[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°30 sep/oct/nov 2013
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°30 sep/oct/nov 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de sep/oct/nov 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (275 x 355) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : les défis de la formation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 il ha nekI pes N°30/AUTOMNE 2013 Tribune libre La répartition des forces politiques du conseil régional Front de 10 gauche 37 Europe Écologie- Les Verts 47 Parti socialiste, 5 écologiste et apparentés PRG Majorité de gauche : 99 sièges 40 15 2 Non apparentés FN Union de la Droite et du Centre Total : 156 sièges PSEA – Parti socialiste, écologiste et APPArentés La formation, une politique en évolution constante pour favoriser l’accès à l’emploi En Rhône-Alpes, la formation mobilise plus de 30% du budget régional chaque année. Apprentissage, formations sanitaires et sociales, orientation, les dispositifs que nous soutenons permettent à 34 000 demandeurs d’emploi par an de bénéficier d’une formation professionnelle. La formation représente pour nous une compétence et un enjeu important que nous faisons évoluer sans cesse depuis 2004 pour l’adapter aux réalités économiques et favoriser l’accès à l’emploi. Une nouvelle délibération cadre a été adoptée lors de l’assemblée plénière de mai permettant de revoir les dispositifs liés à l’apprentissage et mettant tous les CFA sur le même pied d’égalité. Les aides aux employeurs d’apprentis ont été revues afin de répondre au mieux à leurs demandes et de les aider à se former pour accueillir les apprentis. Les CFA pourront également bénéficier de notre politique « écoresponsable » qui a déjà fait ses preuves dans nos lycées. Tous ces efforts ont déjà permis d’augmenter sensiblement le nombre d’apprentis (35 600 en 2005, 43 200 aujourd’hui, et l’objectif de dépasser les 50 000 d’ici à 2015) mais surtout de poursuivre la progression du taux d’insertion dans l’emploi (69% en 2009 et 73% en 2012). Parallèlement, nos politiques de restructuration du Service public régional de la formation (SPRF) font leurs preuves sur le terrain. Nous continuons de travailler à la simplification des dispositifs de formation et des modes d’accès. Accéder à une formation ne doit pas relever du parcours du combattant. Notre ambition est claire : donner à tous les Rhônalpins, en particulier les plus éloignés de l’emploi, la possibilité de se former. Cela passe par la mise en place de formations de qualité devant déboucher sur un emploi. Pour cela, nous mettons tout en œuvre pour adapter notre catalogue de formations aux réalités économiques. Nous travaillons ainsi plus fortement sur les réseaux de prescription, en améliorant les voies d’accès et de compréhension entre une personne en recherche d’emploi qui se rend à une Mission locale ou à Pôle emploi et les formations que nous commandons à différents organismes de formation. Dernièrement, le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Michel Sapin, a annoncé qu’une loi sur la formation professionnelle devrait voir le jour d’ici la fin de l’année, ce que nous ne manquerons pas de suivre avec attention. En effet, cette loi devrait redéfinir les objectifs des Régions en matière de formation, le principal enjeu étant la gestion de la carte des formations professionnelles, qui pourrait être pilotée par les Régions. Avant que le projet de loi de décentralisation redéfinisse les futures compétences des conseils régionaux, une loi dédiée à la formation devrait être proposée. Nous faisons confiance au Gouvernement pour répondre à notre ambition d’accentuer notre action sur cette compétence « formation », que nous maîtrisons pleinement. Avoir un suivi plus personnalisé, répondre aux attentes des personnes formées et des employeurs, tout cela guide notre action au quotidien en faveur de la formation en Rhône-Alpes. www.psrhonealpes.fr PRG – PArti radical de gauche et APPArenté Formation professionnelle : être juste… et rationnel Parce qu’elle relève d’une démarche d’enseignement, la formation professionnelle, dans son ensemble, pourrait être le fait d’un seul service public. La législation européenne ayant imposé l’ouverture à la concurrence dans plusieurs secteurs, cette dimension service public est aujourd’hui plus que battue en brèche. Quoi qu’on en pense, et dans l’attente d’un éventuel changement de législation, le groupe PRG a donc décidé de « faire avec » et soutient en cela la démarche de l’exécutif régional qui tente depuis des années d’instaurer des règles aussi justes que possible dans le cadre de ses appels d’offres. C’est ainsi que les Radicaux ont soutenu la création du Service public régional de la formation, service qui se veut universel, à travers la volonté de ne laisser personne sur le bord du chemin, tant pour l’acquisition de compétences de base que de qualification professionnelle ou de certification, en faveur des jeunes, des salariés fragilisés ou des demandeurs d’emploi. Ces formations ont d’autant plus de sens qu’elles constituent aussi un gisement d’activités professionnelles, lequel doit profiter aussi bien à ce grand acteur public qu’est l’Afpa, aux Greta, mais aussi aux acteurs privés, lorsqu’ils sont de qualité. Tout cela sans oublier une évidence : que les formations dispensées s’adaptent à l’évolution des métiers et aux besoins constatés sur les bassins d’emplois, ce qui n’est pas le plus facile ! prg@rhonealpes.fr EeLV – Europe Écologie-Les Verts La formation, un outil pour construire son propre parcours de vie La formation tout au long de la vie n’est pas une manière de mieux utiliser les hommes et les femmes comme variables d’ajustement de l’économie, en les faisant passer sous la toise de l’employabilité. C’est au contraire un véritable projet de société. La civilisation industrielle s’est construite sur l’idée que les ressources naturelles étaient illimitées et en s’accommodant de l’idée que les capacités des êtres humains étaient inégalement réparties et naturellement limitées par leurs « dons » respectifs. Aujourd’hui, nous savons que les ressources naturelles sont limitées, et qu’au contraire les richesses de l’humain peuvent être développées et valorisées. C’est pourquoi nous souhaitons fonder un autre modèle de développement appuyé sur de nouvelles formes d’organisation économique et sociale. C’est grâce à une mobilisation de l’intelligence et de la créativité des humains que nous réussirons. La formation tout au long de la vie est donc un élément fondateur de la politique des écologistes. La formation tout au long de la vie, c’est la possibilité, pour chacune et chacun, de construire son histoire personnelle et professionnelle sans être enfermé dans une voie définie à l’avance par sa formation initiale, ses premières expériences, son lieu de naissance ou d’habitation. C’est la capacité offerte à chacune et à chacun de choisir ses apprentissages et ses activités en fonction de ses goûts et des projets qu’il veut et peut mener à bien. C’est le refus de toute exclusion et de toute fatalité. Jusqu’à maintenant, les Rhônalpins, en particulier ceux qui se trouvent le plus en difficulté, étaient mis face à des offres de formation hétérogènes, insuffisamment lisibles et encore trop cloisonnées. Philippe Meirieu, vice-président EELV délégué à la formation tout au long de la vie, a lancé l’une des plus grandes actions de cette mandature en reconstruisant toute l’offre de formation. Désormais, le point d’entrée de tout le système est la personne elle-même. Plutôt que de la laisser face à un labyrinthe administratif, Philippe Meirieu a mis l’accent sur l’accueil et l’accompagnement à toutes les étapes du parcours de formation. Par exemple, pour une démarche de validation des acquis, un candidat devait auparavant s’adresser à entre 5 et 8 interlocuteurs différents. Désormais, une même personne assurera le suivi du début à la fin. Cette logique, au cœur du projet écologiste, cherche à rendre chacun autonome dans son parcours de vie. Pour cela, il ne suffit pas de former les personnes pour les assujettir aux exigences immédiates des entreprises. C’est pourquoi les formations proposées par la Région ont été assorties d’une formation générale. Au-delà des seuls savoir-faire professionnels, elles font une place à des savoirs utiles au citoyen : ateliers philo, pratiques culturelles et engagement citoyen. Par ces actions, c’est une véritable culture de la formation tout au long de la vie pour toutes et tous que les écologistes veulent développer en Rhône-Alpes. eelv@rhonealpes.fr http://rhonealpes.elusecologistes.fr
N°30/AUTOMNE 2013 21 Les groupes politiques du conseil régional Parti Socialiste ÉCOLOGiste ET APPARENTÉS Président : Philippe Reynaud Présidente déléguée : Michèle Eybalin UNION DE LA DROITE ET DU CENTRE Présidente : Françoise Grossetête EUROPE ÉCOLOGIE- LES VERTS Présidents : Éric Piolle et Alexandra Cusey Front NatiONAL Président : Bruno Gollnisch FRONT DE GAUCHE Président : Gilles Ravache Parti Radical de GAUCHE Présidente : Catherine Pidoux UDC – Union de la Droite, du cEntre et APPArentés L’épineuse gestion du CFA des Mouliniers de Saint-Étienne En octobre dernier, le Conseil régional s’est prononcé sur le renouvellement du soutien au CFA CiasemLes Mouliniers par le versement d’une subvention exceptionnelle de 200 000 €. Lors du débat, nous avons rappelé que, depuis 2007, 3 M € avaient déjà été versés à cette structure, dont la gouvernance et la gestion posent depuis des années d’énormes problèmes. Alors que la majorité pensait naïvement que ces 200 000 € allaient tout régler, cette nouvelle demande de subvention nous posait un réel problème de clarté politique (sans parler de l’inéquité de traitement entre tous les CFA). Selon l’exécutif, cette aide représentait un pari sur l’avenir, alors que pour notre groupe c’était surtout rajouter toujours plus d’argent public sans contrôler ce qui se passe et sans réfléchir sur la gouvernance. Inacceptable ! 3 M € avaient déjà été dépensés de façon inadmissible par cet établissement. Dès lors, comment expliquer aux Rhônalpins qu’il fallait encore ajouter 200 000 € ? Nous avons préféré faire preuve de courage politique et surtout d’anticipation sur l’avenir du CFA en refusant de voter cette subvention aussi inutile qu’injuste. Nous avons eu le courage de nous opposer, d’argumenter et de proposer des solutions pour que cette dérive cesse alors que la majorité préférait faire l’autruche. Notre intervention a amené une réflexion collective qui, en l’espace de dix mois, d’octobre à juillet, a permis de faire évoluer les choses positivement pour l’avenir des apprentis et du CFA. En effet, nous sommes heureux de constater que la majorité souhaite stabiliser ce CFA et le pérenniser avec un autre gestionnaire. Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que nos arguments et notre vote étaient justes. La majorité ne peut pas en dire autant… Parce que nos convictions et nos votes ne sont guidés que par l’intérêt des Rhônalpins, nous nous réjouissons de voir, aujourd’hui, cette majorité socialiste, communiste et écologiste traduire en acte ce qu’elle dénonçait hier. L’étude d’une reprise du CFA par un nouvel organisme gestionnaire est une bonne nouvelle pour Saint-Étienne et ses apprentis. Nous continuerons de rester extrêmement vigilants sur ce dossier. Au-delà de l’épineux problème de la gestion de ce CFA, c’est l’ensemble de la politique régionale en faveur de l’apprentissage qui nous paraît incohérente. Il paraît assez invraisemblable de constater que la Région annonce que l’apprentissage est une priorité de ce mandat et que, dans le même temps, elle réduise de 20% son objectif initial de 53 000 apprentis. Le cœur de la formation en apprentissage c’est l’entreprise, et nous regrettons que la Région refuse d’être plus incitative à l’égard des employeurs d’apprentis. Pour notre groupe, l’apprentissage est une filière d’excellence qui doit être mise en valeur tant pour les CAP que pour les diplômes d’ingénieur. Mais la politique c’est surtout savoir faire des choix et ensuite les assumer ! Encore faut-il se donner les moyens de ses ambitions… Retrouvez l’actualité du groupe Union de la Droite et du Centre et apparentés sur www.udcap-rhonealpes.fr FN – FRONT NAtionAL La formation aux métiers est une nécessité Depuis près de cinquante ans, l’Éducation nationale considère la formation aux métiers comme un enseignement de seconde zone réservé aux enfants dits en « échec scolaire ». Et les familles tombent dans le leurre du bac facile et des études supérieures pour tous. L’expérience montre pourtant que l’on accède plus facilement à un métier par l’apprentissage, alors que les diplômés gonflent les chiffres de Pôle emploi. dès l’entrée dans le second cycle : apprendre un métier dès l’âge de 14 ans, c’est l’assurance d’avoir un bon emploi avant l’âge de 20 ans. Prendre un apprenti en formation a un coût pour l’entreprise. Puisqu’il s’agit de la formation aux métiers, rendons l’initiative et la liberté aux entreprises pour gérer la transmission de leurs savoir-faire. Pire, nos gouvernants successifs ont pesé à la baisse sur les salaires des travailleurs en faisant appel à une forte immigration de travail d’abord, puis en favorisant l’euro-mondialisation, qui a poussé nos entreprises soit vers la faillite, soit vers les délocalisations. Après l’abandon par les familles de leur mission éducative, après l’échec de l’Éducation nationale, il s’agit dorénavant de gérer les effets collatéraux de l’immigration par l’apprentissage, donnant de facto à ce dernier une image négative d’échec programmé. Il devient urgent de revaloriser la formation aux métiers, et ce Que le maître de stage soit rémunéré par la collectivité comme l’est l’enseignant par l’Éducation nationale, que l’entreprise soit aidée également par la collectivité comme cette dernière participe au fonctionnement et à l’investissement de l’Éducation nationale, et vous verrez que les TPE et les PMI-PME prendront des stagiaires en masse. Cela aurait en outre l’avantage de sauver l’emploi des seniors, ainsi valorisés par cette belle mission qu’est de transmettre leur savoir-faire, fruit d’une vie de travail. www.fnra.fr FDG – Front de gauche La formation, un droit, une émancipation Pour notre groupe Front de Gauche, l’objectif de la formation professionnelle et de l’apprentissage n’est pas de répondre étroitement aux besoins du patronat ni aux directives libérales de l’Union européenne et de son pacte d’austérité budgétaire. Ces derniers visent en effet à une mise en concurrence entre salariés, économies, territoires et systèmes de formation. Le droit à la formation tout au long de la vie, inscrit dans la loi, doit pouvoir s’exercer réellement. La formation professionnelle initiale, scolaire ou par apprentissage, et la formation continue doivent être émancipatrices dans leur contenu comme dans leur pédagogie, partout et pour tous. Il est primordial de développer du service public et donc de sortir la formation du système de mise en concurrence des organismes de formation qui a vu un outil public comme l’Afpa empêché de jouer pleinement son rôle d’intérêt général. La solution existe : classer la formation dans les services non économiques d’intérêt général. En octobre 2010, le Conseil régional, à l’initiative du groupe FdG, s’est déjà prononcé en faveur de cette mesure. La formation professionnelle doit être un outil au service de la sécurisation des parcours professionnels, pour une progression de carrière en lien avec l’évolution des métiers liée en particulier à la transition écologique. Chaque formation doit conduire à une reconnaissance (diplôme ou certification), à un emploi. C’est le cas pour les contrats d’aide au retour à l’emploi durable, qui ont permis à 26 500 personnes de bas niveau de qualification d’accéder à un emploi de qualité. Il est nécessaire d’avoir des outils souples et d’être réactif, ainsi, par nos 27 contrats territoriaux emploi formation, 40 millions d’euros par an permettent d’accompagner et de former les femmes et les hommes fragilisés. C’est essentiel pour les 300 000 demandeurs d’emploi recensés en Rhône-Alpes. www.frontdegauche-rhonealpes.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :