[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°23 déc 11/jan-fév 2012
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°23 déc 11/jan-fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de déc 11/jan-fév 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (275 x 355) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : énergie... le virage est pris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 N°23/HIVER 2011 Les économies d’énergie... en pratiqUe Pour bénéficier de conseils gratuits et personnalisés, contactez l’espace Info Énergie à proximité de votre domicile. AIN Hélianthe 102, bd Édouard- Herriot, 01008 Bourg-en-Bresse Tél. : 04 74 45 16 46 ARDÈCHE Polénergie 39, rue Jean-Mermoz 07200 Aubenas Tél. : 04 75 35 87 34 DRÔME Ceder 15, av. Paul-Laurens 26110 Nyons Tél. : 04 75 26 22 53 Adil 44, rue Faventines 26010 Valence Tél. : 04 75 79 04 04 ISÈRE Ageden 34, av. de l’Europe Bât. A, Le Trident 38100 Grenoble Tél. : 04 76 23 53 50 Alec 4, rue Voltaire 38000 Grenoble Tél. : 04 76 00 19 09 LOIRE Heliose 5, av. Albert-Raimond 42270 Saint-Priesten-Jarez Tél. : 04 77 31 61 16 Latere Dédiée aux collectivités et aux entreprises 9, rue Émile-Combes 42000 Saint-Étienne Tél. : 04 77 42 65 10 RHÔNE Hespul 114, bd du 11 novembre 1918 69100 Villeurbanne Tél. : 04 37 47 80 90 Ale 8, rue Béranger 69006 Lyon Tél. : 04 37 48 25 90 SAVOIE Asder Maison des Énergies, 562, av. du Grand Ariètaz 73000 Chambéry Tél. : 04 79 85 88 50 HAUTE-SAVOIE Prioriterre 3, rue René-Dumont 74960 Meythet Tél. : 04 50 67 17 54 Jean-Paul Bajard Des conseils gratuits pour tous Les espaces Info Énergie de Rhône-Alpes sont depuis plus de dix ans à la disposition du public pour guider, gratuitement, ses choix d’énergie. Sans jamais décider à sa place. « D Marc Chatelain Océane Gaborit, chargée de l’information du public chez Hélianthe dans l’Ain. ois-je mettre du triple vitrage sur toutes mes fenêtres pour obtenir une isolation maximale ? », « Où puis-je trouver des spécialistes de la pose de panneaux solaires ? » « Puis-je cumuler un éco-prêt à taux zéro et un crédit d’impôts ? ». Ces questions, les conseillers des onze espaces Info Énergie de la région Rhône- Alpes en reçoivent régulièrement. « Nous pouvons répondre en quelques minutes par téléphone, explique Antoine Pégard, conseiller à l’espace Info Énergie Hélianthe, dans l’Ain. S’il s’agit d’étudier un projet précis, nous accueillons le public dans nos locaux. » Ce lundi, à Bourg-en-Bresse, le conseiller reçoit un habitant de Montréal-la-Cluse, qui a pris rendez-vous deux semaines plus tôt. Venu avec les plans de sa future maison en bois de 130 m², Mathieu Bigot est encore en réflexion sur un point : « J’hésite à la labelliser BBC, bâtiment basse consommation », dit-il. Pour ce particulier, l’intérêt de la démarche est double : réduire la facture énergétique et bénéficier de l’impact positif du label lors de la revente. Mais le surcoût est déterminant : « Je ne peux pas dépasser mon enveloppe de 190 000 euros, précise-t-il. Comme je sais que les critères varient d’une région à l’autre en fonction du climat et de l’altitude, je préfère bien cibler ma demande avant de m’engager dans des études thermiques, chères mais obligatoires. » Antoine Pégard lui remet une plaquette présentant différents exemples de BBC construits en Rhône-Alpes et lui indique le palier de consommation à ne pas dépasser, en fonction de l’altitude de sa future maison, 480 m : 65 kWh par m² et par an. Le chèque énergie de la Région pour le chauffage Formation des artisans Une entreprise bien cHarpentée Quand on construit une crèche, une salle de sport, un établissement pour personnes âgées ou une maison à ossature bois, rien ne doit être laissé au hasard sur le plan énergétique. Jean-Yves Libercier en est conscient. Cet artisan, charpentier de métier, est particulièrement attentif à la formation régulière de sa quinzaine de salariés : « On a tout à y gagner surtout quand on construit en bois. » Il en veut pour preuve la pose des films d’étanchéité à l’air : « On peut gâcher tout le travail fait en amont si on n’est pas assez vigilant lors de leur mise en place. » Toute l’entreprise est concernée par cette remise à niveau permanente. Ainsi, l’ingénieur de son bureau d’études vient de participer à un stage sur les nouvelles normes sismiques. Jean-Yves Libercier est aussi attentif au programme des « 5 à 7 de l’éco-construction » concocté par Inter Forêt-Bois, l’association de la filière bois de la Loire. Ces conférences permettent, en deux heures en fin de journée, d’actualiser ses connaissances. „plank. Antoine r Pégard, conseiller Info Energie reçoit Mathieu• L’un des derniers thèmes abordés : la qualité de l’air et les matériaux de construction. Pour impliquer encore plus ses ouvriers, charpentiers, couvreurs, zingueurs, Jean-Yves Libercier tient à les associer à la dernière phase de travail du bureau d’études, histoire de les sensibiliser aux « aspects délicats de certains travaux à venir » et de les alerter sur certaines difficultés auxquelles ils seront confrontés sur le chantier. Cette attention portée au moindre détail est indispensable avec les nouvelles normes techniques : elles ne souffrent aucune improvisation, sous peine, par exemple, de compromettre la réussite aux tests d’étanchéité à l’air et la bonne isolation thermique d’une construction. V.C. Bigot qui veut faire construire une maison en bois. Ensemble, ils passent en revue les ouvertures, l’isolation de la toiture et des murs : « J’ai prévu une épaisseur de 300 mm dont 200 d’isolation en laine de roche », indique Mathieu Bigot. Si le produit choisi affiche de bonnes performances d’isolation hivernale, Antoine Pégard prévient son interlocuteur du risque de surchauffe l’été : « Il existe d’autres matériaux à fort déphasage thermique, avec lesquels la chaleur du rayonnement solaire met plus de temps à atteindre l’intérieur. » Un argument de confort qui ne laisse pas insensible Mathieu Bigot. « Ça me fait réfléchir, effectivement, mais j’attendrai mes derniers devis pour me décider. » Professionnel du bâtiment, il n’aura pas de mal à les interpréter, mais les conseillers des espaces Info Énergie sont souvent amenés à analyser avec les particuliers les propositions chiffrées de leurs artisans. Totalement indépendants, les espaces n’ont d’autre intérêt que d’informer. Mathieu Bigot repart rassuré. « Dans l’ensemble, j’ai fait les bons choix d’équipements et matériaux ». Avec, en prime, une bonne surprise : il pourra cumuler son éco-prêt de primoaccédant avec un crédit d’impôt de 22% pour sa pompe à chaleur. D’autres pourront se voir conforter leur projet d’investissement dans un chauffage solaire ou au bois, grâce au « chèque énergie » de la Région Rhône-Alpes. Chantal Féminier w En savoir plus : Inter Forêt-Bois 42, espace Fauriel, 35, rue Pontchardier à Saint-Étienne, Tél. : 04 77 49 25 60 ■ Marc Chatelain Hervé Hugues
... dans le bâtiment et les transports.. 11_1111 ! 14e% we.717.•'-7.9.,..."..vr..4.•. -,4J.If"61.1.71,1-..•,..f... ir-'F. : •:'f• _Pi.1 : • y,'ii—eark-r• "•'t...4,..", +i.."•. " 4‘L.:7253 """'. r fi*.-"bli'7.. 41.2. 7%:. : 1 ! : 02ftc.ir.. -n...'-.'m'..ii.m "..ni'1• 6 ; •'."..-.2 01 - -..•. i -7.-4-•'.6•191et -e•..'-'.11,..'E7iri 1.".-4.,.2% it.‘il.'.•"40 zio-r'il toliihx "'..4 41g,., i_.,. : 4..r•... ; X"74-41. 6.,ell'•. tn7-.- 111p-•. - "'94 PE•te•. : 4...2zallr"..IJ•... t'-..e.4..•.,...71... - "Irallin—J1111-6'.—TP_Zilliamairriationt1-1 Mur-Mur aide les copropriétés à s’isoler Dans l’agglomération grenobloise, jusqu’en 2013, le programme Mur-Mur épaulera 5 000 copropriétaires pour la rénovation thermique de leur bâtiment. « N ous avions prévu un ravalement dès 2007. La campagne Mur-Mur est tombée à pic. Elle nous permet d’isoler les façades et le toit, avec une aide d’au moins 30%. » Jean Villacreces est ravi. Président d’un conseil syndical à Pont-de-Claix, son immeuble de quatre étages est l’un des premiers à bénéficier du dispositif Mur-Mur, lancé en 2010 par la Métro de Grenoble pour isoler les copropriétés construites entre 1945 et 1975. « Elles sont les plus énergivores, commente Chloé Crouzet, chargée du dossier à la Métro. Elles représentent les trois quarts des logements de notre agglomération. » Le programme prévoit trois bouquets d’aide : 15% des travaux pour l’isolation de la façade, 30% si l’on ajoute celle de la toiture et du plancher, 45% quand on installe aussi des menuiseries et une ventilation. Voire, pour les propriétaires les plus modestes, des soutiens individuels complémentaires. Ainsi, à Pont-de-Claix, la moitié des 66 copropriétaires a touché jusqu’à 70% du montant des travaux. En amont, le dispositif propose un diagnostic énergétique réalisé par l’Agence locale de l’énergie et un accompagnement par le Pact. 7 000 propriétaires sont déjà inscrits et 1 700 sont sur liste d’attente. L’objectif à terme est ambitieux : réaliser 22 millions d’euros de travaux pour réduire de 3200 tonnes les émissions de CO 2 par an, en s’appuyant sur un large partenariat, de la Métro, aux communes, en passant par l’Anah, l’Ademe ou la Région, sans oublier des fournisseurs d’énergie, comme Gaz et électricité de Grenoble ou la Compagnie de chauffage. Florence Roux w Plus d’infos : www.lametro.fr JF Francillon/ville de Grenoble P• déplacements La Star Ac’des Roannais Frédérick Arno a gagné au jeu de téléréalité organisé par l’agglomération roannaise : le défi consistait à se passer de sa voiture pour se déplacer. Jean-Paul Bajard C’est « une semaine de folie » qu’a vécue Frédérick Arno. Du 19 au 23 septembre, il a été l’un des cinq candidats d’un jeu de téléréalité écocitoyen organisé par la communauté d’agglomération de Roanne et le réseau de transports urbains local. Le défi à relever : ne pas utiliser de voiture pour se déplacer, mais des modes plus doux comme le vélo, la marche à pied, le covoiturage ou le bus. Un vrai pari pour cet artiste de variétés, créateur de spectacles de cabaret. Météo aidant, il a troqué le volant pour le guidon d’une bicyclette qu’il venait d’acheter. Il a appris à connaître les bus de la Star, la société de transport roannaise : « La dernière fois que j’en avais pris, c’était avec ma grand-mère quand j’étais gamin. » Résultat : un bilan allégé en carbone et une bonne pub pour les transports urbains qui ont animé les débuts de soirée de la web-TV roannaise. Distingué par les internautes qui étaient appelés à départager les candidats, Frédérick Arno a aussi fait le bonheur de deux associations, la Source et Rev’Ado, qui organisent des week-ends chantants écoresponsables. Au répertoire de ces deux groupes vocaux : des transports collectifs et du covoiturage, une sensibilisation à l’environnement, une communication essentiellement par Internet. Avec ce jeu, le Grand Roanne a montré un autre visage du développement durable : l’agglomération va lancer une consultation citoyenne pour réfléchir aux principes d’un nouveau réseau de transports urbains à partir de 2013. V.C. des sites d’aUtopartage Il existe plusieurs stations du réseau France Autopartage en Rhône-Alpes. Les coordonnées : w à Grenoble : www.alpes-autopartage.fr w à Lyon : www.autolib.fr/autolib/w à Annecy et Chambéry : www.carliberte.com car2go, l’aUtopartage à l’allemande Les Lyonnais seront les premiers Français à découvrir le concept d’autopartage Car2Go, développé avec succès en Allemagne par Daimler. Associé à Europcar, il mettra en location 200 Smart hybrides début 2012 : les véhicules pourront être pris et laissés en tout point de la ville. N°23/HIVER 2011 11 innovation De l’hydrogène stocké en galette Pascal Mauberger et la galette d’hydrogène de McPhy Energy. D es galettes noires de trente centimètres de diamètre. À regarder les disques fabriqués par McPhy Energy, on s’interroge sur leur potentiel énergétique. Ces pastilles d’hydrure de magnésium et de graphite fonctionnent comme une éponge. Elles absorbent l’énergie produite par une éolienne ou une centrale solaire et la restituent en produisant de l’hydrogène par électrolyse. Ce procédé de stockage d’énergie renouvelable, unique au monde, a été mis au point par un laboratoire grenoblois du CNRS : il a cédé une licence exclusive à la société McPhy Energy, chargée d’industrialiser cette technologie. Ces galettes sont produites à La Motte-Fanjas dans la Drôme. Pour avoir les moyens de fabriquer des prototypes, McPhy a ouvert son capital à des investisseurs privés, dont Areva. « L’hydrogène est un très bon vecteur, explique Pascal Mauberger, président du directoire de l’entreprise drômoise qui emploie trente personnes. Un kilogramme d’hydrogène libère trois fois plus d’énergie qu’un litre de gazole. L’utilisation de l’hydrure de magnésium a résolu le problème de la compression, on peut stocker l’hydrogène à basse pression. » Avec ses réservoirs stationnaires, McPhy Energy vise les marchés de l’hydrogène industriel, de la pétrochimie, du traitement des métaux, de l’hydrogénation des huiles, de la fabrication de margarine par exemple. Autre débouché majeur : les énergies renouvelables. Concentré d’énergie, l’hydrogène facilite leur stockage et leur valorisation. Pour une maison, un réservoir de 500 g d’hydrogène devrait suffire. En toute sécurité et sans émettre de carbone. En Sardaigne, Enel envisage de remplacer des générateurs diesel alimentés par hélicoptère par des réservoirs d’hydrogène. Des solutions sont aussi à l’étude pour les transports. Des stations-service où l’on ferait le plein d’hydrogène pourraient être ouvertes. Des recherches sont menées pour concevoir des piles à combustible couplées à cette technologie. Juan Robert Vincent Charbonnier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :