux que les expériences françaises. Pour renforcer ces réseaux citoyens, il consacre un bon nombre de ses soirées et de ses journées à tisser des liens sur la toile. Et en dehors également. L’engagement n’est en effet pas ennemie de la convivialité. « On se fait souvent des bouffes ensemble », savoure celui qui aimerait bien mettre son grain de sel de bloggeur libre dans le festival de la création sur Internet, qui aura lieu les 1 er, 2 et 3 février prochains à Romans-sur-Isère… Vincent Charbonnier ➜ En savoir plus : Blog http://democratie-participative.over-blog.com/
L’engagement citoyen 11 000 RHÔNALPINS ONT DIT « OUI » À LA RÉGION POUR EXPÉRIMENTER LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE ENVIE DE PARTICIPER ? Chaque Rhônalpin peut participer aux initiatives régionales. Contact : direction des relations aux citoyens. Tél. : 04 72 59 51 21 ou democratie@rhonealpes.fr RhôneAlpes Hiver 2006-2007 250 élus locaux, fonctionnaires, représentants d’associations composent le réseau régional de démocratie participative. Ils débattent sur les expériences des membres volontaires. 3 INITIATIVE : DES PARENTS SE REGROUPENT DANS LES QUARTIERS Les femmes libèrent la parole des cités « Nous aussi,nous avons un cahier de doléances que l’on va remettre aux parlementaires. » Réunis sur le quai du TGV à Lyon, les membres du collectif « Paroles de femmes » sont décidés : ces femmes vont participer à la marche organisée à Paris par l’association « ACLeFeu », le 25 octobre. Deux pères de famille les accompagnent, pour affirmer leur place de « re-pères », et transmettre les doléances des jeunes sur la politique, l’école et la société. Depuis 1995, plusieurs groupes de femmes des quartiers de Rhône-Alpes sont réunis dans ce collectif devenu association en 2005. Colloques, débats, marches… elles sont sur tous les fronts. « Nous sommes des militantes. Mes enfants sont fiers de moi ! », affirme Tassiat. À ses côtés, Thony ajoute : « Notre objectif,c’est aussi de faire réfléchir,de montrer que nous ne sommes pas des parents démissionnaires parce que nos enfants décrochent à l’école. On nous « démissionne » un peu vite. » Un sujet que le collectif a choisi de creuser avec le sociologue Daniel Thin, dans le cadre de son nouveau projet, lancé avec d’autres associations françaises : l’Université populaire des parents. Objectif en 2007 : amorcer un dialogue avec l’Éducation nationale. En mai dernier, elles se sont présentées aux représentants d’associations, membres, comme elles, du réseau de démocratie participative qui a été lancé par la Région. « Ils nous ont conseillé de préciser notre positionnement, entre le militantisme et la réflexion, explique Mireille Grange, la coordinatrice du collectif. Ce réseau nous pousse à avancer tout en reconnaissant notre expertise.C’est important ! » V. V.-L. ➜ Contact : collectifparolesdefemmes@hotmail.com TÉMOIGNAGE : RAPHAËLLE RAVEAUD, LYONNAISE TIRÉE AU SORT L’écho du terrain• Grenoble Valence « En 2005, je suis allée à une réunion publique organisée par la Région. Pour une fois, que l’on demandait l’avis de citoyens, je ne voulais pas rater l’occasion ! Puis j’ai été tirée au sort, comme vingtneuf autres personnes, pour participer, en juin dernier, aux Journées nationales de l’évaluation publique. Cet intitulé a attisé ma curiosité. Un samedi matin, nous avons été formés à l’évaluation. Au début des Journées, nous nous sommes sentis mis à l’écart par les experts. Mais nous avons exposé notre désir de faire remonter les attentes du terrain, sans prétendre représenter qui que ce soit et sans jouer les experts. Faire participer des citoyens aux évaluations peut permettre de construire des politiques plus proches du terrain. » V. V.-L. Lyon Raphaëlle Raveaud, citoyenne PROJETS ASSOCIATIFS La Région apporte son soutien aux initiatives portées par les associations à raison de 50% des dépenses éligibles. En 2006, parmi les 99 dossiers reçus, elle a retenu 40 projets sur la formation à l’exercice de la citoyenneté. Ils ont été choisis par un comité composé d’élus et de citoyens. En 2007, un appel à contributions sera lancé à l’occasion des Rencontres mondiales de la démocratie participative, qui se dérouleront fin 2007. En savoir plus : 04 72 59 51 21 « La confrontation nous rend tous plus intelligents » la INTERVIEW Que retirerez-vous de l’expérience régionale de démocratie participative ? Je suis conforté dans l’idée que le renouveau de la vie démocratique et du système représentatif passe par l’association des citoyens à toutes les décisions qui les concernent. À tous les niveaux, du local au mondial, en amont des décisions dans la collaboration, et dans la mise en œuvre en aval. Le moment des décisions revient aux élus. Les citoyens n’ont pas envie de remettre en cause le système représentatif : ils veulent donner leur avis, prendre la parole, être écoutés et entendus, FRANÇOIS AUGUSTE vice-président à la démocratie participative participer aux décisions et les mettre en œuvre. Ils ont un sens aigu de l’intérêt général, beaucoup d’idées, et cela fait du bien. C’est régénérant. La confrontation nous rend tous plus intelligents. Au début, il y avait des doutes de part et d’autre, chez les élus comme chez les citoyens. Aujourd’hui, beaucoup sont convaincus de l’intérêt de cette politique. Il ne s’agirait donc pas d’un contre-pouvoir ? Je ne propose pas un contre-pouvoir. Par définition, un contre-pouvoir, ce sont des gens qui ne participent pas aux décisions. Notre objectif, c’est une construction commune. Les propositions ne sont pas toujours suivies : n’est-ce pas une machine à fabriquer des citoyens déçus ? Oui, il y a souvent des déceptions liées à cela, mais la nouveauté ici, c’est que l’on veut associer les gens dans la durée, sur les territoires et au plan régional. C’est un partenariat entre élus et citoyens, organisés ou pas. L’avenir de notre système politique réside dans la reconnaissance du droit à la participation des citoyens à toutes les décisions qui les concernent. Pour ma part, je souhaite que la participation des citoyens devienne un principe constitutionnel. DES ATELIERS CITOYENS Après les réunions dans les départements, la Région a mis en acte la participation citoyenne dans l’élaboration de ses politiques, tant au niveau régional que dans les instances locales. Des ateliers, composés de citoyens tirés au sort dans un échantillon représentatif de la population, ont été créés afin de donner un avis informé et argumenté. Cet avis contribue à éclairer les élus dans leurs décisions. Le premier atelier citoyen organisé par la Région Rhône-Alpes a abordé le thème de l’avenir des zones rurales dans les sociétés européennes. L’avis final a été présenté à l’assemblée régionale fin novembre. Prochains thèmes des ateliers citoyens : les transports (1er semestre 2007), l’emploi et la formation (2 e semestre), le logement (1er semestre 2008), puis la jeunesse et la démocratie participative. ➜ En savoir plus : www.rhonealpes.fr, rubrique La Région et les citoyens



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :