[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°31 déc 13/jan-fév 2014
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°31 déc 13/jan-fév 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de déc 13/jan-fév 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : sport... une région bien dans ses baskets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 SPORT/TÊTES D’AFFICHE N°31 — HIVER 2013 La Team Rhône-Alpes dans les starting-blocks ! Ce collectif de sportifs de haut niveau, rassemblé et soutenu par la Région, vise plusieurs médailles aux Jeux olympiques et paralympiques de Sotchi, en février et mars 2014. Juan Robert La Team Rhône-Alpes au complet : elle a intégré récemment 111 athlètes et en compte désormais 350. « Il s’agit de compenser les inégalités de moyens entre disciplines et de donner un coup de pouce financier », explique Gwendal Peizerat, conseiller régional délégué aux sports. R hône-Alpes est, traditionnellement, la région française la plus représentée aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver. Pour la prochaine édition, à Sotchi, en Russie, elle devrait l’être mieux encore : un véritable esprit d’équipe souffle sur la Team Rhône- Alpes. Ce collectif de sportifs de haut niveau a été créé par Gwendal Peizerat, pour « compenser les inégalités de moyens entre disciplines, explique ce champion olympique en danse sur glace, conseiller régional délégué aux sports. Nombre d’entre eux ont besoin d’un coup de pouce financier non pas au retour des JO, mais dès qu’ils sont en train d’éclore. In fine, le but est aussi de les garder en Rhône- Alpes ! » Lancée pour les Jeux de Londres avec 84 sportifs, la Team a intégré 111 athlètes rhônalpins préparant les championnats du monde dans les disciplines non olympiques. Pour 2014, elle compte 350 membres, repérés par la direction technique nationale de leur fédération. Il s’agit notamment de disciplines emblématiques pour la région comme l’escalade, le skialpinisme, etc. Pour les aider « au plus juste », la Région a demandé au cabinet Shapers de conduire une enquête sur leurs besoins. « Ceux-ci sont très divers, commente Eva Roche, directrice. Nous avons analysé le coût de la discipline, l’obligation de recourir à des structures d’entraînement hors de France, la situation professionnelle des sportifs, leurs autres soutiens et l’ampleur de leurs demandes. » L’aide, de 1000 à 5 000 euros, leur permet par exemple de financer une préparation mentale, un aménagement de leur temps au travail ou la préparation d’une reconversion… En complément de cette bourse, la Région offre aux sportifs l’accès à divers services. « J’ai suivi plusieurs ateliers auprès de l’association Entreprendre et Sport, témoigne ainsi Nicolas Mayer, champion de saut à ski, notamment pour monter des dossiers de sponsoring. Auparavant, je ne connaissais pas les attentes des entreprises. » Bien préparés et accompagnés dans leur double projet sportif et professionnel, les membres de la Team Rhône-Alpes peuvent se concentrer sur leur objectif : « Les Jeux de 2012 ont rapporté neuf médailles à Rhône-Alpes : il faut faire au moins autant à Sotchi ! » lance Gwendal Peyzerat. Mais pas de stress : « Savourez, profitez de cette période magique de votre vie », leur conseillent aussi les deux parrains de la Team, Vincent Jay et Denis Barbet, tous deux « retraités » de la compétition mais portés à tout jamais par leur expérience olympique. VÉRONIQUE VIGNE-LEPAGE
N°31 — HIVER 2013 SPORT 13 Ils font la Team... Vincent Jay rebondit sur la neige Juan Robert La neige ? Vincent Jay est tombé dedans quand il était petit, dans la vallée des Belleville, en Vanoise : « Avec un papa cadre aux remontées mécaniques et une maman monitrice de ski, difficile de faire autrement ! » s’amuse-t-il. S’il pratique le ski alpin pour le plaisir, c’est en biathlon que Vincent s’attaque à la compétition et gravit les échelons en un éclair : en 2010, à Vancouver, il remporte l’or au sprint et le bronze en poursuite, après trois saisons de haut niveau ! Des médailles lourdes à porter : Vincent préfère clore sa carrière sportive avec cette belle victoire sur laquelle il rebondit désormais : consultant pour Eurosport et, dès cet hiver, pour France télévision et RMC, il commente les exploits de ses anciens co-compétiteurs : « ils me font vibrer ! » Vincent, l’un des parrains de la Team Rhône-Alpes, se forme aussi au management à EM Lyon, tout en travaillant à la promotion des Ménuires et du Beaufort. Bientôt, il cherchera un poste. « Mais pas trop loin des montagnes ! » Mélina Robert-Michon discobole, en toute féminité 11 août 2013, championnats du monde d’athlétisme à Moscou : le grand public découvre Mélina Robert-Michon, médaille d’argent au lancer de disque avec un jet à 66,28m. Cette Lyonnaise, qui bondit de joie, est née à Colombe, en Isère et n’a rien du stéréotype des « lanceuses est-allemandes » : élancée et harmonieusement musclée, elle estime que « cette discipline convient à tous les gabarits : l’important, ce sont la force et la vitesse ». Des qualités qu’elle travaille, en même temps que le geste – « beau et terriblement compliqué » –, pendant que sa fille, Élyssa, est à l’école maternelle. « Revenir après cette pause liée à la maternité était un défi, mais j’en ai profité pour reprendre à zéro la technique, raconte-t-elle. Ça a payé. » Après une maîtrise de gestion des organisations et quatre ans au ministère de la Défense, Mélissa a décidé, en 2009, de « tenter l’aventure » d’être athlète à temps plein. « Grâce à mon résultat de cet été, se réjouit-elle, j’ai signé un nouveau contrat avec la Ligue professionnelle. » Alexa Brunet TEXTES : VÉRONIQUE VIGNE-LEPAGE Denis Barbet, accro à l’adrénaline Marc Chatelain Denis Barbet n’aime pas s’ennuyer : il lui faut du sport de plein air et de l’adrénaline. Très tôt, ce Ch’ti devenu Rhônalpin quitte les pistes pour s’aventurer en ski de randonnée et en parapente. Après un accident qui le laisse paraplégique, il réfléchit à la manière de rendre le ski assis plus excitant : « Je me suis intéressé au côté technique, explique cet ingénieur agronome, puis je me suis lancé dans la compétition pour mettre un peu de sel. » Un régime bien salé, puisque Denis arrive jusqu’au titre de champion paralympique, lors du slalom spécial des JO de Salt Lake City, en 2002. S’il a dû, quelques années après, céder la place en raison de problèmes de santé, ce compétiteur invétéré se réjouit de monter encore régulièrement sur des podiums nationaux. « Et sans m’entraîner ! » Son nouveau défi, c’est la voile. En compétition, bien sûr : il a créé une section handisport au club de Thononles-Bains, et ce jeune homme de 51 ans, parrain de la Team Rhône-Alpes, se dit « en pleine progression » ! Marie Bochet, étoile montante du ski « Après les JO de Vancouver, mettre une prothèse pour skier s’est avéré nécessaire pour passer à un cap supérieur. Mais je ne la porte pas dans la vie courante, elle me handicape ! » Marie Bochet, 19 ans et déjà championne du monde de ski handisport, se rit de son handicap, une malformation de l’avant-bras gauche. Originaire du Beaufortain, « la petite Marie » est naturellement montée très tôt sur les skis, participant même à des compétitions pour valides. « Mais c’est mon entrée au club handisport, alors que j’étais en 6e, qui a déclenché ma carrière. » Une carrière déjà fulgurante : « J’ai disputé ma première coupe du monde en troisième, et les JO en seconde », commente la jeune fille qui, malgré ses cinq mois hivernaux sur les pistes, a réussi son bac, en juin dernier, avec mention « très bien ». « Cette année, où je me concentre sur Sotchi, je me suis inscrite en licence économie et gestion par correspondance… pour m’aérer la tête de temps en temps. » G.Picout



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :