[90] Vivre le Territoire n°78 avr/mai 2006
[90] Vivre le Territoire n°78 avr/mai 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°78 de avr/mai 2006

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : un dossier sur le projet Malsaucy.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
éditorial TGV : vers le bout du tunnel Plus de vingt ans après les premières discussions et les premières ébauches, le TGV Rhin-Rhône va bientôt être réalisé. Conçu en trois branches, Est, Ouest et Sud, le projet final reliera le Nord au Sud de l’Europe en passant par notre département. Le protocole est signé Le 28 février dernier, un protocole d’intentions préalables a été signé au Ministère des transports par l’État, RFF, la SNCF, les régions, ainsi que les Communautés d’agglomérations et les Départements concernés, dont le Territoire de Belfort. Ce protocole prévoit un début des travaux au printemps 2006 pour une mise en service fin 2011. La Franche-Comté participera à hauteur de 316 millions d’euros. Sur cette somme, il a été décidé que la Région financerait 60%, les Départements 30% et les Communautés d’agglomérations 10%. Une période de deux mois a été laissée aux collectivités pour trouver la répartition la plus juste. Des interrogations subsistent Je tiens cependant à préciser que jusqu’à la réalisation du TGV Est, les constructions des lignes à grande vitesse avaient été intégralement financées par l’État. Malheureusement, en ces temps d’argent rare, les collectivités locales sont mises à contribution, pour assurer le financement de ces infrastructures nécessaires au développement de nos territoires. Lors de discussions antérieures, il avait été proposé que le Territoire de Belfort contribue à hauteur de vivre le Territoire - avril/mai 2006 - n o 78 « Yves Ackermannlors de la signature du protocole d’intention préalable pour le financement du TGV Rhin-Rhône le 28 février 2006 à Paris au Ministère des transports avec de gauche à droite Yves Krattinger, Président du Conseil général de Haute-Saône, Jean-Pierre Chevènement, Président de la Communauté de l’agglomération belfortaine, Louis Souvet, Président de la Communauté d’agglomération du Pays de Montbéliard et Jean-Louis Fousseret, Président de la Communauté d’agglomération du Grand Besançon. » 21,33 millions d’euros, soit 22,5% de la part des Départements, ce qui est considérable pour 12% de la population franc-comtoise. Le Territoire de Belfort paierait donc la somme de 155,74 € par habitant (contre 93,15 € en Haute-Saône, 76,22 € dans le Doubs et 56,84 € dans le Jura) pour financer la réalisation de la ligne. Une volonté intacte Je pense que le souci de l’intérêt général de tous les financeurs du projet prévaudra et que nous arriverons collectivement à trouver une issue positive au bouclage du financement du projet, même si pour l’heure, le Département du Jura refuse de financer la branche Est. Avec plus de 21 millions d’euros, c’est un effort considérable qui est demandé aux habitants de notre département, déjà lourdement touchés par le chômage et la précarité. Mais parce que je suis persuadé de l’utilité du TGV, outil indispensable pour le développement et le désenclavement du Territoire de Belfort, Le Conseil général prendra toute sa part pour que ce projet puisse aboutir dans les meilleures conditions possibles. La gare TGV donnera souffle et vitalité à l’ensemble de l’Aire urbaine, et permettra l’implantation d’entreprises, demandeuses de tels équipements. Malgré un climat social difficile En ces temps difficiles, où le gouvernement peine à trouver les vraies solutions aux problèmes sociaux, les élus de proximité doivent être présents aux côtés des plus faibles. Le nombre de bénéficiaires du RMI ne cesse d’augmenter. Le chômage ne diminue que parce que les gens sont arrivés en fin de droits. Malgré les coûts que cela représente, et parce que c’est la mission du Conseil général, nous permettons aux plus fragiles de vivre le plus dignement possible. Mais nous devons aussi nous donner des raisons d’espérer, en favorisant la création d’entreprises et donc d’emplois. La réalisation du TGV apportera un dynamisme supplémentaire qui, je le souhaite, bénéficiera au plus grand nombre. Car loin des polémiques inutiles, tel est l’enjeu fondamental de ce dossier. Yves AckermannPrésident du Conseil général 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :