[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°31 déc 13/jan-fév 2014
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°31 déc 13/jan-fév 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de déc 13/jan-fév 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : sport... une région bien dans ses baskets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 SPORT/FORMATION ET EMPLOI N°31 — HIVER 2013 Stage alpin pour grimpeuse chinoise « Alexa Brunet La Chinoise Yang Xiaohua a effectué une formation de quinze jours dans les Alpes et compte bien suivre les traces de Valérie Aumage, son guide. Je veux devenir guide. Comme toi ! » Yang Xiaohua rit, donne une tape sur l’épaule de Valérie Aumage, guide et professeur de l’Ensa, l’École nationale de ski et d’alpinisme de Chamonix. De retour d’une course à Vallorcine, la jeune alpiniste chinoise achève une formation dont elle rêvait : quinze jours dans le massif du Mont-Blanc, en duo avec un guide de haute montagne. Ce « stage alpin » entre dans le séjour de six mois que l’étudiante en tourisme et sports de montagne effectue en France, grâce à une coopération entre la province du Sichuan, d’où elle vient, et les régions des Alpes (Paca et Rhône-Alpes). En deux semaines à Chamonix, la jeune femme, déjà experte en escalade, a capté les règles de l’alpinisme savoyard. D’abord, la proximité des sommets : « Ici, on a vite accès à des voies enneigées et très intéressantes. » Yang apprécie aussi l’attention donnée à la sécurité et, surtout, ce lien noué avec le guide, qu’on ne retrouve pas en Chine, ditelle. « Yang est curieuse des techniques que nous utilisons, mais aussi du savoir être en cordée », note la guide française. La jeune stagiaire précise : « Valérie me laisse monter seule, mais elle a toujours un œil sur moi. Je peux tenter des prises difficiles parce que je me sens en confiance. C’est encourageant. » Dans cinq ans, le concours La grimpeuse asiatique semble résolue à revenir à l’Ensa dans cinq ans, pour y présenter le concours d’entrée à la formation de guide. Quelque cent quatrevingts concurrents, déjà guides et français en majorité, sont chaque année sur les rangs. L’Ensa avait été créée en 1946 pour former les moniteurs de ski et les guides hexagonaux. « Les stages pour les étrangers se sont développés parallèlement, souvent en lien avec des fédérations nationales, pour transmettre des compétences de l’alpinisme alpin, explique Alexis Mallon, guide et responsable des formations. Au cœur, il y a bien sûr l’autonomie. Il faut apprendre à choisir seul la corde selon sa course, sa voie en fonction de la météo. Et savoir abandonner quand une sortie s’annonce dangereuse. Pour nous, la sécurité prime. » D’où ce sens de la responsabilité revendiqué par le guide alpin qui vise un objectif principal : ramener le client en bonne santé. « La performance est importante, bien sûr, ajoute encore Alexis Mallon. Mais on ne fait pas des sommets pour faire des sommets. Grimper est une aventure humaine. À partir du moment où un lien de confiance se crée, la cordée devient plus forte. » F. R. > www.ensa-chamonix.net Grâce à l’ENSA de Chamonix, les stages pour les étrangers se sont développés. Ensa Trois questions à... Sébastien Cornette est coach indépendant, rattaché à l’école d’athlétisme de Tain-Tournon. Sébastien Cornette, coach athlé santé Qu’est-ce qu’un coach athlé santé ? C’est un professionnel du sport qui a les compétences d’un coach d’athlète de haut niveau, mais qui entraîne aussi monsieur et madame Toutle-Monde. L’activité physique, bien pratiquée, apporte la santé à tous, pas seulement à l’élite. Le label « Coach athlé santé » a été créé il y a huit ans par la Fédération française d’athlétisme et impulsé par la Ligue Rhône-Alpes d’athlétisme. Comment l’êtes-vous devenu ? J’étais athlète de haut niveau, cycliste et coureur. J’étais aussi passionné d’anatomie et de bio-mécanique. Alors, je me suis formé et, depuis sept ans, je suis à la fois coach indépendant et rattaché à l’école d’athlétisme de Tain-Tournon. Quel est le contenu de vos cours ? J’associe la marche nordique, la méthode Pilate, du renforcement musculaire, du trail, du stretching ou de la zumba, pour que les pratiquants puissent changer d’activité. L’essentiel est que ce soit convivial et que les gens reviennent ! J’accueille dans le même cours des sportifs de tous les niveaux, celui qui prépare le raid de la Diagonale du fou, à La Réunion, comme celui qui fait de l’exercice pour prévenir le diabète. La performance n’a pas d’intérêt en soi. C’est le partage dans le sport et le bien-être qui me motivent, en restant précis dans le conseil et mesuré dans l’effort. PROPOS RECUEILLIS PAR FLORENCE ROUX Juan Robert
N°31 — HIVER 2013 SPORT 17 À l’école du sport si It 111 À Voiron, sur le site de l’ancien Creps, diverses structures accompagnent F _,w et professionnalisent sportifs et éducateurs. D ans le vaste parc du site du site de la Brunerie, à Voiron, 27 jeunes adultes apprennent à connaître les espèces végétales. Originaires de la région pour la plupart, ils sont venus à Voiron suivre une formation d’une semaine, avec découverte de la nature, anatomie, physiologie, incluse dans un cursus de plusieurs mois. Si leurs motivations diffèrent, tous veulent décrocher un DE, un diplôme d’État dans un métier d’encadrement sportif. De ski pour les uns, d’accompagnateur en moyenne montagne pour les autres. Certains sont en formation initiale, d’autres en reconversion ou déjà entrés dans la vie active. C’est le cas de Laurent, salarié dans un bureau d’études grenoblois, qui souhaite diversifier son activité grâce à un diplôme d’accompagnateur, ou de Brice, 26 ans, Isérois lui aussi. Maçon l’été et moniteur l’hiver, il compte sur le diplôme d’État ski pour pouvoir donner des cours à tous les publics. « Cette formation commune, montée avec l’ENSA de Chamonix et le Centre national de Prémanon dans le Jura, est nouvelle, explique Gérard Lassus, responsable du service associé de formation de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale. C’est la première session que nous organisons et nous avons, en lien avec le Creps de Vallon- Pont-d’Arc, des projets autour de l’escalade et des activités physiques pour tous. » Des joueurs pros veulent être entraîneurs Sur le site de la Brunerie, qui accueille déjà en diplôme d’État handball et rugby des joueurs pros qui se destinent à devenir entraîneurs, se côtoient désormais différentes entités intervenant tant dans la formation à l’encadrement sportif, que la préparation au sport de haut niveau (pôles France et espoirs d’escalade, basket, badminton…) ou que la recherche appliquée au sport : Innolab. Grâce à l’intervention conjointe du mouvement sportif et des collectivités publiques, au premier rang desquelles la Région Rhône-Alpes et la Communauté d’agglomération du pays voironnais, le site de la Brunerie a pu maintenir l’essentiel des missions de l’ancien Creps. Le Centre régional de l’expertise et de la performance sportive, fermé en 2010 par décision de l’État, avait pour but de former aux métiers du sport et de l’animation, d’accueillir le mouvement Le château du parc de la Brunerie, à Voiron, accueille les formations dispensées dans l’ancien Creps. sportif régional et accompagner à la performance et l’excellence sportive. L’association TSF, Tremplin Sport Formation, qui a désormais la délégation de gestion de l’ensemble du site ne compte pas s’en tenir là. Après des années difficiles, le site de Voiron retrouve des perspectives d’avenir. CHANTAL FÉMINIER• Juan Robert Juan Robert Des stagiaires apprennent à connaître les espèces végétales : originaires de la région pour la plupart, ils sont venus à Voiron suivre une formation d’une semaine, avec découverte de la nature.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :