[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°31 déc 13/jan-fév 2014
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°31 déc 13/jan-fév 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de déc 13/jan-fév 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : sport... une région bien dans ses baskets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 TRIBUNE LIBRE N°31 — HIVER 2013 LA RÉPARTITION DES FORCES POLITIQUES DU CONSEIL RÉGIONAL Front de 10 gauche 37 Europee Écologie- Les Verts 47 Parti socialiste, 5 écologiste et apparentés PRG Majorité de gauche : 99 sièges 40 2 Non apparentés 15 FN Union de la Droite et du Centre Total : 156 sièges PSEA PARTI SOCIALISTE, ÉCOLOGISTE ET APPARENTÉS Le sport… plus que jamais ! Il y a quelques années, nous invoquions dans ce même journal Winston Churchill qui, lorsqu’on lui demandait le secret de sa forme légendaire, s’exclamait : « Le sport… jamais ! » Nous prenions à cette époque le contre-pied de Churchill (quelle audace !) pour affirmer que pour nous, le sport pour tous, c’est une priorité régionale ! Permettre l’accès de tous au sport, développer les réseaux et encourager les clubs et associations, accompagner nos sportifs de haut niveau pour qu’ils rayonnent dans les compétitions nationales et internationales : pour répondre à ces objectifs, nous avons mis en œuvre dès 2004 une politique volontaire en faveur du sport. Afin de permettre au plus grand nombre de découvrir et de pratiquer un sport, nous agissons notamment en faveur des lycéens et apprentis éloignés du sport dans le cadre de l’appel à projets Eurêka Sport. Ils peuvent ainsi bénéficier d’aides régionales au travers d’un projet porté par leur établissement. De plus, la Région investit dans les équipements sportifs scolaires en venant en appui des collectivités locales qui souhaitent construire de nouveaux équipements, un gymnase par exemple, dans lequel les élèves pourront bénéficier d’un accueil privilégié. En parallèle, Rhône-Alpes met également en œuvre une politique volontaire pour faire émerger sur son territoire des équipements modernes et accompagner des rendez-vous d’importance. Le Conseil régional participe ainsi à la construction des équipements sportifs d’intérêt régional comme la halle d’athlétisme de la Duchère à Lyon, le stade de rugby Charles-Mathon à Oyonnax ou le stade Geoffroy-Guichard à Saint-Étienne. Ces lieux, théâtres populaires d’exploits sportifs, sont aussi des lieux de convivialité facteurs de lien social pour les Rhônalpins qui se retrouvent chaque week-end dans ces enceintes sportives. Les grandes manifestations sont aussi une priorité pour Rhône-Alpes, qui soutient par exemple la Coupe Icare, la SaintéLyon ou bien encore la Pierra Menta. Partenaire direct des ligues régionales, le Conseil régional a également signé 84 contrats d’objectifs avec 105 ligues et comités régionaux. La structuration du mouvement sportif au niveau régional est le garant d’une dynamique des clubs et de leurs adhérents. C’est également grâce à ce dispositif que les bénévoles des clubs sont formés chaque• année (4 500 en 2012), ce qui leur apporte des acquis valorisables au sein de leurs clubs. Enfin, Rhône-Alpes est la seconde région au palmarès national du sport de haut niveau avec 1 010 sportifs de haut niveau et 1 021 espoirs. Pour les futurs champions, la Région investit dans les centres de formation des clubs professionnels, mais aussi dans l’emploi-formation des sportifs de haut niveau, que ce soit pour l’insertion professionnelle pendant le parcours sportif ou en vue d’une reconversion. Pendant leur carrière, la Team Rhône-Alpes, vitrine des sportifs de haut niveau de notre Région, leur apporte un soutien lors des préparations des grandes compétitions à venir. Les élus du groupe socialiste ont la volonté de faire du sport une force pour notre région en permettant à chaque pratiquant, quels que soient son niveau ou ses ambitions sportives, d’avoir un accès au sport qui lui convient. C’est le fondement même de ce que l’on appelle le « sport pour tous ». > www.psrhonealpes.fr FDG FRONT DE GAUCHE L’accès au sport pour tous La pratique sportive est un vecteur d’épanouissement, de santé, de citoyenneté et d’émancipation. À ce titre, l’intervention publique doit permettre de faciliter un accès pour tous les citoyens. Nous avons de beaux exemples en Rhône-Alpes de ce qui peut être réalisé : la ville de Givors, récemment reconnue comme 2e ville la plus sportive de France, démontre qu’une politique sportive soutenue et volontariste est réalisable. De même, l’investissement conséquent de la Région dans les équipements sportifs lycéens (dispositif Peps) est un pied de nez à la marchandisation dont est victime le milieu sportif. Le défi politique est de rendre efficient ce droit fondamental d’accès au sport pour tous sur l’ensemble du territoire. Seule une intervention publique forte, une exigence de démocratie, de transparence et la maîtrise collective des structures d’organisation et de gestion pourront libérer le sport de l’emprise financière.• Mais les collectivités, prises dans le diktat de la baisse des dépenses publiques et dans le flou de la réforme territoriale, ont tendance à se désengager. La fermeture de la moitié des Creps sur le territoire national s’ajoute aux suppressions d’emplois et aussi à l’abandon pur et simple de missions indispensables pour faire vivre une vision humaniste du sport en France. Parallèlement à cela, les projets des grands stades en France, qui ne servent que l’intérêt financier au détriment du sportif, ne doivent pas bénéficier de financements publics. Le sport doit être considéré, au même titre que la culture, l’éducation et la santé, comme une mission de service public pour rester un droit accessible à toutes et à tous. > www.frontdegaucherhonealpes.fr PRG PARTI RADICAL DE GAUCHE ET APPARENTÉ Le sport, un enjeu majeur Si la pratique du sport participe au bien-être, au dépassement de soi, elle revêt des enjeux majeurs pour la Région dans bien d’autres domaines, qui justifient un engagement important de sa part. C’est d’abord un enjeu éducatif et la Région ne s’y est pas trompée en multipliant les équipements dans les lycées, tout en favorisant la pratique du sport pour les jeunes à travers la carte M’ra et les structures d’insertion par le sport… C’est aussi un enjeu en matière de formation : soutien aux ligues, via des contrats d’objectifs pluriannuels, aux centres de formation des grands clubs, aux formations professionnelles comme le CFA du sport, aux dirigeants bénévoles du monde associatif… Et puis le sport, il ne faut pas l’oublier, c’est un levier essentiel de l’activité économique et de l’emploi en Rhône-Alpes. C’est vrai pour tous les professionnels qui interviennent dans ce secteur ; les éducateurs, bien sûr, mais aussi les équipementiers, les organisateurs de manifestations et toutes les entreprises qui gravitent autour, celles de la restauration, de l’hôtellerie… Enfin, le sport, c’est un domaine qui fait vibrer grâce aux champions qui portent nos couleurs sur le plan national, international, comme aux Jeux olympiques. À ce titre, la Région soutient matériellement les athlètes de haut niveau, avec pour eux, plein de rêves de médailles ! > prg@rhonealpes.fr
N°31 — HIVER 2013 37 UDC UNION DE LA DROITE, DU CENTRE ET APPARENTÉS Conseiller régional, un mandat sportif ! Les parallèles entre le monde politique et sportif sont nombreux et les similitudes intéressantes à plus d’un titre. Le sport comme la politique sont par définition compétition. Deux univers très différents, et pourtant nous observons de nombreux points communs. Une compétition d’alliances : cette majorité a réussi l’exploit d’être composée de courants idéologiques complètement opposés. D’accord sur rien sauf pour le partage des postes… Quelques exemples : un vice-président obligé de voter contre son propre rapport, des incidents de séance répétés entre les membres de la majorité, une partie de celle-ci allant même jusqu’à refuser parfois de prendre part à certains débats… La course aux postes : les socialistes et leurs amis ont fait preuve de boulimie, ne laissant que quelques miettes à l’opposition et refusant systématiquement que nous soyons associés aux décisions. Une compétition internationale : comment faire plus que la majorité actuelle ? En 2012, les élus de gauche ont parcouru près de 9 000 kilomètres par jour en avion et ce, 365 jours par an ! Pour un total de 3 200 000 kilomètres payés par nos impôts. Sous le précédent mandat, le vice-président Vert à l’international avait réussi l’exploit de couvrir en deux ans, la distance de la Terre à la Lune, soit 248 000 kilomètres. Les records sont faits pour être battus, mais dans ce cas, il est pulvérisé ! Une équipe sans ressort et sans idée : faute de jeu collectif, la majorité composite socialiste, écologiste et communiste ne débat plus, ne propose plus et se détourne jour après jour des préoccupations des Rhônalpins. La Région n’a plus de capitaine ! Dans toute compétition, il est nécessaire de connaître ses limites et d’essayer de les dépasser. Mais pour que Rhône-Alpes puisse à nouveau rayonner en France et en Europe, elle doit redevenir innovante et ambitieuse. Notre Région est sclérosée par un fonctionnement trop lourd, des prises de décisions trop longues et une majorité instable. C’est pourquoi nous voulons lui redonner sa capacité d’agir avec le souci permanent de l’efficience de l’euro dépensé. Les records de mauvaise gestion, records d’ostracisme, records de voyages, records de subventions jugées illégales… Autant de records dont se serait bien passé notre Région ! La majorité socialiste, écologiste et communiste avec ses champions d’hier n’est plus en phase avec la Région Rhône-Alpes de demain. Les records sont faits pour être battus et les champions pour être remplacés. Cet adage pourrait s’apparenter à une forme de fairplay mais en politique cela s’appelle l’alternance. Et nous sommes prêts pour 2015 ! > www.udcap-rhonealpes.fr EELV EUROPE ÉCOLOGIE - LES VERTS FN FRONT NATIONAL Sport-business ou sport pour tous ? Vive le sport ! Tournoi de foot, rando à ski, aviron, course à pied… Rhône-Alpes est bien lotie pour le sport. Cependant, le sport a plusieurs visages. Il peut être un puissant outil de mixité sociale ou un lieu de promotion d’une élite minuscule. Il peut servir à cultiver l’équilibre du corps ou le transformer en une machine de rendement. Lorsqu’on pousse à l’extrême l’idéologie de la compétition, quand l’argent roi entre en jeu, le sport tombe dans ses pires travers : corruption, dopage, brassage d’argent stérile… Le projet de grand stade de l’OL n’est qu’un monument à cette dérive absurde. Les grands élus lyonnais qui fournissent une aide indirecte mais massive au projet devraient tourner leurs regards vers le stade des Alpes qui a coûté près de 100 millions d’euros au contribuable pour se remplir à 10% lors des matchs du Grenoble Foot 38, désormais classé en CFA. Heureusement, partout en Rhône-Alpes, dans villages et quartiers, des associations promeuvent une vision humaniste et coopérative du sport pour tous et toutes, quel que soit son âge ou son état de santé. Elles méritent que la Région les soutienne et les conduise à construire des ponts entre les communautés et les générations, voire à ouvrir de nouveaux horizons aux sportifs. À Saint-Étienne, l’association Zoomacom cogère des locaux avec Jeunesse Foot Sud dans l’objectif de proposer de nouvelles activités à 300 enfants d’un club de foot âgés de 7 à 17 ans. Le foot y sert de point de départ vers des activités aussi variées que l’aéromodélisme, les jeux vidéo, la consommation collaborative, l’atelier CV en ligne, les jeux en bois… Les enfants y sont incités à prendre des initiatives, les plus âgés à construire une vie de quartier avec leurs enfants et petits-enfants. Le sport est aussi un formidable instrument d’intégration. Ainsi, le conseil régional soutient des tournois de foot gay. Les préjugés dus à certains comportements vus dans les stades sont alors directement combattus. Le foot peut ainsi être un moyen d’aborder la lutte contre les discriminations sur l’origine familiale, l’apparence physique, la préférence sexuelle… Le soutien aux fédérations handisport est important pour que chaque personne handicapée puisse avoir accès à un club, où qu’elle soit en Rhône-Alpes. Il faut aussi donner plus d’écho au sport féminin, qui est en train de trouver une reconnaissance médiatique. Enfin, en tant qu’activité physique, le sport est le premier moyen de prévention des maladies. Pour Alain Chabrolle (EELV), vice-président santé-environnement de la Région, la course Run in Lyon est chaque année l’occasion de proposer un « village santé » où coureurs et public sont sensibilisés à une pratique sportive et à un mode de vie favorable à leur santé… La puissance publique doit soutenir le sport pour tous plutôt que sponsoriser le sportbusiness. Les écologistes proposent donc qu’en France une contribution soit prélevée sur les partenariats privés avec les clubs pour financer la réhabilitation des stades, des gymnases et des équipements pour tous, particulièrement dans les quartiers populaires ou ruraux. > eelv@rhonealpes.fr http://rhonealpes.elusecologistes.fr L’historien sait qu’aussi loin que l’on remonte les sentiers qui conduisent aux sources de notre civilisation, on rencontre le sport. Des antiques jeux Olympiques, aux matchs amateurs de nos week-ends, toujours le sport a permis d’édifier les remparts qui protègent de la barbarie. Mais aujourd’hui, le mondialisme, qui ravage tout, s’attaque aussi à ces remparts. Le sport développe bien des vertus. Vertus individuelles : le dépassement de soi, l’effort consenti, la maîtrise des sens et des émotions. Vertus collectives : l’esprit d’équipe, la solidarité, l’acceptation de l’autre, de ses échecs et de ses gloires, de ses faiblesses et de ses prouesses… Quelle meilleure pratique que celle d’un sport collectif permet à l’homme d’accompagner la construction d’une cité harmonieuse ? Mais que reste-t-il de tout cela lorsque le sport business triomphe en tout lieu, lorsque l’argent et la vaine gloriole sont les seuls moteurs de l’effort ? Rien ! Et l’on assiste à des scènes misérables où les codes de l’ultralibéralisme mènent le jeu. On achète des joueurs à coup de millions, quand un peuple s’enfonce dans la misère ; on idolâtre des mercenaires analphabètes sans aucun sens moral ; on lynche un arbitre amateur parce qu’il ose sanctionner une faute ; on fait travailler des esclaves immigrés pour construire des stades climatisés en plein désert, on triche, on corrompt, on s’empoisonne de stupéfiants, on insulte, on ment ! Et pour un seul objectif : l’argent ! Tous les sports seront bientôt touchés, et le sport amateur suivra ! Si le sport peut être un magnifique vecteur d’harmonie, il peut aussi devenir vecteur de destruction massive. C’est pourquoi il est impératif que les pouvoirs publics promeuvent la bonne pratique du sport en combattant ardemment ses dérives financières et mercantiles. C’est pourquoi il est impératif de préserver deux jours chômés en fin de semaine : le premier pour les rencontres sportives et activités sociales, et le second pour la famille. C’est ce à quoi s’engage le Front National. Il y va de l’équilibre de notre société. > www.fnra.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :