[90] Vivre le Territoire n°99 juin 2009
[90] Vivre le Territoire n°99 juin 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de juin 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil général intervient de multiples manières afin de favoriser le développement touristique du Territoire de Belfort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
SOMMAIRE VIVRE LE TERRITOIRE N°99 3. Édito RSA : fausse réponse à un vrai problème 4. Événement Eurockéennes : le festival cultive sa différence 12. Reportage photo Cap sur le Malsaucy pour les scolaires 14. Micro-trottoir « Quels sont les atouts du Territoire ? » 25. Agenda Zoom sur l’actualité culturelle et sportive > 25 Agenda du mois de juin > 26 et 27 28. Mémoire Le Grand Hôtel du Ballon d’Alsace 29. Jeux Mots emmêlés, échecs et concours 30. Parole des élus Les groupes de l’Assemblée départementale s’expriment 31. Internet Lire, écouter, voir… Les rendez-vous de juin sur www.cg90.fr Pour recevoir gratuitement ce magazine sur cassette audio, écrivez à : Direction de la Communication, Conseil général du Territoire de Belfort, Place de la Révolution française, 90020 Belfort Cedex. Tél. 03 84 90 90 05. Enregistrement réalisé par les donneurs de voix de la Bibliothèque sonore de Belfort, 24 rue Deferre. Permanences les mercredis et samedis de 10 h à 11 h 45. Tél. 03 84 21 01 97 2 VIVRE LE TERRITOIRE N°99 DOSSIER Tourisme, un naturel qui séduit À retrouver en page 15 À retrouver en page 10 À retrouver en page 24 vivre le Territoire• Hôtel du département• Place de la Révolution française• 90020 Belfort Cedex• Tél. : 03 84 90 90 90• Fax : 03 84 57 06 31• Courriel : conseil.general@cg90.fr• Site internet : www.cg90.fr• Directeur de la publication : Yves Ackermann• Directeur de la communication : Serge Tisserand• Rédacteur en chef : Patrick Fitamant• Journalistes : Sophie Denis, Nathalie Gauthier, Christel Jourdan, Olivier Dufour-Houisse, Alexandre Angel, Xavier Laurent• Photographies : Jean-François Lami, Samuel Carnovali, Archives départementales, associations, Territoire de Musiques• Photo de couverture : Samuel Carnovali• Coordination : Alain Poncet• Réalisation : agence@spherepublique.fr• Impression : Schraag• Tirage : 64 000 exemplaires• Dépôt légal n°23-95, ISSN 1259 184 XT. LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT Le Conseil général intervient de multiples manières afin de favoriser le développement touristique du Territoire de Belfort. L’ensemble de ses actions fait du département un écrin naturel et attractif qui séduit les touristes et profite tout au long de l’année à l’ensemble de ses habitants. LE CONSEIL GÉNÉRAL EN ACTIONS 6. Pour rester chez soi en toute sécurité 8. Les boulevards réaménagés plus tôt que prévu 10. Mini-entreprise et grande motivation 11. Des assistantes familiales mieux formées 11. Natura 2000 : la concertation se poursuit LE TERRITOIRE EN ACTIONS 21. Le portage à domicile : plus qu’un repas 22. L’ADAPEI, tout au long de la vie 24. Un salon pour tout savoir 24. L’IUT accueille sa quarantième promotion en 2009
ÉDITO RSA : fausse réponse à un vrai problème Madame, Monsieur, Le Revenu de solidarité active (RSA) est entré en vigueur le 1er juin dernier. C’est un sacré défi que nous a imposé le gouvernement car, très simplement, il ne nous a pas confié les moyens nécessaires pour que sa mise en œuvre se déroule convenablement. Pourtant, une fois de plus, le Département s’est mobilisé, les travailleurs sociaux en première ligne, en partenariat avec la Caisse d’allocations familiales et Pôle emploi, pour que chacun des bénéficiaires puisse accéder à leur nouveau droit. Éliminer la pauvreté ? Dans le Territoire de Belfort, nous sommes critiques visà-vis du RSA. En effet, au-delà de sa mise en œuvre, c’est bien son sens que nous contestons. Il faut rappeler qu’à l’origine, il y avait une idée – juste –, qui consistait en un projet simple mais ambitieux : éliminer la pauvreté. La réponse que nous apporte ce RSA est pour le moins décevante. Le RSA du gouvernement part du principe que la pauvreté est une question de volonté, c’est parce qu’on ne veut pas travailler que l’on est pauvre. Ainsi, il faudrait inciter les gens à travailler en leur donnant un « bonus » ! Or, dans une période de crise telle que nous connaissons, il est aisé de comprendre que ce n’est pas une incitation financière qui, comme par magie, permettra de mobiliser les bénéficiaires dans l’optique d’un accès à un emploi pérenne. Quoi qu’il en soit, on le voit bien au fil des mois, le gouvernement a abdiqué sur cet objectif. Le RSA, c’est aussi ça… Pire, le RSA tel que conçu crée un statut du « travailleur pauvre ». En effet, le revenu complémentaire que constitue le RSA a été pensé comme une manière de faire accepter par les salariés à mi-temps, le fait de ne jamais obtenir un travail à temps plein. Voilà la belle occasion de donner de la flexibilité aux entreprises, et de détourner un dispositif ambitieux de son objectif initial ! Après l’expérimentation du RSA dans 34 départements, il s’est révélé que le coût du dispositif pour qu’il soit efficace s’élevait à 3 milliards d’euros. C’est en fait seulement la moitié de ce montant qui y sera dédié ! Ainsi, pour les Départements, la question du financement se posera dès l’année prochaine, puisque avec un milliard et demi on ne finance qu’une demi-année de RSA. Sans attendre jusque-là, de nombreux bénéficiaires seront très vite déçus de découvrir le montant de leurs droits – pour certains, il sera de l’ordre de 20 ou 30 euros. L’entreprise : la grande muette « La réponse que nous apporte RSA est pour le moins décevante. » Enfin, le RSA n’a aucune exigence envers les entreprises. Pourtant, ce sont elles qui sont le cœur de l’insertion. Et lorsqu’on met en place un dispositif qui vise à sortir des personnes de la pauvreté, il aurait été préférable d’y impliquer les entreprises, comme nous avons su le faire, dans le Territoire de Belfort, avec le Contrat départemental d’accès à l’emploi. Le gouvernement ne semble pas avoir pris la mesure des enjeux que traverse notre pays : renouveau de la solidarité, nécessaire investissement public, redistribution, logement, pouvoir d’achat, etc. Nous appliquerons le RSA parce que la loi nous l’impose. Je crains qu’il ne soit qu’un cautère sur une jambe de bois. Bien à vous, Yves AckermannPrésident du Conseil général du Territoire de Belfort LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU TERRITOIRE DE BELFORT VIVRE LE TERRITOIRE N°99 Yves Ackermannen présence de Denis Clerc, économiste, lors de la rencontredébat sur le Revenu de solidarité active (RSA) qui s’est déroulée au Conseil général. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :