[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°23 déc 11/jan-fév 2012
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°23 déc 11/jan-fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de déc 11/jan-fév 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (275 x 355) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : énergie... le virage est pris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
• 2 N°23/hiver 2011 Édito Énergie : le virage Christelle Viviant Jean-Jack Queyranne Président de la Région Rhône-Alpes Rassemblons nos énergies ! Selon les experts, les réserves de pétrole ont atteint le pic de production. Ils s’accordent à estimer qu’elles seront épuisées à un horizon de 50 à 100 ans. Le gaz et le charbon auraient une durée de vie plus longue mais les ressources se raréfient aussi. Or ces trois combustibles fossiles assurent à eux seuls 80% de la production totale d’énergie et contribuent activement au réchauffement de la planète par l’émanation de dioxyde de carbone. Entre inquiétude et culpabilité, chacun d’entre nous voit les coûts de l’énergie peser de plus en plus sur son budget. Certaines familles se privent même de chau ffage en hiver, faute de pouvoir régler la note. La raréfaction de la ressource alourdira encore la facture et risque d’accentuer les tensions internationales. Nous ne pouvons laisser se développer de nouvelles inégalités et devons agir contre le réchauffement de la planète. Il nous faut donc changer, ouvrir une nouvelle ère, entrer dans l’économie décarbonée. Commençons par la sobriété, l’efficacité, les économies d’énergie dans les transports avec les TER et le bâtiment. Nous avons aussi là des gisements pour « Des gisements pour les emplois de demain » les emplois de demain. Ouvrons largement la voie aux énergies renouvelables. Elles sont les énergies de l’avenir. En Rhône-Alpes, première région pour le solaire thermique, cette conversion est déjà bien amorcée. À l’Ines, l’Institut national de l’énergie solaire installé au Bourget-du-Lac, plus de 300 chercheurs travaillent à développer les nouvelles techniques et toute la filière. La Région accompagne aussi les projets de développement des entreprises. Elles ont souffert du moratoire sur le photovoltaïque imposé par l’État et d’une politique chaotique qui nous place loin d’autres pays européens pourtant moins ensoleillés. Rhône-Alpes dispose aussi d’un formidable atout dans le bois énergie, mais aussi l’éolien et la méthanisation. Ces filières émergent doucement mais sûrement et participent au développement des territoires. La rareté et la contrainte ne sont pas toujours des handicaps. Elles peuvent être créatrices de richesse. Ce sont ces voies nouvelles que nous vous proposons d’explorer. Plus de huit Français sur dix se sentent concernés par les problèmes d’environnement. Une majorité (53%) se déclare « très sensible » à l’avenir de la planète, contre 41% l’an dernier. Cette évolution, étonnante en période de crise, a été analysée par le Crédoc, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie. Les Français seraient même les plus soucieux de la protection de la planète en Europe. Réelle inquiétude ou nécessité ? Le consommateur l’emporte souvent sur le citoyen. Selon un sondage du CSA, le prix reste le premier critère de choix d’une énergie, à 62%, devant son impact environnemental (57%). Les déplacements échappent à cette logique : une grande majorité d’automobilistes constatent que la voiture coûte plus cher. Mais ils n’ont ni alternative, ni envie de s’en passer. Moins de 40% affirment être prêts à emprunter des transports en commun plus proches, plus nombreux, moins chers. La raréfaction des énergies fossiles renchérit leur coût. Les économistes estiment que l’électricité augmentera de 4 à 5% par an jusqu’en 2050. Pétrole et gaz, ressources plus lointaines, suivent des courbes similaires. Or 8% de la population est déjà en situation de précarité énergétique malgré des prix de l’électricité inférieurs de 30% par rapport à nos voisins européens. Il nous faut donc amorcer la transition. En Rhône-Alpes, le changement est en marche. Dans les têtes et dans les faits. Ce numéro « énergies et climat » prouve l’implication des Rhônalpins : le concours des « Familles à énergie positive », lancé en Haute- Savoie, a essaimé dans toute la région. Il connaît un succès étonnant et montre des ménages heureux de leur frugalité. Les Rhônalpins plébiscitent les énergies renouvelables. Certains vont jusqu’à s’organiser en centrales villageoises pour produire localement et gérer leur indépendance. Malgré le coup de massue du moratoire, le solaire continue de rayonner avec l’Ines, des entreprises exportent leur savoir-faire et de nombreuses collectivités ont entamé des programmes de chauffage au bois ou d’isolation thermique. L’institution régionale donne l’exemple dans les lycées, sur ses bâtiments et dans ses actions, notamment dans le transport. Elle a aussi invité 35 citoyens à réfléchir sur la question du réchauffement climatique. Certaines de leurs conclusions sont radicales : ils souhaitent, par exemple, l’interdiction des voitures en centre-ville ! La Rédaction Plus d’infos : w « Environnement : des bonnes intentions aux bonnes pratiques », de Régis Bigot et Sandra Hoibian, lettre du Crédoc. www.credoc.fr w Sondage CSA réalisé par téléphone les 7 et 8 avril 2011 auprès de 1004 personnes âgées de 18 ans et plus, d’après la méthode des quotas. w Commissariat général au développement durable, lettre n°153, ministère de l’Écologie. Sommaire P.4 Pourquoi la Terre se réchauffe Une couverture neigeuse en baisse de 10%, le glacier des Bossons qui a reculé de 600 mètres depuis 1982… Le réchauffement climatique est palpable en Rhône-Alpes. Pour comprendre son origine et les moyens de lutter, entretien avec Marie- Antoinette Mélières, physicienne et climatologue à Grenoble. P.7 Des Drômois veulent se doter d’une centrale solaire L’énergie solaire fait des émules dans la Drôme. Un projet de centrale villageoise est à l’étude à Plan-de-Baix, les habitants de la Gervanne pourraient en profiter. Reste que le montage d’une centrale solaire est complexe, sur le plan technique et juridique.
AhânAIpeF, ■ N°23/hiver 2011 3 est pris Jean-Paul Bajard P.12 A la découverte des familles à énergie positive Initié en Haute-Savoie, le concours des « Familles à énergie positive en Rhône-Alpes » est ouvert aux foyers rhônalpins jusqu’au 30 avril. Rencontre, étonnante, avec les participants de la précédente édition : militants, méticuleux, zen et courageux. P.16 Face au changement climatique, les citoyens s’impliquent Les habitants de la région observent le changement climatique. Mais ils sont surtout, lycéens en tête, de plus en plus investis pour inverser la tendance. La Région multiplie les initiatives, notamment avec son plan Climat et le Schéma régional Climat Air Energie. P.18 2012, année rousseau Créations musicales, balades, expositions, débats… Dès janvier 2012, la région Rhône-Alpes célèbre le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. Si l’immense philosophe est bien né à Genève, il a sillonné la région durant seize ans… Il y a trouvé inspiration et amour. BeNoîT LecLAir, vice-président à l’énergie et au climat D’abord maîtriser la demande d’énergie Sans une politique volontariste, nous ne parviendrons pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. Le plan Climat de la Région Rhône-Alpes a un objectif très exigeant : diminuer nos émissions de 80% d’ici 2050. Pour cela, il faut réduire notre consommation énergétique de moitié dans le même délai : l’efficacité et la sobriété sont dès aujourd’hui les maîtres mots de nos politiques énergétiques avec les énergies renouvelables. Le bâtiment et les transports sont les secteurs les plus gourmands en énergie mais aussi les plus émetteurs de gaz carbonique. Les transports représentent à eux seuls près de 27% des émissions et leur part ne cesse d’augmenter depuis vingt ans. Si nous voulons diminuer l’impact de nos déplacements, il faut des choix forts : réduire les transports inutiles et cesser de construire routes et autoroutes ; favoriser le mode ferroviaire et les modes doux comme le vélo, développer les transports en commun ; mais aussi, relocaliser une partie de l’économie comme l’agriculture. Vis-à-vis du bâtiment, il est indispensable de lancer un grand chantier européen pour isoler tous les logements et les bâtiments tertiaires au niveau « BBC » avant 2050. Nous aurons besoin de réglementations et d’une fiscalité nouvelle pour y parvenir.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :