[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°28 mar/avr/mai 2013
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°28 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (275 x 355) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : matière grise contre la crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 ha nekI pes N°28/printemps 2013 Livre numérique : petite édition et grandes ambitions edition numérique : huit projets soutenus Depuis deux ans, la Région a consacré une enveloppe globale de 136 000 euros à huit projets d’édition numérique. Objectifs : accompagner l’innovation et la créativité dans le milieu littéraire, préparer la cohabitation entre papier et numérique, accompagner les acteurs de l’édition et du numérique face aux évolutions technologiques et des pratiques culturelles. A moureux de littérature fantastique, à vos tablettes ! Kadath, le guide de la cité inconnue offre une plongée au cœur de l’univers onirique de Lovecraft. Les textes, enrichis de cartes, sons et illustrations, invitent à la découverte de la ville mythique évoquée dans l’œuvre du célèbre écrivain américain. « Cette version interactive de l’ouvrage papier paru en 2010 n’est ni une simple transcription numérique, ni un jeu vidéo, prévient l’éditeur Frédéric Weil. Nous proposons une nouvelle expérience de lecture, simple et innovante, non linéaire, repensée pour le numérique. » Depuis quinze ans, la petite maison d’édition rhodanienne Mnémos s’est fait un nom dans ALABAMA BLUES le monde de la littérature de l’imaginaire. Aujourd’hui, avec un soutien de 20 000 euros de la Région Rhône-Alpes, elle parie sur le numérique sans pour autant renoncer au livre papier. « Kadath s’inscrit dans une démarche d’exploration du marché du livre numérique, américain notamment car une sortie anglophone est prévue ce printemps », explique l’éditeur. Qui d’ailleurs ne manque pas de projets si le test s’avère concluant. Autre idée lecture pour jeunes accros aux nouvelles technologies : Alabama blues, fruit de la collaboration de l’auteur Maryvonne Rippert et du groupe Les Chics Types. Au fil de la lecture, on peut écouter les mêmes chansons que le héros de l’histoire grâce à des QR codes. Une belle occasion de parfaire sa culture musicale smartphone en main ! Julie Duchamp w www.mnemos.com Kadath, le guide de la cité inconnue, éd. Mnémos, à partir de 15 ans. Disponible sur l’iBookstore d’Apple. w www.alabamablues.fr Alabama blues, éd. Oskar, à partir de 13 ans. Cet ouvrage est disponible en librairie. Le patrimoine industriel sur smartphone C’est une première en France. La Région Rhône-Alpes propose un guide gratuit sur l’histoire de l’industrie d’une ville, à travers ses bâtiments : usines, ateliers, logements… Grâce à l’application géolocalisée « Patrimoine industriel de Lyon », chacun peut se documenter, au gré d’une promenade. Pour les enfants, deux parcours ludiques, avec des questions et des bonus à gagner, sont offerts ; pour les adultes, des informations scientifiques permettent d’approfondir ses connaissances. Automobile, cinéma, métallurgie, textile, agroalimentaire, santé… Les activités qui se sont développées depuis le 19 e siècle et ont contribué au rayonnement économique du territoire n’auront bientôt plus de secret pour les mobinautes. Disponible gratuitement sur l’AppStore d’Apple et Google Play pour Androïd. w http://patrimoine-industrielrhone-alpes.in-situ-concept.fr Patrimoine industriel de Lyon digg Eric Dessert/RRA muilmi — — Le tableau Marc Chatelain Dishonored à Le jeu vidéo d’Arkane studios, basée à Lyon, est un succès commercial. D ifficile de connaître les chiffres de vente de Dishonored, le nouveau jeu vidéo d’Arkane Studios, entreprise lyonnaise de création. « Je peux juste vous dire qu’il se vend très bien, confie Romuald Capron, pilote du projet. Il a été extrêmement bien reçu partout. En douze ans d’existence, c’était le jeu qu’on avait le plus envie de faire. » Un tel succès ne doit rien au hasard. Lancé dès 2009, le projet a mis trois ans à aboutir, depuis la phase du concept jusqu’à celle des derniers débugages. Entre-temps, dans une ville sombre inspirée de Londres au XIX e siècle, les magiciens d’Arkane ont imaginé l’histoire de Corvo, ancien garde du corps de l’impératrice, incarcéré – à tort ? – pour le meurtre de cette dernière. Le but de Corvo est simple : déjouer le complot qui l’accable. « Sauf, lance Romuald Capron, qu’il n’y a pas qu’une histoire mais de multiples choix, stratégiques et psychologiques, pour arriver à des fins elles aussi très variées. » Chaque détail visuel est modelé et remodelé. Et chaque détail scénaristique est soigné pour laisser libre cours à l’inventivité du joueur. Corvo, c’est vous ! Florence Roux w www.arkane-studios.com
N°28/printemps 2013 15 interactif entre au lycée unif Au lycée Simone-Weil de Saint-Priest-en-Jarez, dans la Loire, les cours s’enrichissent grâce à un Espace numérique de travail. L’outil sera étendu progressivement à tous les lycées de la région. Un nouveau magazine d’informations tout en BD Finies les démonstrations à la craie. Place au vidéoprojecteur intéractif ! l’honneur Bon, reprenons l’exercice commencé la dernière fois ». Proposé aux élèves de 1 re du lycée Simone-Weil de Saint-Priest-en- Jarez, dans la Loire, l’exercice en question est des plus classiques. Ce qui l’est moins, c’est que le professeur de maths, Philippe Michel, n’a pas besoin de réécrire l’énoncé à la craie : en deux clics sur son ordinateur portable, il ouvre le manuel numérique et le fait apparaître sur un écran de 4 m², grâce à un vidéoprojecteur interactif. Si Axel, appelé « au tableau », hésite encore un peu avant de trouver l’outil « gomme », sa camarade Annabelle a déjà tout de l’élève 2.0 ! En fin de cours, Philippe Michel enregistre leurs démonstrations dans un fichier qu’il met à disposition dans l’Espace numérique de travail (ENT). Depuis leur domicile, les élèves pourront, grâce à leur identifiant, le revoir, mais aussi consulter leur cahier de textes, télécharger une carte enregistrée par le professeur de géographie ou aller tchater sur le blog de sport. Le lycée Simone-Weil, l’un des 34 établissements pilotes, est le premier à l’utiliser à 100% depuis la rentrée 2012. Un an avant que les 268 lycées publics de Rhône-Alpes ne soient connectés. Certains enseignants, comme Nadine Sanguedolce, sont « encore un peu néophytes » et bataillent avec les inévitables bugs. D’autres s’enthousiasment : « Ce matin, grâce aux abonnements à des sites de ressources, j’ai trouvé, pendant mon cours, des actualités de l’époque de la guerre du Vietnam, témoigne Christophe Graillon, professeur d’histoire. C’est formidable ! Ces trois minutes ont permis une pause et intéressé les élèves. » Petit à petit, l’enseignant va aussi apprendre, – grâce à Philippe Michel, référent informatique –, à utiliser l’application de création de contenus multimédias. En cas de difficulté avec un élève, il peut, toujours via l’ENT, lui envoyer un mail ainsi qu’à ses parents. Ces derniers ont la possibilité de consulter les notes de leur enfant dès la fin du conseil de classe, ainsi que ses retards et absences… Ce qui n’est pas le point le plus apprécié des jeunes ! Véronique Vigne-Lepage Arkane Studios/A Zenimaux Media Company Internet monte en puissance à Grenoble Selon le baromètre TIC (technologies de l’information et de la communication) réalisé en 2012, 71% des foyers rhônalpins et 75% des entreprises sont connectés à Internet. La majorité d’entre eux ignore que la qualité d’accès au réseau et la rapidité des échanges sont liées à l’existence de « nœuds d’échanges », encore appelés GIX pour Global Internet Exchange. Fin janvier, après Lyon, Saint-Étienne et Valence, l’association Rezopole a inauguré GrenoblIX, une nouvelle infrastructure en Isère. Jusqu’ici, les données numériques passaient par un GIX parisien pour relier les expéditeurs grenoblois au reste du monde. Désormais, elles transiteront à proximité, plus vite et en plus grande quantité. « Parmi les critères d’implantation des entreprises, l’accès au numérique est plus décisif que l’accès aux infrastructures de transport », indique Philippe Duby, le président de Rezopole. La Fédération des industries électriques, électroniques et de communication estime qu’une augmentation de 10% de la pénétration du très haut débit se traduit par un point de croissance du PIB. Les nœuds d’échanges de Rezopole sont ouverts à tous : opérateurs, fournisseurs d’accès Internet, sociétés de services, grands comptes, collectivités locales, associations… w www.grenoblix.net et www.rezopole.net Maëlle Schaller « La bande dessinée est le meilleur moyen de décrypter le monde. Car cette forme de langage est évidente et accessible à tous », explique Olivier Jouvray, le scénariste de la BD Lincoln, installé à Lyon. L’auteur prépare un nouveau magazine de reportages et de documentaires, dont le premier numéro, de 250 pages, est annoncé pour septembre 2013. Trimestrielle, La Revue dessinée aura la particularité d’être réalisée entièrement sous forme de bande dessinée et de ne contenir aucune publicité à la manière de la revue XXI. À l’origine du projet, six associés : Franck Bourgeron, Sylvain Ricard, Kris, David Servenay, Virginie Ollagnier et Olivier Jouvray. Tous naviguent depuis longtemps dans l’univers de la bande dessinée ou de l’édition. Ils en sont convaincus : les auteurs de BD peuvent sortir de la fiction et apporter un regard différent aux lecteurs, les éclairer sur l’évolution du monde. Au sommaire de ce premier numéro, le reportage de Christian Caillaux, parti jusqu’aux îles Kerguelen aux côtés des moussaillons de la marine française sur la frégate Floréal ; les impressions d’Emmanuel Lepage, de retour de Fukushima ; de l’histoire, aussi, avec Étienne Davodeau et Benoît Collombat qui reviennent sur les assassinats politiques des années 1970 en France. Olivier Jouvray lance une chronique consacrée aux technologies de l’information : la première dévoile les dessous de la vidéosurveillance. Basée sur un partenariat avec la maison d’édition Futuropolis, et grâce à des investisseurs privés, La Revue dessinée sortira chez les libraires pour environ 15 euros. Elle sera aussi disponible pour 6 euros en téléchargeant l’appli sur AppStore. « Dans un premier temps, nous ne proposerons La Revue qu’aux utilisateurs d’iPad et d’iPhone », déplore Olivier Jouvray. Nous attendons un premier retour d’expérience. » Laurence Tournecuillert w Pour soutenir la création de La Revue dessinée, les amateurs de BD ou de presse peuvent déjà précommander les premiers numéros sur www.larevuedessinee.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :