[90] Vivre le Territoire n°77 fév/mar 2006
[90] Vivre le Territoire n°77 fév/mar 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°77 de fév/mar 2006

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Territoire de Belfort

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Conseil Général allie, pour les habitants du Territoire de Belfort, services et proximité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
conomie le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort L’Incubateur d’entreprises Du cocon à la chrysalide Créé en 2000 à Besançon, l’Incubateur d’entreprises innovantes de Franche-Comté va planter une antenne à Sévenans début février. Trois porteurs de projet d’entreprise liés à l’U.T.B.M. vont tenter d’y déployer leurs ailes Un tremplin, un catalyseur, une plateforme ressources : l’Incubateur d’entreprises innovantes de Franche- Comté ne renierait sans doute aucune de ces définitions. Forgé en 1999 par le ministre de l’Éducation Nationale, Claude Allègre, afin de valoriser la recherche publique 1, cet outil a été porté sur les fonts baptismaux à Besançon, en 2000. Début février, il va déployer une antenne à Sévenans, à deux pas de l’U.T.B.M., l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard 2. La mission de l’Incubateur, régi par la loi de 1901 sur les associations ? Transformer les cocons en chrysalides. Autrement dit, accompagner les porteurs de projets innovants - dans les domaines du multimédia et des nouvelles technologies - jusqu’à l’éclosion de leur entreprise, et leur fournir les armes nécessaires pour la pérenniser. Car on a beau être un élève ingénieur, un 20 L’antenne belfortaine établira ses quartiers dans les locaux de l’I.R.E.C.I. début février. « Nous devons beaucoup à l’ADEBT et au Conseil Général » thésard ou un directeur de laboratoire de talent, inventeur d’un logiciel surpuissant ou de composants électroniques ultraperformants, la création d’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille. Le marketing, la législation sur la propriété intellectuelle, la stratégie d’entreprise ou le montage d’un plan de financement réclament des compétences souvent absentes des laboratoires de recherche. L’Incubateur est là pour aiguiller les porteurs de projet dans leurs démarches et, plus généralement, pour leur faciliter le travail au quotidien. Pour eux, sortir des laboratoires et trouver un lieu d’implantation pour leur activité professionnelle encore embryonnaire est « psychologiquement très important », précise Christian Schuller, polytechnicien et directeur de l’Incubateur de Franche-Comté depuis juillet 2005. Il ajoute : « Le Conseil général du Territoire de Belfort et l’Adebt (Agence de développement de Belfort et son Terrotoire) nous apportent une aide précieuse ». Entre 2000 et 2004, 23 projets ont été « incubés », 12 ont débouché sur la création d’une entreprise et 56 emplois ont été créés (fin 2005, ce chiffre, non disponible à ce jour, devrait avoisiner les 70 emplois). Chaque projet nécessite l’investissement de plusieurs dizaines de milliers d’euros 3. En cas d’incubation réussie, les sommes sont remboursables ; en cas d’échec, l’ardoise est effacée. À ce jour, neuf projets se fortifient dans l’Incubateur franc-comtois. L’antenne de Sévenans a une capacité d’accueil de trois projets. Les lauréats pour l’année 2006 sont : MESURTEK (résolution de mesures industrielles complexes via des algorithmes), projet d’un ingénieur du laboratoire L2ES de l’U.T.B.M. ; N.P.F.i. (fabrication de matériaux de performance dans le domaine des nanotechnologies), projet d’un ingénieur bourguignon en lien avec le laboratoire Métallurgies et Cultures (U.T.B.M./C.N.R.S.) ; et E.S.E.I. (ergonomie industrielle), projet d’un élève ingénieur, de l’U.T.B.M. également. J.O. (1) Depuis, son champ d’action s’est étendu vers le secteur privé. (2) Dans les locaux de l’I.R.E.C.I., le Pôle REgional de Conception et Innovation. (3) Budget annuel de l’Incubateur de Franche- Comté : un demi million d’euros (alloués à parts égales par le Ministère de la Recherche, l’Europe et le Conseil Régional). vivre le Territoire - février/mars 2006 - n o 77
le magazine du Conseil général du Territoire de Belfort Profession Courtier en travaux Mettre en relation des clients et des prestataires, voilà qui résume le métier de « courtier ». Un service déjà connu dans le domaine des assurances et qui émerge aujourd’hui dans celui dans des travaux de l’habitat. « Courtiers en travaux », c’est ainsi que l’on appelle ces professionnels qui se chargent de cette mise en relation entre des particuliers qui manquent de temps et des artisans du bâtiment. C’est la profession Froidefontaine Pôle bois : 4 ans déjà Avec 5 millions d’euros de chiffre d’affaire, le « pôle bois » crée par Frédéric Bergdoll, président directeur général des sociétés Sogycobois et Mécabois, se porte bien. Auparavant disséminées sur le département, les sociétés associées et une scierie se sont réunies sur le site de Froidefontaine. Un regroupement qui n’a que des avantages : la création et la reconnaissance du pôle bois ainsi que la proximité de la voie rapide et de l’autoroute. Les sociétés sont implantés sur 5 ha, disposent de 4000 m² de bâtiments et emploient 30 salariés. L’activité principale du pôle est la fabrication et la construction de maisons à ossature bois. Une vivre le Territoire - février/mars 2006 - n o 77 qu’exerce Daniel Cholley, le seul courtier en travaux de l’Aire urbaine. « Mon travail consiste à étudier les demandes, rechercher parmi les artisans les plus aptes à répondre à celles-ci et enfin les mettre en concurrence » explique ce concessionnaire indépendant de la société Illico Travaux. Le client s’adresse à un seul et unique interlocuteur qui se charge pour lui, de trouver une entreprise adéquate, disponible et d’obtenir activité qui connaît aujourd’hui un fort potentiel de développement. En 2004, l’on comptait 4% de constructions de ce type en Franche-Comté contre environ 6 à 7% en 2005. Utilisé comme matériau de construction, le bois présente de nombreux atouts : il s’adapte aux terrains difficiles, ses déchets sont recyclables, il assure un confort thermique performant et permet une exécution rapide, les panneaux étant préfabriqués en usine. Au cœur de la société Sogycobois, un département « Maison individuelle » a été créé sous la marque « Bois et Titane ». Son activité consiste à commercialiser de la maison à ossature bois. une comparaison possible des tarifs dans un délai court. « Il faut être commercial, disponible, organisé et savoir négocier pour obtenir des artisans les meilleurs prix. Sur l’Aire urbaine, une cinquantaine de prestataires font partie du réseau Illico travaux. L’avantage pour eux est que c’est le courtier qui se charge de déterminer précisément la demande du client en se rendant préalablement sur le chantier ». À ce jour, 95% des clients de Daniel Cholley sont des particuliers. Toutefois quelques agences immobilières commencent à y avoir recours. Le marché du « courtier en travaux » comme le métier tend résolument à se développer.C.J. *L’artisan garantit la qualité et la pérennité de son travail pendant 10 ans. Contacts 3 Illico Travaux Daniel Cholley 214 hameau de la douce 90400 ANDELNANS Tél. 03 84 28 97 77 Courriel : cholley@illico-travaux.com Aujourd’hui, plus de 28 maisons de ce type sont construites par an dans l’Aire urbaine.C.J. Contacts 3 SA Sogycobois ou SA Mécabois Frédéric Bergdoll Rue André Vieillard BP 10 90140 Froidefontaine Tél. 03 84 36 43 42 Courriel : sogycobois.sa@wanadoo.fr économie 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :