[Pays de la Loire] Pays de la Loire n°42 mar/avr 2012
[Pays de la Loire] Pays de la Loire n°42 mar/avr 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de mar/avr 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Région Pays de la Loire

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : Jeux Olympiques... une région dans la course.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Repères DOSSIER n Objectif Londres 2012 La meilleure performance d’Audrey Le Morvan : médaille de bronze par équipe aux JO de Pékin en 2008. 5 e région de France par le nombre d’athlètes médaillés dans les compétitions majeures. 2 e région sportive de France, avec 10 235 associations, 1 023 631 licenciés, soit 29% de la population. 37 athlètes régionaux présélectionnés (à ce jour) aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres. La liste définitive des sélectionnés sera connue en juin. 584 athlètes de haut-niveau, dont 33% de femmes. 370 athlètes et plus de 40 clubs de haut niveau soutenus par la Région. 27 pôles de haut niveau, 7 centres de formation de clubs professionnels. Plus de 350 manifestations sportives dans les Pays de la Loire, dont certaines d’ampleur internationale : les 24 Heures du Mans, le Vendée Globe et la Solidaire du Chocolat, le Jumping international de la Baule… 9,38 M € : budget sport de la Région en 2011, dont 3,6 M € sport pour tous, 3,5 M € sport de haut niveau et 2,2 M € équipements. Magazine bimestriel du Conseil Régional/N°42/Mars-AVRIL 2012 Athlètes pour le plaisir Le sourire quitte rarement les visages d’Audrey Le Morvan et de Sandra Gomis. Un épanouissement qu’elles doivent à la pratique intense du sport. Pongiste et sprinteuse, ces deux athlètes de haut niveau espèrent obtenir leurs places aux JO de Londres. Portraits croisés. Audrey Le Morvan, 24 ans, et Sandra Gomis, 28 ans, pourraient dire que le hasard fait bien les choses. Car ces deux sportives de la région ne savaient rien de leurs disciplines respectives, le tennis de table pour l’une et le 100 m haies pour l’autre, avant de les découvrir lors de manifestations scolaires. À 8 ans, Audrey s’est déjà essayée à la gym, au foot ou à l’athlétisme. Mais pour ces trois sports, elle ne trouve pas sa place et subit parfois les moqueries des autres enfants. Handicapée depuis la naissance - il lui manque l’avant-bras gauche et un doigt à la main droite - elle suit pourtant les conseils de sa mère qui l’incite à faire une activité extrascolaire. Et c’est finalement en CE2, lors d’une initiation au tennis de table, qu’Audrey tombe en amour d’un sport qu’elle n’arrêtera plus de pratiquer. Le déclic à 17 ans Pour Sandra, l’athlétisme et le sport en général n’étaient pas du tout une priorité. Jusqu’à ses 17 ans du moins. Elle pratique le sport à l’école mais n’adhère à aucun club. En 2001 pourtant, lors d’une compétition scolaire à Saint-Nazaire, Robert Lopez, qui deviendra son premier entraîneur, la remarque et lui suggère de persévérer dans le sprint. Elle marque immédiatement les esprits sur le 100 met le 100 m haies, et atteint même, en 2002, les demi-finales lors des championnats du monde junior de Kingston en Jamaïque. Malgré ses atouts, Sandra met du temps à trouver ses marques. Elle arrête l’athlétisme pendant 9 mois en 2004 pour séjourner en Angleterre, y apprendre la langue et changer d’univers. Ce n’est qu’en 2007, lorsqu’elle choisit de ne se consacrer qu’au 100 m haies, qu’elle ne fait qu’une avec son sport.
Aujourd’hui, ce sont deux championnes qui se préparent pour être sélectionnées aux Jeux Olympiques de Londres, l’été prochain. À Nantes, au gymnase Mangin-Beaulieu pour Audrey, à Paris, à l’Insep, pour Sandra, l’entraînement et les stages intensifs sont de rigueur. Emploi du temps aménagé et aides de la Région Des rythmes qu’elles peuvent tenir grâce à des emplois du temps aménagés et des aides financières, de la Région Pays de la Loire en particulier. Bénéficiant d’un contrat de sportive de haut niveau à Pôle emploi, Audrey Le Morvan ne travaille qu’à 60% et jouira d’un congé spécial à partir de fin mars. Sandra Gomis a, quant à elle, mis en suspens son master en management du sport, qu’elle compte bien reprendre à la rentrée prochaine. Mais toutes deux ne pourraient être apaisées sans un retour aux sources régulier. Car si nos deux athlètes conservent un mental d’acier, Un retour aux sources régulier La Région soutient à la fois le sport de haut niveau et la pratique populaire. Explications de Joël Soulard, conseiller régional, membre de la commission Culture, sport, jeunesse, éducation populaire. c’est en grande partie grâce au soutien de leurs familles. Pour elles deux, leur entourage est une force. Elles se réservent donc du temps chaque mois pour aller rejoindre les maisons familiales et respirer l’air de la mer. À Saint-Nazaire, sa ville natale, Sandra s’entoure de sa maman et de ses 7 frères et sœurs. Audrey, elle, retrouve ses parents, son frère et sa sœur, dans leur cocon de Perros-Guirec en Bretagne. Les deux jeunes femmes n’en perdent pas leurs objectifs de performance et de victoire. Pour aller à Londres, Sandra devra passer sous le minimum olympique de 12’85 », et Audrey attendre la décision finale de la fédération handisport en juillet. Mais elles refusent de subir une pression quelconque. Ce qui les guide au quotidien et leur donne envie de se dépasser, c’est le plaisir. Fanny Costes Reportage sur : mag+ magplus.paysdelaloire.fr DOSSIER n Objectif Londres 2012 13 Joël Soulard : « Le sport, une école de la vie » Pourquoi une telle « mobilisation olympique » en Pays de la Loire ? Tout simplement parce que notre région est un grand territoire de sport ! Les Pays de la Loire sont la deuxième région sportive de France, avec un tiers de ses habitants licenciés… sans parler de tous ceux qui pratiquent de manière individuelle. En accompagnant près de 40 athlètes ligériens dans leur préparation olympique, nous poursuivons l’objectif de favoriser l’intégration et le lien social. Le soutien aux athlètes paralympiques, qui figurent au premier rang de nos espoirs de médailles à Londres, en est un symbole. Les meilleures performances de Sandra Gomis : championne de France 100 m haies 2011 et finaliste des championnats d’Europe 2011. Quel est l’objectif de la politique sportive régionale ? Persuadés que le sport est une école de vie qui contribue à la formation et à l’épanouissement de l’individu, nous menons une politique qui privilégie les fonctions sociales et éducatives du sport. Aux côtés des acteurs de terrain, en aidant le fonctionnement et l’équipement des clubs et des fédérations, nous contribuons au développement de l’ensemble des pratiques, ainsi qu’au respect de l’équilibre entre les territoires. Haut niveau et pratique populaire ne s’opposent donc pas ? Surtout pas. Les grands champions et le haut niveau en général font naître des vocations et dynamisent la pratique populaire. En facilitant la préparation de nos athlètes olympiques et paralympiques, la Région des Pays de la Loire souhaite à la fois leur donner les moyens de réaliser de belles performances à Londres et permettre à tous les Ligériens de vibrer, avec eux, à un événement qui est avant tout une grande fête populaire. www.paysdelaloire.fr Fanny Costes



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :