[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°2 mai/jun/jui 2006
[Rhône-Alpes] Rhône-Alpes n°2 mai/jun/jui 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mai/jun/jui 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Régional de Rhône-Alpes

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'écorégion en marche en Rhône-Aples.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 RhôneAlpes Été 2006 Portrait Ce mercredi, au port Rambaud, à Lyon, où ils font le plein de fuel, ils croisent Patrice Carpentier, batelier comme eux, qui a reproduit au 1/50 e leur embarcation. « Ses formes, son architecture, son équipement m’ont plu, commente ce dernier, tandis qu’Annie filme la maquette sous toutes ses coutures. C’est un bateau typique du Rhône. » Patrice Touzelet ajoute : « Un modèle unique fabriqué en 1956 pour la Compagnie nationale du Rhône.Aujourd’hui,malheureusement,on ne construit plus de bateaux en France. » En dépit de son demi-siècle, la Macarena a fière allure sur les eaux du Rhône où elle file à 15 km/h, les flancs chargés de colza, en direction du port « On voit arriver beaucoup de jeunes… Pour eux, le Rhône, c’est l’eldorado, le soleil, le beau temps… Parfois, ils déchantent. » La vie de bateau Annie et Patrice Touzelet naviguent sur le Rhône depuis vingt-cinq ans, transportant de la Bourgogne à la Méditerranée, et inversement, des tonnes de céréales ou de charbon. Ce qui me plaît sur un bateau ? Avoir toujours un horizon différent… » Née à terre en Saône-et-Loire, « sur la route des vins », Annie Touzelet a épousé la batellerie en même temps que son mari. À 53 ans, elle ne regrette pas sa vie de matelot. « Moi, j’amarre, Patrice conduit car lui a le permis.C’est le capitaine. » Quand elle l’a connu, elle était laborantine à Chalon. « Une fille « de bateau » fréquentait un garçon « d’à terre », explique-t-elle. Patrice faisait partie de leur groupe. Ma cousine aussi. Un jour, ils m’ont demandé de les emmener au bal. Et voilà… Ensuite, chaque fois que j’avais des vacances, j’allais le rejoindre. Puis on s’est mariés… » C’est ainsi qu’à 25 ans, en 1978, Annie embarque pour le meilleur et pour le pire sur le bateau de celui dont elle partage la vie depuis, 24 heures sur 24. Au début, leur union ne fait pas que des heureux : « Quand j’ai annoncé mon choix à mes parents, je me souviens que la porte de la cuisine a claqué ! À l’époque, beaucoup de rumeurs couraient sur les mariniers : « bagarreurs », « soiffards » … On les accusait même de séquestrer leur femme ! Mais le lendemain,mes parents étaient calmés.En fait, ils redoutaient surtout mes absences.Au début de notre mariage, on naviguait en Allemagne. Ils savaient que,quand je partais,c’était pour un mois minimum… » Trois ans plus tard, Annie et Patrice achètent la Macarena, un bateau de 74 m de long, deux fois plus grand que le précédent, avec lequel ils sillonnent, depuis, l’axe Saint-Jean-de- Losne (Côte-d’Or)/Méditerranée, via la Saône et le Rhône. 11 mars 1978 Annie et Patrice se marient Juin 1981 Ils achètent la Macarena. L’axe Rhône-Saône devient leur lieu de travail 1er juillet 2006 Ils marient leur fille Ketty, préparatrice en pharmacie, devenue « fille d’à terre » de Sète. « À la descente, on transporte des céréales,à la montée,du charbon », raconte Annie. Partis mardi matin de Chalon, où ils ont chargé leur cargaison, les époux Touzelet ont passé la nuit à l’écluse de Dracé, près de Mâcon, pour être vers 10 heures au port Rambaud. Une petite heure pour s’approvisionner en carburant, et les voilà repartis en direction du sud. À l’écluse de Pierre- Bénite, Annie enfile ses épais gants de caoutchouc pour saisir les cordes d’amarrage à pleines mains. Indispensables. « Même avec,il m’est arrivé de me faire mal. Une fois, je me suis retourné la main… », lâche-t-elle, tout en observant près de la rive une nichée de jeunes cygnes. Dans la timonerie, Patrice aborde tout en douceur l’entrée dans le bassin. Il a de la marge, la Macarena n’est pas le plus gros bateau à fréquenter les sas du Rhône. Mais ce n’est pas non plus un petit calibre : avec sa cale de 42 mètres, il peut transporter jusqu’à 835 tonnes, soit l’équivalent d’une trentaine de camions, et effectue 30 à 35 voyages (allers ou retours) dans l’année. Si le Rhône est loin d’atteindre sa pleine capacité – le trafic pourrait y être cinq fois supérieur –, ce mode de transport doux est cependant en développement. « On voit arriver beaucoup de jeunes, constate Patrice. Nous, avec nos vingt-cinq ans de navigation, on est les plus anciens du fleuve. » Les plus chevronnés aussi. « Pour beaucoup,le Rhône,c’est l’eldorado, le soleil,le beau temps… Parfois,ils déchantent. » Annie confirme : « Quand le mistral souffle et qu’il faut enlever un par un les panneaux de la cale, c’est dur ! » Et sept jours sur sept, le couple ne ménage pas ses efforts « de 5 heures à 21 heures » pour gagner, bon an, mal an, environ un Smic chacun. Mais outre les semaines dictées par les clients, le plus dur fut l’absence d’une vraie vie de famille. Si Annie et Patrice ne se sont guère quittés plus d’une journée depuis leur mariage, il n’en a pas été de même avec leur fille Ketty. « À six ans, elle est allée habiter chez mes parents pour entrer au CP et suivre le cours de ses études. Elle dit que ce sont eux qui l’ont élevée. » Et encore, Ketty n’a pas connu le pensionnat que son père, fils de batelier, a fréquenté. Mais pour les époux Touzelet, une page se tournera bientôt : le 1er juillet, ils marieront Ketty, aujourd’hui âgée de 24 ans. L’occasion, pour une fois, de lâcher la barre pendant quelques semaines… Chantal Féminier
L’eau LA RÉGION VEILLE À LA QUALITÉ ET À LA SÉCURITÉ DE L’EAU ET DES MILIEUX AQUATIQUES Avec 10 000 M 3 d’eau par an et par Rhônalpin, la région est le réservoir de l’Europe. 85% de l’eau destinée à la consommation humaine provient des ressources souterraines. 01 42 69 38 07 26 74 73 RhôneAlpes Été 2006 Le Rhône, qui prend sa source au Mont-Saint- Gothard en Suisse, est un fleuve commun aux huit départements de Rhône-Alpes. 3 INITIATIVE : QUAND UN LAC DEVIENT CHANTIER ÉCOLOGIQUE Le Bourget se conjugue au futur Le lac du Bourget est l’objet d’un vaste chantier écologique, humain et économique : Le Grand Lac. Cet aménagement dantesque intéresse aussi bien les voies de communication que les entreprises, le tourisme ou la culture. « Le développement durable ? On est en plein dedans ! explique Renaud Jalinoux, directeur du Cisalb, le Comité intersyndical d’assainissement du lac du Bourget. Nous incitons, par exemple, les entreprises à prendre conscience qu’il faut accorder une valeur plus importante à leur impact sur leur environnement. L’opération « Peintre propre » en est la parfaite illustration : elle permet d’aider ces professionnels à financer la filière de traitement de leurs déchets. » Le Cisalb multiplie les opérations de sensibilisation auprès de différents publics. Ainsi, les pêcheurs professionnels prélèvent aujourd’hui certaines espèces avec plus de discernement afin d’en permettre le renouvellement. L’action du comité va aussi vers les collectivités, avec, par exemple, la préservation des zones humides comme celles de la Chautagne. Le monde agricole est également concerné : des plaquettes d’information ont été déposées chez les distributeurs de pesticides quant à la dangerosité de certains produits et la meilleure façon de s’en protéger. « Car cela ne sert à rien de dire aux gens ne faites pas ça, il faut avant tout leur expliquer pourquoi ! » Enfin, dernière cible privilégiée : les plus jeunes. « Nous nous sommes dit que pour sensibiliser les parents, il faut s’adresser aux enfants ; nous avons donc mis en place une gamme d’outils pédagogiques, entre autres avec l’aide financière de la Région », continue Renaud Jalinoux. Pour les travaux d’entretien inhérents à sa mission, le Cisalb fait appel à des travailleurs issus de CAT (centres d’aide par le travail).L. D. « Répondre aux besoins de la planète » INTERVIEW Comment définiriez-vous le développement durable ? C’est un projet de développement économique et social permettant de répondre aux besoins de la planète sans la faire exploser. Il y a sur terre aujourd’hui 6,5 milliards d’habitants, dont 4 milliards vivant dans la misère totale. Nous serons 10 milliards dans vingt-cinq ans. Nous sommes donc confrontés à un enjeu de solidarité internationale, sous peine de voir se multiplier les conflits autour des accès à l’énergie, à l’eau, DIDIER JOUVE, vice-président à l’aménagement du territoire et au développement durable mais aussi à un enjeu environnemental – le réchauffement climatique, la pollution, la destruction de la biodiversité – et à un enjeu de gouvernance, les populations devant être associées aux processus de décision. Comment impliquer les habitants ? On peut contribuer au développement durable à l’échelle d’un État, d’une collectivité, d’une entreprise, mais aussi à titre personnel. Chaque citoyen a sa part de responsabilité et sa part de bénéfice. Vivre dans un environnement sain, envoyer ses enfants dans un lycée de qualité, se sentir partie prenante de la vie locale, c’est de la réussite individuelle. Participer au développement durable, c’est contribuer à la construction d’un avenir possible. Pour la Région, où se situe cette participation ? Toutes les grandes délibérations cadres ont été réécrites dans ce sens, ainsi que les contrats territoriaux. Et, au sein même de l’institution, nous avons lancé fin mars une formationsensibilisation au développement durable : 250 des 900 agents sont déjà inscrits et d’autres sont sur liste d’attente ! On est au début d’un vaste mouvement de fond. TÉMOIGNAGE : LE LYCÉE LOUIS-ARMAND FORME AUX MÉTIERS DE L’EAU Un BTS pionnier à Chambéry.ycn Chambéry Anobl¢ Michèle Renault et Pascal Meilleur, enseignants au lycée Louis-Armand Le lycée Louis-Armand à Chambéry a créé, il y a treize ans, le premier BTS Métiers de l’eau en Rhône-Alpes. Il comptait alors parmi les trois pionniers français en la matière. Cette section de 24 élèves est aujourd’hui reconnue nationalement, mais aussi à l’étranger puisque le lycée développe un partenariat avec Karnataka, province indienne jumelée avec la Région Rhône-Alpes. « Nous avons formé des enseignants en Inde et, l’an prochain, nous devrions accueillir des étudiants de ce pays, explique Pascal Meilleur, professeur de la section. Nos élèves, dont certains poursuivront leurs études en licence pro, sont appelés à travailler dans les secteurs de l’assainissement et de l’épuration des eaux usées industrielles ou urbaines, du traitement et de la distribution de l’eau destinée à la consommation, ainsi que dans celui de l’environnement. » DES CONTRATS DE RIVIÈRES POUR MIEUX GÉRER LA RESSOURCE Une soixantaine de contrats de rivières ont été passés dans la Région Rhône- Alpes : ils couvrent 75% du territoire régional. Ces contrats ont pour but de gérer la ressource en eau de manière concertée entre les différents usagers pour éviter les tensions entre eux (prélèvements pour l’agriculture ou l’industrie, activités de loisirs). La reconquête physique et écologique des cours d’eau et zones humides fait également partie des dispositions de la directive cadre sur l’eau. La Région finance aussi des actions d’entretien des milieux aquatiques et participe à la prévention et la gestion des inondations. Contact : d2e@rhonealpes.fr UN PLAN POUR LE FLEUVE RHÔNE Trait d’union entre les huit départements rhônalpins, le Rhône fait l’objet d’un plan interrégional avec Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon. Il prévoit de protéger la ressource, de prévenir les risques environnementaux et d’inondations, de développer le tourisme et les transports fluviaux. Le trafic de marchandises de l’axe Rhône-Saône connaît une croissance continue : la Région aide à l’acquisition de nouveaux automoteurs et de barges porteconteneurs. Ce plan comprend aussi la mise en service d’une véloroute-voie verte du lac Léman à la Méditerranée.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :