[Pays de la Loire] Pays de la Loire n°35 jan/fév 2011
[Pays de la Loire] Pays de la Loire n°35 jan/fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de jan/fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Région Pays de la Loire

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : maisons de santé... partout, le droit aux soins.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 MIEUX VIVre Innovation et environnement Énergies renouvelables : La plate-forme d’essais en mer du projet Sem-Rev est la première du genre en France et la seconde en Europe. De nombreux industriels ont déjà manifesté leur intérêt pour cet équipement rare et indispensable à l’avenir des énergies marines. Eolien offshore (en pleine mer), fermes houlomotrices (énergie des vagues), parc hydrolien (turbine sous-marine)…­les projets de production d’énergies marines renouvelables ne manquent pas en Pays de­loire. Forte du formidable gisement offert par sa façade maritime, mais aussi grâce à ses multiples compétences industrielles et de recherche, ­ la région est à la pointe dans ce secteur. ( ((En marche l’esprit grand ouvert/n°35/janvier-février 2011 De nombreux industriels se sont positionnés sur ces marchés prometteurs : Alstom avec des parcs hydroliens, DCNS avec des centrales à énergie thermique ou encore STX avec la construction de bateaux dédiés au transport de ces machines… La plupart des initiatives sont encore au stade de prototype et leur concrétisation est souvent soumise au feu vert de l’État. En attendant, la Région poursuit ses efforts pour maintenir cette dynamique. Elle veut pour cela favoriser, à travers le cluster In Energie, la mise en réseau de tous les acteurs. Avec, à la clé, la création de nombreux emplois à court terme (pour la construction, la maintenance…) dans des secteurs fortement touchés par la crise. Bientôt des éoliennes au large de Saint-Nazaire Deux zones avaient été identifiées pour accueillir des parcs éoliens offshores.­la première au large de­saint-Nazaire vient d’être validée par l’État. Pour la seconde, près de l’île d’Yeu et de­noirmoutier, ses nombreux soutiens sont inquiets, ­ le gouvernement pourrait ne pas la retenir. Les éoliennes flottantes à l’essai La région s’est portée candidate pour accueillir une plate-forme d’essais en mer d’éoliennes flottantes (projet­sem-reef). ­ Six plate-formes de ce type devraient être créées en France. Celle des Pays de la­loire est la plus avancée.­elle pourrait voir le jour sur le même site que la plate-forme d’essais­sem-Rev (énergie des vagues, article ci-contre) et profiter ­ des infrastructures existantes. Une filière de formation en maintenance éolienne au Greta du Mans Une nouvelle filière de formation en maintenance de parc éolien a été mise en place en 2009 au­mans. Pour l’instant destinée aux éoliennes terrestres, elle devrait bientôt s’ouvrir à l’offshore. Des laboratoires de recherche à la pointe Les acteurs académiques, industriels et institutionnels se mobilisent pour la création de l’institut de recherche technologique, ­ l’irt­Jules­vernes, autour des matériaux avancés (composites, métalliques et structures hybrides).­une candidature commune a été déposée en réponse à l’appel à projet de l’État. Mouslim/Le Bihan - École centrale de Nantes
par vents et marées Dans la vague des énergies marines À première vue, l’ancien bâtiment du conservatoire du littoral, installé dans le parc de Penn-Avel au Croisic, n’a rien d’extraordinaire. Pourtant, c’est ici que se dessine l’avenir d’une filière très prometteuse : les énergies marines renouvelables. En effet, l’École centrale de Nantes y a installé le centre d’analyse de son projet Sem-Rev (1). C’est-à-dire qu’en permanence, de puissants ordinateurs recueillent des données océanographiques et météorologiques transmises par des instruments situés au large. L’objectif est de créer une plate-forme d’essais en mer, qui servira à l’expérimentation de prototypes de production d’énergie renouvelable à partir des vagues. La première du genre en France et seulement la seconde en Europe ! Le site a été identifié à 20 km au large de la pointe du Croisic. Il offre des conditions de vagues idéales et surtout une proximité avec les infrastructures du port de Saint-Nazaire. Les premières bouées qui délimitent la zone ont déjà été installées. Cette piscine géante à vagues naturelles d’1 km 2 devrait bientôt accueillir trois à quatre appareils, qui seront branchés sur une prise sous-marine. Un câble électrique servira ensuite à transporter l’énergie produite (2,5 MW de puissance) jusqu’au réseau de distribution. De nombreux emplois à la clé « En effet, avant d’être industrialisés, les procédés doivent être testés grandeur nature » précise Hakim Mouslim, ingénieur et pilote du projet. Plusieurs industriels sont déjà très intéressés par le projet Sem-Rev. Il ne manque plus que le feu vert de l’État, qui doit délivrer la concession maritime pour avril 2011. « L’enjeu est fort car nous disposons localement de tout les atouts et de toutes les compétences, que ce soit dans les composites, le naval-nautisme ou encore la maintenance pour développer là une véritable filière technologique. » (1) Soutien de la Région : 3 Me à voir sur dailymotion.com/paysdelaloire Mouslim/Le Bihan - École centrale de Nantes 17 L’ancien bâtiment du conservatoire du littoral au Croisic abrite aujourd’hui le centre d’analyse Sem-Rev dédié aux énergies marines renouvelables. Une vocation évidente et des débouchés considérables Les Pays de la Loire sont le seul territoire en France à disposer d’autant d’atouts dans le domaine de l’éolien en mer : des compétences en recherche, une filière industrielle complète, un port spécialisé dans la logistique des grands ensembles, des conditions Mouslim/Le Bihan - École centrale de Nantes Christophe Clergeau Premier ­ vice-président ­ de la Région ­ des Pays de la Loire, ­ en charge ­ du développement ­ économique ­ et de l’innovation. géologiques propices à l’ancrage d’éoliennes au large et le soutien des professionnels de la pêche. Les Pays de la Loire ont donc vocation à être en pointe dans ce secteur, qui offre des débouchés considérables pour les activités industrielles de l’estuaire de la Loire. Notamment, STX France, Alstom, DCNS, les clusters Neopolia et Net-wind fondent de grands espoirs sur cette diversification. La recherche académique se mobilise à leurs côtés pour mener à bien le projet de l’« IRT Jules Verne », un institut de recherche technologique qui permettra d’accélérer cette dynamique. La Région soutient et soutiendra de toutes ses forces ces initiatives, qui concourent à la réalisation de cette belle ambition d’émergence d’une filière porteuse d’avenir pour les Pays de la Loire. www.paysdelaloire.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :