[90] Vivre le Territoire n°81 nov/déc 2006
[90] Vivre le Territoire n°81 nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°81 de nov/déc 2006

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : en se fixant des objectifs particulièrement ambitieux, le Conseil général fait du Territoire de Belfort un département pionnier dans le domaine de l’eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
N o 81• novembre/décembre 2006 LE DOSSIER DE VIVRE LE TERRITOIRE Conseil général du Territoire de Belfort Daniel Lanquetin Conseiller général en charge de l'environnement Place de la révolution française 90020 Belfort cedex Tel : 03 84 90 91 39 Michel Estienne Directeur général adjoint du développement local 39 faubourg de Montbéliard 90 000 belfort Tel : 03 84 90 93 25 VIII
économie le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Emploi Le bout du tunnel en chantiers Avec un taux de chômage à 10,6% (3 e trimestre 2006), la situation de l’emploi dans le département accuse les contre coups d’un contexte national difficile auquel viennent se greffer les crises de l’industrie et de l’automobile. Cependant, l’investissement en faveur de l’emploi mené par le Conseil général devrait permettre à l’économie locale de voir prochainement le bout du tunnel. Entre septembre 2005 et septembre 2006, le taux de chômage en France est passé de 9,8 à 8,8% et selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), l'économie française devrait croître de 2,3% en 2006 et de 2,2% en 2007. Le taux de chômage s'établirait ainsi à 8,7% de la population active fin 2006 et à 8,2% fin 2007. Des perspectives qui seraient réjouissantes si, en parallèle, on n’enregistrait pas une augmentation la baisse du taux de chômage en France se paie au prix fort vivre le Territoire - novembre/décembre 2006 - n o 81 conséquente du nombre d’allocataires du RMI (+2,4% entre juin 2005 et juin 2006). Que s’est-il passé ? Il faut remonter à 2004 et à la réforme de l’Unedic initiée par le Gouvernement pour constater que cette dernière a fait basculer un grand nombre de demandeurs d’emplois vers le Revenu minimum d’insertion, plongeant d’un coup une part de la population au seuil de la pauvreté. Les chiffres du chômage ont certes baissé, mais ceux de la précarité ont grimpé (voir graphique p.19). Les habitants du Territoire de Belfort peuvent en témoigner. Rien qu’en 2004, le nombre d’allocataires du RMI dans le département a augmenté de 16,6%. Il y a les victimes directes, celles et ceux qui ont été poussés hors du régime Unedic vers le RMI et les victimes indirectes, en l’occurrence, l’ensemble des habitants du Territoire. Car, mené parallèlement à la réforme de l’Unedic, l’acte II de la décentralisation a transféré aux Départements la responsabilité pleine et entière du dispositif, l’État laissant au passage chaque année une ardoise conséquente (4,9 M € pour 2006) aux contribuables du Territoire de Belfort. La baisse du taux de chômage se paie au prix fort. Au-delà du contexte national et de ses implications, la vie économique du Territoire de Belfort s’articule autour de ses propres tensions. Avec un taux de chômage de 10,6% (septembre 2006), la situation de l’emploi dans le Territoire reste tendue. Entre 1999 et 2006, ce même taux a grimpé de trois points. Les origines de ces difficultés sont clairement identifiées. Aux conséquences des politiques nationales viennent s’ajouter celles de la crise de l’industrie et celle plus récente du secteur automobile. Si le groupe Alstom se porte mieux, le Territoire accuse encore le coup des plans sociaux qui ont secoué le site belfortain et les difficultés du marché automobile ne vont évidemment pas sans fragiliser le site de Sochaux et la filière automobile locale qui ne recense pas moins de 4500 salariés et une 60aine d’entreprises. Récemment cependant, l’annonce du lancement de la production de la 308 vient redonner un peu de baume au cœur aux entreprises et salariés du secteur. Investissement pour l’emploi Depuis de longues années, le Conseil général soutient l’emploi par un fort investissement dans l’économie locale. En 2006, le Département devrait avoir investi près de 20 millions d’euros soit une hausse de 12,77% par rapport à 2005. Exemples d’investissements : • Contrat-collèges : 4,2 M € /an ; • Entretien et aménagement du réseau routier départemental : 2,5 M € ; • Desserte du Pays sous-vosgien : 2,5 M € ; • Partenariats avec les Communautés de communes et la CAB : 2 M € ; • Engagement dans les zones d’activités : 1 M € ; •Plan de déplacement urbain : 1 M € ; •Développement du réseau de pistes cyclables : 0,8 M €. Par ailleurs avec plus de 25 millions d’euros le Conseil général contribue fortement au financement du TGV Rhin-Rhône. Près de 6000 emplois sont concernés par la création de la LGV (Ligne à grande vitesse) dont 4000 en permanence sur le chantier. 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :